• Cameroun: Maroua sous haute protection des forces de sécurité

    <header>

    Cameroun
    <time datetime="15-07-27"> Publié le 27-07-2015 </time> <time datetime="15-07-27"> Modifié le 27-07-2015 à 23:06 lien </time>

    Cameroun: Maroua sous haute protection

    des forces de sécurité

    </header>

    media
    Un corps transporté par les secours après l’attaque-suicide qui a touché la ville de Maroua, dans le nord du Cameroun,
    le 23 juillet 2015. AFP PHOTO/STRINGER

    La capitale de la région de l'Extrême nord, frappée par deux vagues d'attentats-suicides mercredi et samedi dernier qui ont fait 35 morts au total, est désormais sous haute protection. Un renfort de 300 gendarmes est arrivé dans la ville, selon l'état-major, tandis que les forces de sécurités multiplient les opérations de ratissage et de fouille. Sur la plan militaire, le groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ex-Boko Haram) poursuit sa tactique de harcèlement. Dimanche soir, la gendarmerie de Afadé a été attaquée

    La gendarmerie et la police ont mené lundi une série de ratissages dans plusieurs quartiers de Maroua avec comme objectif de débusquer les planificateurs des deux vagues d'attentats de la semaine dernière.

    Car les autorités soupçonnent que les fillettes kamikazes ont été actionnées à distance. Plusieurs personnes ont été interpellées. A Maroua, il est désormais interdit aux enfants de mendier et de faire du commerce ambulant. Les boutiques et les bars doivent fermer à 18 heures, et les autorités déconseillent à la population de se rendre dans les lieux de culte non protégés.

    Certaines petites mosquées pourraient même être fermées, selon une source sécuritaire. Sur le front militaire, le Cameroun doit aussi faire face à un regain de tension. La gendarmerie de la localité d'Afadé a été brûlée dans la nuit de dimanche à lundi. Un jihadiste qui s'y trouvait a été égorgé par les assaillants. Sans doute pour avoir livré des renseignements aux autorités camerounaises.

    La bonne nouvelle vient du Nigéria, où l'armée a dépêché une colonne d'un millier d'hommes environ dans la ville de Gambaru. Ville frontalière avec le Cameroun et d'où partaient de nombreuses attaques du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest, l'ex Boko Haram.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :