• 2012, année de tensions sur les finances locales

    12-12-2011 

    2012, année de tensions sur les finances locales

     

    Dans sa note annuelle, révélée le 7 décembre 2011, Dexia confirme la bonne capacité financière des collectivités, mais indique qu’elles devront faire des arbitrages.

     

    Dans sa « Note régionale sur le finances locales en Languedoc-Roussillon », présentée à la presse mercredi dernier, Dexia  indique que l’investissement public en région a progressé de 2,1 % en 2010.

    En engageant 6 600 € par habitant, les collectivités locales investissent plus que leurs homologues du nord de la France, qui évoluent plutôt entre 5 500 et 6 000 €.

    Les dépenses de fonctionnement sont en hausse de 6,7 %, contre 5,6 % au plan national. Les dépenses sociales sont un poste en augmentation constante depuis 2003.

    « Les recettes de fonctionnement, en revanche, restent composées à 85 % de dotations venant de l’État, souligne Olivier Ferrandis, directeur régional de Dexia. Ces dotations étant gelées en 2012, la contrainte sur les recettes va se faire ressentir à ce niveau pour les collectivités. Elles sont globalement en bonne santé financière, sous réserve d’une plus grande maîtrise de leurs dépenses de fonctionnement en 2012. »

    Les marges d’autofinancement, mesurant ce qui leur reste pour investir, ont connu une évolution de 3,9 % en sept ans, contre 3,1 % au plan national.

    La répartition des dépenses portent à 27 % sur le secteur du bâtiment, mois bien représenté localement qu’au plan national (36 %).

    « 2011 a été une bonne année pour le bâtiment, à l’exception d’un 4e trimestre catastrophique, note Jean-Claude Depoisier, président de la Fédération française du bâtiment LR. Nous avons créé 3 000 emplois au plan national en 2011, mais nous pourrions en supprimer 40 000 l’an prochain. Nous sommes arrivés à une limite en termes de liquidités disponibles et de confiance accordée par les banques à nos PME. Cela se traduit par une forte hausse des dépôts de bilan, y compris chez des entreprises pourtant bien structurées. »

    La répartition des dépenses des collectivités en faveur des travaux publics, en revanche, est à niveau à peu près égal : 34 % contre 36 % ailleurs en France.

    « Nous sommes rassurés par l’état des finances locales, mais les banques ne répondent plus, déplore Thierry Lorillon, président de la Fédération régionale des travaux publics (FRTP). Les entreprises reçoivent deux réponses des banques là où elles en avaient dix quand elles faisaient appel au crédit. De plus, il existe un vrai risque de financement des opérations que les collectivités veulent lancer en 2012 et 2013, même si elles nous assurent du contraire. »

    Suite à la nationalisation de Dexia Banque Belgique par le gouvernement belge cet automne, la banque franco-belge Dexia devrait passer la main en juin 2012, à une joint-venture entre la Caisse des Dépôts (35 %) et la Banque postale (65 %), qui reprendrait, en France, son action de financement des collectivités locales.

     

    Anthony Rey

     

    À lire également :
    « 2,6 Mds € pompés sur le secteur de la construction »


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :