• Christian Eckert n'écarte pas une hausse des impôts en 2015, Stéphane Le Foll dément

    Christian Eckert n'écarte pas une hausse des impôts en 2015, Stéphane Le Foll dément

    lien 

    REPLAY - Le secrétaire d'État chargé du Budget, contredit par le porte-parole du gouvernement, estime que la non augmentation des impôts ne peut être garantie.

    <figure id="media-player">
    Christian Eckert, invité de RTL, le 13 novembre 2014
    <figcaption>
    Christian Eckert n'écarte pas une hausse des impôts en 2015 Crédits : RTL | Durée : <time id="media-time">07:06</time> | Date : <time datetime="2014-11-13T08:37:00+01:00" id="media-date">13/11/2014</time>
    1/2
    </figcaption> </figure>
    par Jean-Michel Aphatie , Romain Renner <time datetime="2014-11-13T08:05:00+01:00">publié le 13/11/2014 à 08:05</time> <time datetime="2014-11-13T08:55:00+01:00">mis à jour le 13/11/2014 à 08:55</time>
    <aside data-hitcount-url="/article/share/7775306538" id="article-tool">
    57Partages
    </aside>

    "On ne peut pas graver dans le marbre une situation qui dépend d'un contexte international que nous ne maîtrisons pas". Alors que François Hollande a annoncé que les impôts n'augmenteraient pas en 2015, Christian Eckert n'exclut pas d'avoir recours à une nouvelle hausse, selon la situation économique. Une annonce à laquelle les Français ont du mal à croire.

    Les propos du secrétaire d'État ont immédiatement été contredits par Stéphane Le Foll : "Pour moi, la promesse de François Hollande est gravée dans le marbre. La porte est fermée". Le porte-parole du gouvernement dit toutefois "comprendre" Christian Eckert lorsqu'il évoque "le contexte international qui peut évoluer".


    Le secrétaire d'État chargé du Budget rappelle par ailleurs que 
    la hausse de 20% de la taxe sur les résidences secondaires n'entre pas dans la catégorie des nouveaux impôts. "Cette disposition était annoncée bien avant l'intervention du Président (...), c'est une demande d'un certain nombre de territoires", explique-t-il.

    Les économies des collectivités territoriales

    Selon Christian Eckert, "les populations autochtones des zones très touristiques ont du mal à se loger car les résidences secondaires captent l'ensemble du marché (...) Cette disposition, qui pourra être retravaillée, n'est pas faite pour renflouer le budget de l'État mais celui des communes. Celles qui ne le souhaitent pas, ne la feront pas".

    Le secrétaire d'État rappelle également que le gouvernement cherche à réduire le déficit en privilégiant les économies aux impôts. "Le cap, c'est de réduire les déficits et ne pas casser la croissance (...) En 2015, l'impôt sur le revenu va baisser de trois milliards d'euros, soit neuf millions de foyers fiscaux".

    Et de conclure en évoquant les dépenses des collectivités locales, dont le gouvernement a diminué les dotations : "Elles ont connu une inflation considérable (...) On les pousse à faire des économies de fonctionnement".


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :