• A Rio, le pape encourage les prêtres à aller dans les favelas

    Monde

    A Rio, le pape encourage les prêtres

    à aller dans les favelas

    <time datetime="2013-07-27T18:37:42.419590+02:00" itemprop="datePublished">27 juillet 2013 à 18:37     </time>lien

    Aux JMJ de Rio, samedi.

    Aux JMJ de Rio, samedi. (Photo Sergio Moraes. Reuters)

    Devant un millier d’évêques et des milliers de religieux, François a insisté sur «la mission», thème de ces XXVIIIe JMJ.

    Le pape François a encouragé samedi les prêtres à ne pas rester enfermés dans leur paroisse mais à «sortir» pour évangéliser ceux qui sont loin et à «aller dans les favelas chercher et servir le Christ».

    Dans la cathédrale Saint Sébastien, patron de Rio, devant un millier d’évêques et des milliers de prêtres, religieux, religieuses, séminaristes du monde entier participant aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), le pape a insisté sur «la mission», thème de ces XXVIIIe JMJ.

    «Nous ne pouvons pas rester enfermés dans la paroisse, dans nos communautés quand tant de personnes attendent l’Evangile ! Ce n’est pas simplement ouvrir la porte pour accueillir, mais c’est sortir par la porte pour chercher et rencontrer !», a exhorté le souverain pontife.

    Evoquant une Eglise pour les pauvres, le pape a cité Mère Teresa de Calcutta : «Nous devons être très fiers de notre vocation qui nous donne l’occasion de servir le Christ à travers les pauvres. C’est dans les favelas (...) que l’on doit aller chercher et servir le Christ. Nous devons aller chez eux comme le prêtre se rend à l’autel, avec joie», a lancé l’ancien cardinal de Buenos Aires.

    Rejet de l’avortement

    Evangéliser, ce n’est pas nécessairement partir loin, c’est «évangéliser sa propre maison, le milieu d’étude ou de travail, la famille et les amis». «Eduquons-les à la mission, à sortir, à partir. Jésus a fait ainsi avec ses disciples: il ne les a pas tenus attachés à lui comme une mère poule avec ses poussins», a souligné le pape argentin.

    «Malheureusement, a-t-il fustigé, s’est développée une culture de l’exclusion, une culture du rebut. Il n’y a de place ni pour l’ancien ni pour l’enfant non voulu». Le pape réitère ainsi son rejet absolu de l’avortement, même s’il ne prononce pas le mot.

    «Parfois il semble que pour certains, les relations humaines soient régulées par deux «dogmes» modernes : efficacité et pragmatisme». «Il semble que parfois la solidarité est devenue un gros mot» pour certains, s’est-il exclamé avec colère.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :