• Attaque à Ouagadougou : "une victime serait française", annonce Hollande

    DIRECT.

     

    Attaque à Ouagadougou : "une victime

    serait française", annonce Hollande

    Plus tôt, le ministre burkinabè de la Communication faisait état de 26 morts, selon un bilan "provisoire".

    <figure id="image_1319357">

    Des membres des forces spéciales lors d'opérations de sécurisation, samedi 16 janvier à Ouagadougou (Burkina Faso).

    <figcaption>Des membres des forces spéciales lors d'opérations de sécurisation, samedi 16 janvier à Ouagadougou (Burkina Faso). (AHMED OUOBA / AFP)</figcaption></figure><section class="byline clearfix">

    Par , ,

    Mis à jour le <time datetime="2016-01-16T16:56:44+01:00" itemprop="dateModified">16/01/2016 | 16:56</time> , publié le <time datetime="2016-01-16T07:24:39+01:00" itemprop="datePublished">16/01/2016 | 07:24</time>

    </section><section class="share"> </section>

    L'attaque terroriste à Ouagadougou (Burkina Faso) a fait au moins 26 morts, a affirmé le ministre burkinabè de la Communication samedi 16 janvier, précisant qu'il s'agissait d'un bilan provisoire. Lors de ses voeux aux territoires, François Hollande a indiqué qu'une des victimes "serait française", sans plus de précision.

    Le ministre de l'Intérieur burkinabé a par ailleurs annoncé que trois jihadistes avaient été tués. En outre, 126 personnes ont été libérées, dont 33 sont blessées. 

    • Les opérations des forces de sécurité burkinabées sont désormais terminées. C'est ce qu'a affirmé samedi une source des services de sécurité sous couvert d'anonymat, peu avant midi (heure de Paris). L'assaut avait été donné juste avant 3 heures.

    • Un deuil national de 72 heures sera observé à partir de dimanche, ont indiqué les autorités du Burkina.

    • Le Splendid, qui compte 147 chambres, est fréquemment utilisé par des Occidentaux et par du personnel des agences onusiennes. Des contrôles de sécurité étaient en place à l'entrée, mais n'ont pu empêcher l'irruption des assaillants vers 19h45, vendredi 15 janvier, quand des tirs nourris et des détonations ont éclaté. Le commando a également visé un restaurant voisin, le Cappuccino.

    • Des forces françaises en appui. François Hollande a dénoncé "l'odieuse et lâche attaque qui frappe Ouagadougou", dans un communiqué publié samedi matin. Il précise que "les forces françaises apportent leur soutien aux forces burkinabées"Des forces spéciales françaises sont stationnées dans la banlieue de la capitale dans le cadre de la lutte anti-jihadiste dans le Sahel. 

    • Une cellule de crise. L'ambassade de France a mis en place une cellule de crise. Vous pouvez la contacter au 25 49 66 20, (en ajoutant le 00 226 si vous appelez depuis la France). Vous pouvez également suivre les informations sur le compte Twitter de Gilles Thibault, ambassadeur de France, @G_Thibault_Fr

    Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BURKINA_FASO


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :