• Canada: les deux tueurs, récemment convertis, en rupture familiale

    <header>

    Canada: les deux tueurs, récemment convertis, en rupture familiale

    Publié le <time datetime="2014-10-23 19:43:06" title="jeudi 23 octobre 2014 à 19h43">23 octobre 2014 à 19h43</time>

    </header>

    Montréal (AFP)

     

    Martin Couture-Rouleau et Michael Zehaf-Bibeau, les Canadiens auteurs cette semaine des meurtres de deux militaires lors "d'attaques terroristes", étaient en rupture avec leur famille, s'étaient récemment convertis aux thèses jihadistes et voulaient rejoindre le Moyen-Orient et le Maghreb.

    Québécois de 25 ans, Martin Couture-Rouleau s'est servi de sa voiture comme d'une arme: il a foncé sur trois militaires, en tuant un et en blessant un autre, avant de s'engager dans une course-poursuite terminée dans un fossé. Cerné par la police, il s'est extirpé de son véhicule, couteau en main, et a été abattu.

    Agé de 32 ans, Michael Zehaf-Bibeau a pour sa part tué avec un fusil de chasse l'un des deux militaires postés devant un monument aux morts d'Ottawa, avant de blesser un garde surveillant l'entrée du Parlement où il s'est engouffré, pour finalement être lui aussi abattu.

    Jusqu'à lundi, le Canada n'avait jamais été frappé par un attentat lié à l'extrémisme islamiste. Avec sa participation à la guerre en Afghanistan, où 158 soldats canadiens sont morts entre 2003 et 2011, puis l'engagement d'Ottawa dans la campagne aérienne en Libye, en 2011, et son récent ralliement à la coalition militaire contre le groupe Etat islamique en Irak, les autorités étaient cependant bien conscientes du risque d'attaque.

    Plusieurs tentatives d'attentats à la bombe ont ainsi été déjouées depuis le 11-Septembre et la police a démantelé plusieurs réseaux, qui visaient notamment le Parlement, la Bourse de Toronto ou encore un train de passagers.

    La simplicité des modes opératoires retenus lundi par Martin Couture-Rouleau au sud de Montréal, puis mercredi par Michael Zehaf-Bibeau à Ottawa, soulèvent toutefois nombre de questions sur la capacité des services du renseignement à agir contre de tels "loups solitaires" qui semblent passer à l'acte sans ordres hiérarchiques, si ce n'est les appels aux meurtres lancés par des prêcheurs radicaux sur internet.

     

    - Passeports retirés -

     

    Selon les premiers éléments des enquêteurs, Couture-Rouleau et Zehaf-Bibeau ont agi sans complices, et la préméditation de leurs actes n'a pas encore été démontrée.

    Les deux hommes avaient récemment été gagnés par les thèses de l'islam radical et mercredi soir Martin Couture-Rouleau a été présenté par le Premier ministre canadien Stephen Harper comme "un terroriste inspiré par le groupe armé État islamique".

    Converti à l'islam il y a un an et se faisant désormais appeler "Ahmad", Couture-Rouleau professait depuis quelques mois des théories jihadistes, tant auprès de son entourage que sur internet.

    Quant à l'auteur de la fusillade d'Ottawa, il se faisait de plus en plus appeler "Abdul" et avait été exclu d'une mosquée de la banlieue de Vancouver. Dans la métropole de l'ouest canadien, il s'était par ailleurs lié à Hasibullah Yusufzai, un Canadien accusé d'avoir rejoint le groupe Etat islamique en Syrie, selon le Globe and Mail.

    Les deux tueurs s'étaient en outre fait retirer leur passeport par les autorités canadiennes, craignant qu'ils ne grossissent les rangs de groupes islamistes, comme 130 autres Canadiens, selon les services du renseignement.

    Couture-Rouleau avait été empêché in extremis en juillet d'embarquer pour la Turquie, porte d'entrée pour la Syrie et l'Irak en guerre. Zehaf-Bibeau souhaitait pour sa part retourner en Libye, où il s'était déjà rendu et où son père avait combattu le régime Kadhafi lors de la révolution de 2011.

    Les éléments recueillis par la presse locale démontrent par ailleurs une certaine solitude familiale des deux hommes. Selon le Journal de Montréal, l'ex-conjointe de Couture-Rouleau l'empêchait depuis cinq mois de voir son enfant de trois ans et cherchait à lui en retirer la garde en raison de sa conversion à l'islam.

    La mère du tireur d'Ottawa a de son côté indiqué que tous les ponts étaient rompus avec son fils depuis cinq ans: "(il) était perdu et ne rentrait pas dans le moule", a-t-elle regretté.

     

    © 2014 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :