• BNP Paribas annonce la suppression de 1 400 postes dont 373 en France

    BNP Paribas annonce la suppression de 1 400 postes dont 373 en France

    Social mercredi 16 novembre 2011

    Après la Société générale, le groupe bancaire BNP Paribas a annoncé ce mercredi, lors d’un comité central d’entreprise, la suppression de 1 396 postes dans la banque d’investissement (CIB), dont 373 en France. BNP Paribas s’engage cependant à ne pas recourir à des licenciements économiques.

    Aucun départ ne sera contraint affirme la direction

    À l’étranger, 1 023 postes seront supprimés, selon la direction, qui n’a pas précisé quels pays seraient concernés. Sur les 373 suppressions de postes en France, Alain Papiasse, responsable de BNP Paribas CIB, a indiqué à l’AFP qu’« aucun départ ne serait contraint ». Il a également tenu à préciser que ces réductions d’effectifs n’avaient « aucun impact sur les banques de détail ».

    La CIB (Corporate and Investment Banking) du groupe BNP Paribas compte 21 500 salariés dans 53 pays différents.

    La banque d’investissement touchée par la crise de la dette

    À la différence d’une banque de dépôt, les banques de financement et d’investissement ne reçoivent pas les dépôts des particuliers et recherchent les liquidités auprès des autres banques, des marchés monétaires ou de la Banque centrale.

    Les activités de banque d’investissement, traditionnellement très juteuses, ont été fortement touchées par la crise de la dette. Les revenus de CIB étaient en baisse de près de 40 % au troisième trimestre par rapport au troisième trimestre 2010, à 1 746 millions d’euros.

    En France, le plan concerne les salariés titulaires d’un CDI depuis au moins un an au 1er mars 2012, selon la CFDT. Le syndicat précise dans un communiqué publié sur son site que la direction proposera aux salariés concernés une aide au départ volontaire et un accompagnement à la mobilité.

    Les syndicats condamnent la « folie spéculative »

    La CFDT a estimé que ce plan constituait un « nouveau pas afin de rassurer les marchés et agences de notation ». « Aujourd’hui, les salariés acteurs des résultats passés vont récolter les fruits de la folie spéculative », a-t-elle ajouté.

    Début novembre, alors que le groupe bancaire présentait un bénéfice net en repli de 71 %, le directeur général de la banque Beaudoin Prot avait annoncé des réductions de coûts dans la banque de financement et d’investissement de l’ordre de 450 millions d’euros, soit environ 10 % des coûts de cette activité. Il avait aussi évoqué des « centaines » de réductions d’effectifs.

    Mardi, la Société générale a également annoncé des « centaines » de suppressions de postes, essentiellement dans sa banque de financement et d’investissement (BFI).


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :