• Accord en Egypte pour améliorer la loi électorale

    Accord en Egypte pour améliorer la loi électorale

    LEMONDE.FR avec AFP | 02.10.11 | 10h53   •  Mis à jour le 02.10.11 | 10h55

     

    Le Conseil suprême des forces armées (CSFA) a accepté d'amender l'article 5 de la nouvelle loi pour permettre aux partis politiques de présenter des candidats pour le tiers des sièges jusqu'ici réservé aux indépendants au sein du Parlement égyptien. Cet article 5 de la loi électorale élaborée par l'armée stipule que deux tiers des sièges au Parlement doivent revenir à des candidats affiliés à des partis et que le tiers restant se compose de personnalités indépendantes.

    La décision est intervenue après une rencontre entre le chef d'état-major Sami Anan et des membres de la Coalition démocratique, une alliance électorale regroupant l'influent parti des Frères musulmans et une trentaine de formations, de toutes obédiences, y compris laïques, notamment le parti libéral Wafd, selon une source militaire. La rencontre s'est tenue au lendemain d'une importante manifestation sur la place Tahrir du Caire pour exiger une accélération des réformes.

    NOUVELLES MANIFESTATIONS

    L'armée avait déjà annoncé mardi que les premières élections législatives depuis la chute du régime d'Hosni Moubarak se tiendraient sur quatre mois à partir du 28 novembre, après quoi l'armée a promis le retour à un pouvoir civil, avec une élection présidentielle en 2012. Mais la Coalition démocratique a menacé de boycotter ces élections, estimant que l'article 5 favorisait un retour de proches de M. Moubarak.

    Cette rencontre intervient alors que plusieurs milliers de manifestants sont revenus vendredi sur la place Tahrir en accusant l'armée de gérer le pays de manière opaque et de perpétuer le dispositif répressif du passé, à deux mois du début d'élections législatives aux modalités contestées.

    Le CSFA a régulièrement affirmé son engagement en faveur de la démocratie. Des manifestants se rassemblent toutefois presque chaque semaine sur l'emblématique place Tahrir pour exprimer leur colère et leur frustration quant à sa gestion de la transition.

     
    L'Egypte après Moubarak

    Les faits Les législatives égyptiennes débuteront le 28 novembre


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :