• Comment Donald Trump parvient à incarner l?Amérique qui gagne dans une société en perte de repères

     

    Comment Donald Trump parvient à incarner

    l’Amérique qui gagne dans une société en

    perte de repères

    Provocateur, xénophobe, milliardaire, Donald Trump, nouvelle coqueluche des électeurs républicains n'en finit plus de faire parler de lui. Dans le cadre des primaires républicaines, ce magnat de l'immobilier se positionne, contre toute attente, comme un concurrent sérieux.

    Un peu plus qu’un show

    Publié le <time datetime="2015-07-23T11:08:39+02:00" itemprop="datePublished">23 Juillet 2015  lien </time>

     

    Comment Donald Trump parvient à incarner l’Amérique qui gagne dans une société en perte de repères

    Atlantico : Candidat aux primaires républicaines, Donald Trump, qui faisait jusqu'alors figure de concurrent pas crédible, semble connaître un regain d'attention chez les électeurs républicains. Provocateur, ouvertement xénophobe et assez caricatural, comme expliquer que Donald Trump se retrouve ainsi sous le feu des projecteurs ? Est-il la seule incarnation du côté spectacle que la vie politique américaine peut parfois revêtir ? Qu'est ce qui vient alimenter sa soudaine popularité ? Est-elle partie pour s'inscrire dans la durée ?

    Sylvain Cypel : Il est important de tenir un discours qui correspond à la fraction la plus dure et la plus conservatrice du parti républicain. D'abord parce qu'elle est importante, elle est la plus militante, la plus mobilisée, son impact sur le processus électoral des primaires est primordial. Il devient problématique pour le candidat élu, quand il s'agit d'élargir son électorat potentiel au centre. Mais pour se faire élire, il faut ne pas avoir cette fraction là du parti contre soi. Quand je dis cette fraction, c'est plus de la moitié du parti aujourd'hui. Ce n'est pas seulement le Tea Party, mais le Tea Party est un constitutif de cette fraction. J'ai lu une étude qui décrivait les gens attirés par Trump. Ce sont des gens, conservateurs américains, déçus par le parti républicain, qui trouvent que le parti n'en fait pas assez. Et enfin, voilà un homme qui souvent correspond à leur idéal type du succès professionnel. Voilà un homme qui a construit une fortune. Après, peu importe comment il l'a construite, que ça soit à Atlantic City, le Las Vegas de la côte Est américaine. Mais peu importe, le succès économique en soi est un très bon point pour lui. Et voilà un homme qui dit ce qu'on veut entendre, c'est à dire que tous les immigrés sont des assassines, des violeurs, ça ça leur plait, voilà ce qu'ils demandent à entendre. On est au début du processus, je lis ce que tous les chroniqueurs américains disent. Tout le monde dit que Trump ne sera pas désigné par le parti, car à un moment où à un autre, l'appareil du parti se mobilise. Il ne faut pas uniquement gagner la primaire, il faut gagner l'élection présidentielle. Un candidat comme Trump générera un rejet de la majorité de l'électorat américain. Mais on ne peut pas exclure que quelqu'un s'impose contre l'appareil du parti. Aujourd'hui, il plait à cette frange qui se sent la plus déstabilisée dans les Etats-Unis tels qu'ils sont devenus.

    Chez qui Donald Trump jouit-il d'une importante popularité ? De quoi Donald Trump est-il le symbole ? Quelles parties de la population vient-il rassurer ? 

    Sylvain Cypel : Je dirai plutôt qu'il vient "conforter". Il conforte cette partie de la population qui est essentiellement composée d'hommes, des mâles, qui sont très massivement blanc. Ils sont white only, rien d'autre que blanc. C'est parmi eux que l'on trouve l'immense majorité des adhérents du Tea Party, c'est parmi eux que l'on trouve l'immense majorité des partisans des politiques les plus conservatrices, c'est parmi eux que l'on trouve ceux qui veulent que l'état prennent des mesures répressives vis-à-vis des immigrés clandestins. C'est eux qui ont le plus le sentiment que l'Amérique va à vau-l'eau, que l'Amérique perd de son rayonnement, et que les valeurs de l'Amérique ne sont plus respectées au sein du pays. Ils adhèrent le plus au discours conservateur. Trump a quelques éléments supplémentaires qui font sa séduction auprès de cet électorat là. Je vais prendre un exemple qui fonctionne très bien au Etats-Unis, c'est sa grossièreté. Il s'exprime de manière grossière.Très récemment, Rick Perry l'a critiqué en le traitant de démagogue. La manière avec laquelle il a répondu, est d'une vulgarité terrible : "Rick Perry devrait commencer par passer un test de QI avant d'être candidat à, la primaire, il ne connait pas le sens du mot démagogue. " Il l'a rembarré de manière très grossière et l'a attaqué à titre personnel, et ça, ça plait dans une fraction électorale très anti-Washington, anti-Hollywood. Une fraction qui va détester les intellos, les beaux parleurs, et va admirer les self made man.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :