• Barcelone 350 hauts fonctionnaures privés de primes de Noël !

    Barcelone

    350 hauts fonctionnaures privés de primes de Noël !

     

    Barcelone n\'a plus un sou...

    Barcelone n'a plus un sou...  © D.R.

    Finie la prime de Noël pour 350 hauts fonctionnaires, bientôt vendu le bâtiment de la Bourse de Barcelone: étouffée par sa lourde dette et sous pression pour réduire son déficit, la Catalogne cherche désormais de l\'argent frais, par tous les moyens.

    Faute de liquidités, la semaine dernière la région annonçait entre autres mesures que, les deux prochains mois, elle ne paierait que la moitié des aides prévues aux centres pour retraités et personnes handicapées.

     

    Nouvelle étape, emprunter directement auprès des habitants: le gouvernement régional a décidé jeudi de lancer une émission obligataire de 3 milliards d\'euros destinée aux petits investisseurs. Heureux hasard, ces obligations, proposées au public du 24 octobre au 14 novembre, seront payées par leurs acquéreurs le 21 novembre, le jour où une émission similaire de 3 milliards, lancée l\'an dernier, arrive à échéance.

    Le gouvernement pourra ainsi rembourser l\'argent emprunté avec celui qu\'il sollicite à nouveau. Mais comme en 2010, il paie cher: 4,75% à 5,25% selon les obligations, plus une commission d\'environ 2% aux banques les distribuant. Des taux exorbitants face à la moyenne du marché espagnol ( 2,58% selon la Banque d\'Espagne). La Catalogne n\'a plus le choix, croulant sous une dette de 38, 5 milliards d\'euros à fin juin.

    Son déficit devrait atteindre 2,66% du PIB fin 2011, le double du plafond fixé par le gouvernement espagnol ( 1, 3%). Pendant des années, cette région du nord-est a pourtant été le moteur de la croissance de l\'Espagne. Mais en 2009, pour la première fois de l\'histoire, Madrid l\'a dépassée en poids dans le PIB national. \"Selon notre dernière estimation, en 2010 cette situation s\'est maintenue\", révèle Pablo Alcaide Guindo, directeur du cabinet de statistique régionale de Funcas (fondation des caisses d\'épargne).

    Depuis 2000, \"la progression des secteurs de la construction et financier à Madrid a été plus importante, ce qui a fait que sa croissance a été plus forte qu\'en Catalogne\", explique-t-il. En outre, face à la crise, la région catalane, dont le tissu industriel est surtout constitué de PME, semble avoir plus souffert: \"la perte d\'importance de l\'industrie dans l\'économie a été plus forte en Catalogne qu\'à Madrid\", dit-il. En 2010 selon Funcas, les régions en moyenne ont vu leur PIB reculer de 0,11%. Madrid a progressé de 0,25%, la Catalogne a fait le chemin inverse, perdant 0,25%. Et pendant que ses revenus baissaient, elle a été victime de la même erreur que la plupart des régions espagnoles, qui ont bien profité de la bulle immobilière et de ses juteux revenus, mais n\'ont pas su stopper leurs dépenses à temps quand cette bulle a éclaté.

    D\'où le creusement de sa dette et de son déficit, mais aussi ses problèmes de liquidité à court terme. Autre mesure pour y remédier, le gouvernement régional a décidé que cette année, ses membres seraient privés de la prime de Noël, de même que les hauts responsables d\'entreprises publiques de la région, soit 350 personnes au total et une économie d\' 1, 8 million d\'euros. La région a aussi mis en vente, en crédit-bail (lui permettant de rester locataire), 26 bâtiments dont les très symboliques Bourse de Barcelone et centre des impôts régional.

    Avec cette opération, destinée à rapporter 550 millions d\'euros, \"nous allons obtenir des liquidités et, en même temps, assainir les comptes\", car les frais de location de ces bâtiments, contrairement aux hypothèques contractées en tant que propriétaire, ne seront plus comptabilisés dans la dette publique, explique Laura Maza, une porte-parole du gouvernement. Ce qui n\'empêche pas la région, dirigée par le parti nationaliste CiU, de toujours promouvoir son identité: comme l\'a révélé El Pais, les aides pour diffuser la culture catalane à l\'étranger ont été récemment doublées, passant de 700.000 à 1, 4 million d\'euros.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :