• Capitale de la future région: Philippe Saurel prêt à résister contre Toulouse

    POLITIQUE La désignation de la Ville rose comme capitale de la future région Midi-Pyrénées - Languedoc-Roussillon, révélée ce lundi dans la presse, inquiète le président de la métropole de Montpellier

    Capitale de la future région: Philippe Saurel prêt à résister contre Toulouse

    lien

    <figure class="oembed oembed-photo" data-src-format="photo" role="group"> Philippe Saurel, devant la Croix occitane <figcaption>Philippe Saurel, devant la Croix occitane - Jérôme Diesnis / Maxele Presse</figcaption> </figure>

    Jerome Diesnis

    Toulouse capitale régionale, que restera-t-il à Montpellier? Les fuites dans la presse sur l’éventuelle désignation de Toulouse comme capitale régionale ont entraîné l’ire du maire de Montpellier et président de la métropole, Philippe Saurel (DVG).

    Toulouse, capitale régionale: «Logique» se réjouit le Capitole

    «Je ne demande pas la lune. Je n’ai jamais demandé que Montpellier soit capitale de la région. En revanche, je souhaite que les deux villes soient traitées de façon responsable et non pas unilatérale. J’ai soutenu la reforme territoriale et la répartition des pouvoirs», indique Philippe Saurel.

    Il craint que la huitième ville de France (264.538 habitants intra-muros, 419.291 dans la métropole au 1er janvier 2012), soit «vouée aux gémonies» par la future capitale de région: «Je demande un partage équitable des pouvoirs sur le territoire. Je ne laisserai pas la grande région et Solferino [siège du Parti socialiste, dont il a été exclu avant les municipales] tenir en laisse la métropole de Montpellier.»

    «Rétablir l'équilibre avec Toulouse»

    Damien Alaray (PS), président de la région Languedoc-Roussillon, s’associe à cette volonté de maintenir un équilibre entre les deux métropoles. «Si Montpellier n'est plus chef-lieu, alors cela appelle des engagements très forts de l'Etat pour rétablir l'équilibre avec Toulouse. J'ai vu en ce sens Bernard Cazeneuve [ministre de l’Intérieur], souligne-t-il dans un communiqué de presse. Il souhaite préserver cet équilibre entre les deux métropoles. Il viendra d'ailleurs en débattre à l'assemblée régionale prochainement.»

    La candidature du maire de Montpellier de plus en plus plausible

    Philippe Saurel souhaite mobiliser tous les élus du Languedoc-Roussillon pour faire barrage à un Midi-Pyrénées tout-puissant: «Je ne comprendrais pas qu’il y ait un cumul entre le siège de la capitale régionale en Midi-Pyrénées et un futur président de la région issu aussi de Midi-Pyrénées». La Toulousaine Carole Delga, secrétaire d’Etat du gouvernement Valls, portera la liste socialiste, qui dispose d’une base électorale très solide dans la future région.

    La menace est à peine voilée. Philippe Saurel réfléchit à la possibilité de se présenter aux élections régionales: «Ma religion n’est pas faite, mais je n’exclue aucune hypothèse. Je me posais la question de savoir si le système politique pouvait être dupliqué. Il l’est sur la mairie, la métropole et un pôle métropolitain [d'une cinquantaine de communautés de communes]. Peut-il l'être sur un plus grand territoire, c’est la question…»

    Sa candidature semble n’être qu’une question de temps. «Je suis en train de réfléchir à tout cela. Les premiers voyants pour éclairer ma prise de décision sont verts. Je dois encore en interroger d’autres.»


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :