• Christian Bourquin, élu au 1er tour sénateur des Pyrénées-Orientales

    Au second tour, lutte entre le radical Jean-Paul Alduy et l'UMP François Calvet

    Christian Bourquin, élu au 1er tour sénateur des Pyrénées-Orientales ***

    Dimanche 25.9.2011. 14:15h Sans surprise, le président de la région Languedoc-Roussillon et dissident socialiste Christian Bourquin a été élu au premier tour des élections sénatoriales en Pays Catalan, ce dimanche. Le scrutin, qui se déroule au palais de justice de Perpignan, comporte un second tour extrêmement tendu, entre le sortant centriste Jean-Paul Alduy, et l'UMP François Calvet.

    Le premier tour des élections sénatoriales, organisée de 8h30 à 11h00, ce dimanche à Perpignan, a permis l'élection de Christian Bourquin, avec 580 voix obtenue sur un corps électoral de 1088 grands électeurs, dont 1086 votants. Le président de la région Languedoc-Roussillon et vice-président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, qui devra abandonner ce dernier poste, a fait le plein des voix en présentant habilement une offre socialiste dissidente, dans laquelle la présidente du Conseil Général, Hermeline Malherbe, faisait figure de suppléante. Ce scrutin comportant 12 candidats situe en deuxième position le député-maire UMP de la ville du Soler et président départemental du parti de Nicolas Sarkozy, François Calvet, avec 503 voix. Le seul candidat sortant, Jean-Paul Alduy, membre du Parti Radical, maire-adjoint de Perpignan et président de l'agglomération Perpignan-méditerranée, figure en troisième position, avec 470 voix.

    On remarquera une belle performance réalisée par le candidat communiste Philippe Galano, titulaire de 126 suffrages, pour 64 voix obtenues par Bruno Rouane, présenté par Europe Écologie, tandis que le Front National Robert Sultant a obtenu 27 voix, record historique obtenu par l'extrême droite lors d'une telle consultation.

    En pourcentages, ce premier tour a produit un résultat de 53,9% pour M. Bourquin, 2,51% pour le FN Robert Sultan, 46,75% pour François Calvet, 5,95 pour Bruno Rouane, 43,68% pour Jean-Paul Alduy, 11,71% pour Philippe Galano, et 1,49% pour la candidate du Mouvement Républicain et Citoyen, Chantal Decosse. La divers gauche Maryse Gomez a obtenu 0,74%, tandis que le socialiste Charles Campigna a réalisé un score de 8,46%, suivi de l'inconnu Jean-Michel Campins, à 0,09%, de l'ancien maire de Prades et membre du Parti des Radicaux de Gauche (PRG), Jean-François Denis, à 5,76%, un autre inconnu, Henri Clément, fermant la marche, à 0,56%.

    Le vote, qui se déroule au palais de justice de Perpignan, fait l'objet, ce dimanche après-midi, de tractations florentines, propres aux seconds tours d'élections sénatoriales.

    Le résultat final, à l'issue d'un nouveau passage dans les isoloirs, devrait être connu aux alentours de 18h.

    Retrouvez les résultats officiels du premier tour sur le document suivant, délivré par la préfecture des Pyrénées-Orientales.

     

    MARIALIS : *** Avec quelles voix Mr BOURQUIN : des voix de gauche certes, mais les autres celles qui ont permis votre échappée? Des voix de droite portées par votre parrain, Mr MARQUES et quelles autres encore toutes aussi reluisantes?

    Nous sommes en démocratie et toute opinion politique est respectable : mais est-ce respectable de revendiquer et de se faire élire sous une étiquette de gauche tout en se faisant  parrainer OFFICIELLEMENT par un homme de droite qui vous apporte son soutien et ses électeurs...

    Je suis femme de GAUCHE par conviction profonde et votre performance ne m'impressionne pas : elle sera jugée par le FUTUR qui promet d'être comique avec vous et vos colistiers pour leaders!Le Roussillon va souffrir et le Languedoc-Roussillon n'y gagnera RIEN! Pauvre Mr Frêche... c'est à lui et à son oeuvre que je pense aujourd'hui : je prend la mesure des 2 hommes et elle n'est pas à votre avantage...

    Le sénateur Parti Radical / UMP est le seul candidat sortant en Pays Catalan    lien

    Sénatoriales: Alduy et Bourquin visent large

     

    Le président de l'agglomération Perpignan-méditerranée, Jean-Paul Alduy, est le seul candidat sortant aux élections sénatoriales du 25 septembre dans les Pyrénées-Orientales. Sa marge de manoeuvre, depuis le centre, est importante, tout comme peut l'être celle du candidat Christian Bourquin, aidé par son statut d'exclu du Parti Socialiste.

    Sur la lancée de ses 10 premières années en tant que sénateur des Pyrénées-Orientales, Jean-Paul Alduy a officialisé, ce vendredi à Perpignan, le nom du suppléant avec lequel il se représente aux grands électeurs du territoire. Il s'agit de Bernard Remedi, maire de Prats-de-Mollo, qui compose avec le président de l'agglomération Perpignan-Méditerranée un tandem issu à 100% de la région du Vallespir, où la famille Alduy puise ses racines. Cette équipe positionne le maire-adjoint de Perpignan, membre du Parti Radical, associé à l'UMP jusqu'en janvier prochain, avec une personnalité sans étiquette, classée à droite et compatible avec les sensibilités de gauche. Détenteur d'un certain pragmatisme des missions de terrain, M. Remedi, également conseiller général, est président du groupe des non-inscrits de l’assemblée départementale. M. Alduy, qui s'appuie nécessairement sur un bilan, s'est fait remarquer le mois dernier en présentant les conclusions d'une mission Pôle Emploi, service dont il a déploré les sous-effectifs au niveau national et un besoin de “culture de la performance".

    L'aptitude à embrasser un large spectre politique peut aussi être revendiquée par le candidat Christian Bourquin, président de la région Languedoc-Roussillon. Apprécié par le sénateur sortant Paul Blanc, très UMP, qui ne se représente pas, comme par l'ancien président du Conseil Général René Marquès, ancien UDF, M. Bourquin compte ouvertement sur certaines sympathies de droite. Parallèlement, la candidature du maire UMP du Soler, François Calvet, devrait bénéficier de la force du parti présidentiel, mais pourrait subir une fenêtre de tir plus restreinte. L'offre proposée par ces trois grands candidats, l'un à double-étiquette, l'autre avec une seule, l'autre sans, est soumise aux suffrages de quelque 1200 parlementaires, conseillers généraux, conseillers régionaux, adjoints et délégués communautaires. Seuls deux sièges sont à pourvoir pour ce scrutin, qui attire également la participation du candidat socialiste Charles Campigna. Dans le camp souverainiste, le Front National présente Robert Sultan, précédemment candidat aux élections cantonales sur la Côte Vermeille, tandis que le Mouvement Républicain et Citoyen est représenté par Chantal Décosse, conseillère municipale de Céret, et Maryse Gomez, conseillère municipale de Saint-Laurent de la Salanque. Pour sa part, le Front de Gauche présente Phlippe Galano, conseiller municipal communiste de Cabestany.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :