Le siège français de Volkswagen a été perquisitionné vendredi, à Villers-Cotterêts (nord), dans le cadre de l ’enquête sur les moteurs diesel truqués du constructeur automobile allemand , a indiqué une source judiciaire qui confirmait une information du Journal du Dimanche.  Les enquêteurs se sont également rendus dans des locaux de Volkswagen à Roissy, dans la banlieue nord de Paris. De la documentation et du matériel informatique ont été saisis.

À lire aussi Affaire Volkswagen : si vous avez raté le début

Comme dans d’autres pays , la justice française a lancé début octobre une enquête, ouverte pour «tromperie aggravée», sur le scandale Volkswagen, accusé d’avoir installé sur ses moteurs diesel un logiciel destiné à fausser les tests antipollution afin de faire passer ses voitures pour plus vertes qu’elles ne sont. L’ Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé en 2012 les gaz d’ échappement diesel comme cancérigènes certains.

Volkswagen a été perquisitionné en Italie cette semaine, comme en Allemagne au début du mois. Un porte- parole du parquet de Brunswick (nord) a indiqué vendredi que l’enquête allemande avait permis d’ identifier «plus de deux mais nettement moins de dix » salariés soupçonnés d’avoir été à l’origine de l’ installation du logiciel litigieux. Dans le monde, quelque 11 millions de véhicules ont été équipés du logiciel litigieux, de marques VW mais aussi Audi, Skoda et SEAT, a avoué le groupe . Près d’un million ont été vendus en France, selon la filiale française de Volkswagen.

Un particulier a porté plainte auprès du parquet de Paris . Des avocats ont par ailleurs annoncé des actions de groupe de propriétaires de voitures concernées ou d’actionnaires du constructeur allemand. La ministre française de l’Ecologie Ségolène Royal a dénoncé «une forme de vol du contribuable et de l’Etat», puisque les véhicules réputés propres bénéficient de primes et de bonus .

Ce scandale planétaire ébranle le géant allemand, numéro un mondial de l’automobile, dont le patron Martin Winterkorn a dû démissionner . Volkswagen a annoncé vendredi que 8,5 millions de véhicules allaient être rappelés dans l’ Union européenne.

 

 

AFP