• Barça : Bartomeu attendu au tournant

    Bartomeu attendu au tournant

    <figure class="main-photo slideshow" id="123456789"> Josep Maria Bartomeu fête sa première élection officielle à la tête du FC Barcelone. <figcaption>Josep Maria Bartomeu fête sa première élection officielle à la tête du FC Barcelone. (Reuters)</figcaption> </figure> <aside class="fiche2 metas"> <figure class="fiche-float"> </figure>

    Par
     
    Publié le <time datetime="2015-07-19T08:36:00+02:00" pubdate="">19 juillet 2015 à 08h36</time>
    Mis à jour le <time datetime="2015-07-19T11:12:36+02:00">19 juillet 2015 à 11h12</time>
    </aside>

    En février, Josep Maria Bartomeu promettait aux socios la venue de Paul Pogba. Elu samedi, le président du Barça va devoir se montrer convaincant sur le marché des transferts et éviter que les égarements du début de saison dernière ne se reproduisent.

    Après la saison réalisée par le FC Barcelone, auteur d'un triplé Ligue des champions-Liga-Coupe du Roi, on se doutait que le poste de Josep Maria Bartomeu n'était pas plus menacé que cela. Un doute subsistait évidemment, puisque malgré un exercice bouclé sur un triomphe sportif et une plus-value financière sans précédent dans l'histoire du club (608 millions d'euros de bénéfice), l'ancien responsable de la section basketball du Barça était arrivé par la petite porte en janvier.

    Après la démission de Sandro Rosell, contraint à l'exil à la suite des sanctions imposées par la Fifa et du ternissement de l'image de l'institution, Bartomeu avait lui même décidé d'avancer les élections. Bien lui en a pris, puisqu'avec 54,63 % des suffrages, le "quinqua" a nettement distancé son plus sérieux concurrent, l'ex-président Joan Laporta (33%). 

    Il avait promis Pogba

    Le plus difficile commence désormais pour Bartomeu, qui sera observé attentivement après ses promesses électorales du mois de février. S'il a déjà bouclé les signatures d'Arda Turan, le milieu de terrain turc de l'Atletico et d'Aleix Vidal, le latéral polyvalent de Séville, le patron du club catalan avait fait de Paul Pogba son cheval de bataille dès le mois de février. En annonçant que l'international français de la Juve était prêt à attendre le mois de janvier 2016 pour être autorisé à porter le maillot blaugrana (eu égard à l'interdiction de recrutement qui pèse sur le Barça), Bartomeu a vendu du rêve aux socios. Ces derniers, qui viennent de perdre l'une de leurs icônes avec le départ de Xavi pour le Qatar, scruteront forcément l'avancée de ce dossier complexe censé leur remonter le moral. Les prétentions salariales de Pogba, qui pourrait devenir le deuxième joueur le mieux payé du FCB derrière Messi, font s'interroger la direction sur le péril que pourrait représenter sa venue en termes d'harmonie.

    Sportivement, Bartomeu devra également s'assurer que le projet mené par Luis Enrique, dont les relations avec l'omnipotent Lionel Messi sont loin d'être idylliques, suive son chemin. On a longtemps cru que l'ancien milieu offensif ne passerait pas l'hiver, avant que ne s'opère un spectaculaire revirement de situation. A compter du mois d'août, le Barça sera attendu au tournant en championnat par ses deux rivaux madrilènes, et en Ligue des champions par toutes les formations qui ont subi la loi du trio Messi-Neymar-Suarez l'an dernier. Un défi qu'encadrera donc le nouvel homme fort de l'organisation pour les six prochaines années en tentant d'éviter les pièges dans lesquels était tombé son prédécesseur...


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :