• "Charlie Hebdo" : 700 000 manifestants en France selon Cazeneuve

    "Charlie Hebdo" : 700 000 manifestants

    en France selon Cazeneuve

    Le Point - Publié le <time datetime="2015-01-10T16:32" itemprop="datePublished" pubdate=""> 10/01/2015 à 16:32</time> - Modifié le <time datetime="2015-01-10T18:46" itemprop="dateModified"> 10/01/2015 à 18:46</time>

    C'est à Toulouse que le cortège a été le plus important, avec 120 000 personnes. À Pau (80 000 habitants), 30 000 à 40 000 personnes ont défilé.  lien

    <figure class="media_article panoramique" itemprop="associatedMedia" itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject">

    Manifestation à Nice, 23 000 à 30 000 personnes ont défilé.

    <figcaption>

    Manifestation à Nice, 23 000 à 30 000 personnes ont défilé. © VALERY HACHE / AFP

    </figcaption></figure>

    Des rassemblements de masse en hommage aux victimes des attentats de trois djihadistes, notamment contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo à Paris, ont samedi drainé des dizaines de milliers de personnes partout en France comme à Toulouse, Nice, Orléans, Nantes et Besançon avec des participations exceptionnelles pour des villes moyennes comme Pau.

    Environ 230 000 personnes, selon un décompte de l'AFP, avaient défilé ou défilaient samedi en milieu d'après-midi.

    80 000 à Toulouse, 30 000 à Nantes, environ 25 000 à Nice...

    À Toulouse, à la veille d'une manifestation monstre en faveur de la liberté dans la capitale, le rassemblement le plus important a été enregistré : plus de 80 000 personnes, selon la police, se sont rassemblées. Le cortège "énorme" et peut-être sans précédent dans la Ville Rose selon des organisateurs devait parcourir deux kilomètres. Les manifestants ont défilé derrière un groupe de plusieurs dizaines de journalistes brandissant stylos ou une de Charlie Hebdo.

    À Nantes, 75 000 personnes défilaient samedi après-midi. Plusieurs personnalités sont présentes à ce rassemblement, parmi lesquelles l'ancien Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ainsi que la maire de la ville, Johanna Rolland. La foule, aux premiers rangs de laquelle de nombreux enfants et des femmes, a pris position derrière une banderole sur laquelle on peut lire "Vivre ensemble, libres, égaux et solidaires".

    À Marseille, ils étaient 45 000, selon la préfecture de police, et à Lille, 40 000.

    À Nice, 5e ville de France (350 000 habitants), dans la matinée, entre 23 000 personnes, selon la police, et 25 000 à 30 000, selon les organisateurs, - la Ville avait appelé au rassemblement - ont défilé silencieusement sur la promenade des Anglais. Sans discours, la marche s'est étirée sur environ un kilomètre pour s'achever devant le monument aux morts où une gerbe a été déposée avec l'inscription "Nous sommes tous Charlie", en présence des représentants religieux de toutes les confessions. La ville de Nice avait distribué pour l'occasion quelque 10 000 affichettes "Je suis Charlie" et des crayons en carton grand format, à la mémoire des dessinateurs assassinés.

    Le député-maire (UMP) de Nice Christian Estrosi a déclaré que "le peuple de France est en train de montrer, au-delà des partis politiques, que nous sommes une grande démocratie où chacun est libre de s'exprimer à sa manière". Avant d'ajouter : (...) "Et cette mobilisation est venue des citoyens, pas des élus."

    30 000 à 40 000 à Pau, sur 80 000 habitants...

    À Pau, qui compte près de 80 000 habitants, ce sont au moins 30 000 personnes, selon la police, près de 40 000, selon la mairie organisatrice du rassemblement, qui ont participé à la mi-journée à une marche silencieuse dans le centre-ville. "C'est un formidable mouvement populaire. (...) C'est beau et significatif, infiniment précieux", a déclaré le maire MoDem, François Bayrou, à l'issue de la marche derrière une large banderole proclamant "Nous sommes tous Charlie", tenue par des lycéens.

    22 000 à Orléans, 22 000 à Besançon, 30 000 à Limoges...

    À Orléans, ce sont 22 000 personnes qui ont défilé dans les rues, selon la police. Plusieurs personnalités politiques étaient présentes, dont les présidents du conseil régional du Centre, François Bonneau (PS), et du conseil général du Loiret, Éric Doligé (UMP).

    À Limoges, plus de 30 000 personnes (police) ont bravé la pluie.

    À Caen, environ 6 000 personnes se sont rassemblées devant le mémorial pour la paix, selon une source proche du mémorial. Les manifestants ont entonné sous la bruine la chanson "Ma liberté" en brandissant des fleurs ou des crayons, devant le mémorial.

    À Besançon, où 22 000 personnes se sont réunies (police), un journaliste et un représentant de la police ont pris la parole pour rendre hommage aux victimes des attentats.

    À Bayonne, 20 000 personnes (selon la préfecture) se sont réunies pour une marche silencieuse et interreligieuse, les pancartes "Je suis Charlie" le disputant aux "Ni naiz Charlie" dans le cortège.

    À Rouen, 35 000 personnes (police) ont défilé.

    À Lannion (Côtes-d'Armor), le rassemblement a réuni quelque 3 500 personnes. À Bourges (Cher), ils étaient 4 000, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) entre 5 000 (police) et 10 000 (organisateurs).

    À Martigues (Bouches-du-Rhône), 4 000 personnes ont participé à une marche, selon la police municipale, dans cette commune de 47 000 habitants. À Miramas, selon la municipalité, "plus d'un millier de personnes se sont réunies".

    À Gap, ils étaient 6 000 et à Briançon (Hautes-Alpes) 2 200.

    À Sens, 3 000 personnes se sont rassemblées (municipalité), entre 1 500 et 2 000 (organisateurs) à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) et 3 000 personnes à Privas, préfecture de l'Ardèche.

    Enfin, des rassemblements ont eu lieu à Châlons-sur-Saône (10 000 personnes), Valence (7 000), Vichy (6 000) et Bourgoin-Jallieu (1 000).


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :