• Antisémitisme : Dieudonné débouté

    par la Cour européenne

    <time datetime="2015-11-10T19:06:05" itemprop="datePublished">10 novembre 2015 à 19:06    lien </time>

    Condamné pour injure à raison de la race ou de la religion après avoir fait monter le négationniste Robert Faurisson sur scène en 2008, Dieudonné avait porté l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme. Mardi, celle-ci a débouté le polémiste. La CEDH conteste le caractère artistique ou parodique de l’épisode, souvent invoqué par Dieudonné : «Une prise de position haineuse et antisémite caractérisée, travestie sous l’apparence d’une production artistique, est aussi dangereuse qu’une attaque frontale et abrupte», et ne saurait donc être couverte par la liberté d’expression.

    Photo Michel Euler. AP


    votre commentaire

  • <article class="article article_normal" itemscope="" itemtype="http://schema.org/NewsArticle">

    L’ex-urgentiste Bonnemaison entre la vie et la mort

    après une tentative de suicide

    Le Monde.fr avec AFP | <time datetime="2015-10-31T12:30:28+01:00" itemprop="datePublished">31.10.2015 à 12h30</time> • Mis à jour le <time datetime="2015-10-31T14:06:39+01:00" itemprop="dateModified">31.10.2015 à 14h06   lien </time>

    L'ex-urgentiste Nicolas Bonnemaison au tribunal d'Angers, le 24 octobre.

    L’ex-urgentiste bayonnais, Nicolas Bonnemaison, a été hospitalisé d’urgence, samedi 31 octobre. Il a été retrouvé inanimé dans sa voiture à Tosse, dans les Landes. Son pronostic vital est engagé. 

    Après avoir été acquitté de tous les chefs d’accusations en première instance à Pau en juin 2014, M. Bonnemaison a été condammné fin octobre à deux ans de prison avec sursis par la Cour d’assises du Maine-et-Loire pour avoir délibérément donné la mort à une patiente, Françoise Iramuno, avec la circonstance aggravante de connaître sa particulière vulnérabilité. Il a été en revanche acquitté pour des faits similaires concernant six autres patients.

    Lire aussi : Procès Bonnemaison : un verdict rendu la main tremblante

    « Pas un assassin »

    L’avocat général, Olivier Tcherkessoff, avait requis cinq ans de prison avec sursis contre l’ex-urgentiste, tout en reconnaissant qu’il n’est « pas un assassin, pas un empoisonneur au sens commun de ces termes ».

    Dans ce dossier devenu depuis 2011 emblématique de l’euthanasie et de l’extrême fin de vie, Nicolas Bonnemaison encourait la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir abrégé, par injections de sédatifs ou d’un médicament à base de curare, la vie de sept patients âgés, incurables, en 2010 et 2011 à l’hôpital de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques).

    Lire aussi : La justice face au dilemme de la fin de vie

    </article>

    votre commentaire
  • Wikileaks publie des mails personnels

    du patron de la CIA

    • Home ACTUALITE International
      • Par
      • Mis à jour <time datetime="2015-10-22T15:13:44+02:00" itemprop="dateModified">le 22/10/2015 à 15:13</time>
      • Publié <time datetime="2015-10-22T14:58:21+02:00" itemprop="datePublished"> le 22/10/2015 à 14:58    lien </time>
    <figure class="fig-photo"> L'agence rappelle au passage que le piratage de cette boîte mail personnelle constitue un délit <figcaption class="fig-media-legende" itemprop="description">

     

    </figcaption> </figure>

    Les documents concernés sont censés provenir du compte AOL de John Brennan piraté récemment par un adolescent. Selon l'agence gouvernementale, il ne contenait aucune information classée confidentielle.

     

    La CIA dénonce un piratage malveillant. L'organisation Wikileaks a publié mercredi plusieurs documents qu'elle présente comme provenant de la boîte mail personnelle du patron de l'agence gouvernementale. Celle-ci a récemment été piratée par un adolescent. Or, d'après l'organisation, John Brennan «a utilisé ce compte occasionnellement pour des projets liés au renseignement». «Il n'y a aucune indication que les documents publiés jusqu'à maintenant soient classés confidentiels», rétorque la CIA. L'agence rappelle au passage le piratage de cette boîte mail personnelle constitue un délit. Mais Wikileaks promet déjà de nouvelles révélations dans les jours qui viennent.

    Pour l'heure, les six documents dévoilés concernent la période qui précède sa prise de fonction, de 2007 à 2009. À l'époque, John Brennan travaillait dans le secteur privé après avoir quitté l'agence deux ans plus tôt. Il sera finalement embauché en 2009 par Barack Obama pour devenir son conseiller en matière de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme. L'un des documents comporte justement un court mémo sur l'Iran dans lequel l'auteur adresse ses recommandations au président élu avant sa prise de fonction en janvier 2009. Wikileaks a également mis en ligne un questionnaire SF86 partiellement rempli par John Brennan en 2008. Le document d'une quarantaine de pages, qui permet d'obtenir une habilitation de sécurité, comprend de nombreuses informations personnelles sur lui et son entourage.

    Mardi, le FBI et le Sercret Service ont ouvert une enquête sur le piratage présumé de la messagerie personnelle du patron de la CIA. La veille, le hacker, un adolescent, expliquait au New York Post avoir trouvé plusieurs dossiers sensibles sur le compte AOL de John Brennan. Sur Twitter, @phphax revendiquait le piratage. Pour prouver ces dires, il a mis en ligne des captures d'écran montrant des documents semblant comporter des informations officielles sensibles, qui ont été masquées. L'utilisation d'une messagerie personnelle à des fins professionnelles est prohibée par la loi fédérale. Si cela s'avérait être le cas, l'affaire deviendrait sérieusement embarrassante pour la CIA qui a déjà dû faire face à plusieurs fuites majeures ces dernières années.


    votre commentaire
  • <header class="hd">

    FRANCE

    Classement de Shangaï : 21 universités françaises dans le top 500

    <figure class="img"> <figcaption>© MIGUEL MEDINA / AFP | Remise de diplôme à l'université parisienne Pierre et Marie Curie, en 2009 (archives). </figcaption> </figure>

    Texte par FRANCE 24

    Dernière modification : 16/08/2015

    </header>

    La France conserve son 5e rang mondial en nombre d’établissements d'enseignement supérieur répertoriés par le classement de Shanghai, avec 21 universités dans le top 500. Gros bémol, elle ne compte toujours que 4 représentants dans le top 100.

    L'université Jiao Tong de Shanghai a publié, samedi 15 août, son célèbre classement annuel des 500 meilleures universités au monde, avec sans surprise, Harvard en tête, et ce pour la treizème année consécutive.

    Si les universités américaines raflent huit des dix premières places du classement, les prestigieuses américaines Stanford, le MIT et Berkeley arrivant une nouvelle fois derrière Harvard, la France conserve son 5e rang mondial en nombre d’établissements d'enseignement supérieur répertoriés, avec 21 universités dans le top 500. Gros bémol, l'Hexagone ne compte que 4 représentants dans le top 100, dans lequel sont présentes 35 universités européennes.

    À la City, les diplômés français gagnent plus que les Britanniques

    Selon les résultats d'une étude menée par le cabinet Emolument, spécialiste des rémunérations, les diplômés des grandes écoles françaises travaillant à la City sont mieux rémunérés que leurs collègues britanniques.

    Ainsi, premiers de ce classement, les anciens étudiants de l’École Polytechnique, ayant obtenu leur diplôme après 2011 et travaillant à la City, jouissent de salaires annuels atteignant 103 389 euros.

    Les anciens de l’Ecole Centrale Paris, se classent 3e, tandis que ceux de HEC occupent la 6e place, suivis des diplômés de l’ESCP Europe. Entre l’EDHEC, l’ESSEC et Paris Dauphine, la moitié des établissements recensés dans ce classement sont tricolores.
     

    Ainsi, l'université parisienne Pierre et Marie Curie se classe comme le premier établissement français du classement de Shanghai, à la 36e place. Elle est suivie de l'université Paris-Sud, classée 41e, l'École normale supérieure de Paris (ENS), 72e, et l'université de Strasbourg, 87e. Aix-Marseille est la 5e université française du classement (101e). Au total, 22 établissements français sont répertoriés dans ce classement.

    La France se distingue dans un domaine particulier : les mathématiques. En la matière, l’Université Pierre et Marie Curie se classe au cinquième rang mondial, tandis que l'université Paris-Sud se positionne à la 10e place.

    Un classement controversé

    Au niveau européen, seules quatre universités se classent dans les 20 meilleures, avec respectivement les britanniques Cambridge (5e), Oxford (10e), l’University College de Londres (18e), et pour la Suisse l’École polytechnique fédérale de Zurich (20e). Côté chinois, la première, l'université de Pékin, se hisse à la 115e place, tandis que Jiao Tong, à l’origine de se classement, s’attribue la 118e place.

    Le classement de Shanghai, créé en 2003, prend en compte six critères pour distinguer 500 des 1 200 établissements répertoriés dans le monde, dont le nombre de Nobel parmi les anciens élèves ou le nombre de chercheurs les plus cités dans leur discipline.

    Si l'université chinoise, qui assure que ces résultats sont issus d'une méthodologie transparente et de données externes, décrit ce classement comme "le plus fiable", ses critères tournés vers la recherche et les sciences de la vie, au détriment entre autres des sciences humaines et sociales, sont dénoncés par de nombreux responsables européens comme un biais néfaste pour la réputation de leurs établissements.

    Avec AFP


    votre commentaire
  •  

     

    <section class="grid-420 fleft" id="content-list-top-left"></section><section class="grid-200 fleft" id="content-list-top-right">

    lien

    </section>

     

    Melun : une vingtaine d'enfants

    <section class="player-unique "><article>
     
    </article></section>
    <section class="social-horizontal" id="player-social-bar171916">
     
    Expand player
    </section>

    societe - 21 secondes - <time datetime="2015-08-03T09:11:00"> à 09h11</time>

    Étagères renversées, vitre brisée, peinture sur les murs... 22 enfants âgés de 5 à 13 ans se sont introduits dans une école maternelle de Melun samedi et ont saccagé plusieurs salles de classe. Leurs responsables légaux pourraient se voir demandés un dédommagement financier.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique