• Comment un avion de chasse suisse a provoqué un imbroglio entre la France et la Russie

    <header>

    Comment un avion de chasse suisse a provoqué un imbroglio entre la France et la Russie

    La France déplore la convocation de son ambassadeur à Moscou par les autorités russes. Lesquelles ont affirmé, à tort, qu'un avion français était impliqué dans un incident avec un appareil russe.

    </header>

    Un avion suisse F-18. (SIPANY/SIPA)
    Un avion suisse F-18. (SIPANY/SIPA)
    <aside class="top-outils"></aside><aside class="inside-art" id="js-article-inside-art"><section class="social-buttons js-share-tools"></section></aside>

    Imbroglio diplomatique dans le ciel français. Après plusieurs heures de confusion, la Suisse a admis, lundi 19 octobre, que l'un de ses avions de chasse avait approché d'un peu trop près un appareil diplomatique qui transportait le président du Parlement russe vers Genève, une manoeuvre jugée "dangereuse" par Moscou.

    Cet incident a conduit à un bref accrochage entre Moscou et Paris, la Russie ayant dans un premier temps incriminé un appareil militaire français avant de reconnaître son erreur et de s'excuser. Retour sur cet embrouillamini diplomatique.

    # La Russe accuse la France

    Vers 16h30 ce lundi, une dépêche AFP nous apprend que la diplomatie russe a convoqué l'ambassadeur de France à Moscou pour lui signifier sa "profonde préoccupation". La raison du courroux du gouvernement de Dmitri Medvedev ? Un avion de chasse de l'armée de l'air française se serait approché "dangereusement" de celui du président de la Douma (Parlement russe), Sergueï Narychkine, en route pour Genève avec une délégation pour assister à une réunion de l'Assemblée de l'Union interparlementaire (UIP). 

    Selon la porte-parole de Sergueï Narychkine jointe par l'AFP, Evguenia Tchougounova, qui était à bord du vol, l'avion de chasse s'est approché "très près" et un des membres de la délégation russe a même été en mesure d'en prendre une photo. De quoi rendre sûr de son fait Moscou.

    Ce genre d'actions ternissent la possibilité d'utiliser la France comme lieu pour des rencontres multilatérales et pour des négociations", critique le ministère russe.

    Et Moscou a matière à s'inquiéter. Sergueï Narychkine figure en effet depuis le début de la crise ukrainienne sur la liste des personnalités russes sanctionnées par l'Union européenne et par conséquent interdites de séjour sur son territoire. 

    # Paris pointe du doigt son voisin suisse

    "C'est pas nous, c'est les Suisses !", aurait pu répondre en résumé Paris. Car, visiblement surpris par les accusations de la Russiele Quai d'Orsay réplique sans tarder, en expliquant que l'avion qui s'est approché dans le ciel français de l'appareil russe n'est pas français mais... Suisse.

    C'était un avion suisse, un F-18, et il n'y a pas d'avion militaire français en cause", explique alors le ministère des Affaires étrangères français à l'AFP.

    Explication de la présence de cet appareil helvète dans le ciel français : la Suisse, en application d'un accord visant la protection de Genève, a une autorisation de survol dans l'est de la France.

    # La Suisse lève le doigt

    Face à ce démenti ferme de la France, le ministère russe des Affaires étrangères décide logiquement de contacter les autorités suisses pour tenter d'éclaircir l'incident. Ce que ne va pas manquer de faire le ministère de la Défense suisse.

    En début de soirée, ce dernier confirme qu'un avion F-18 de son armée a bien approché pour un "contrôle de routine" celui du président de la chambre basse du Parlement russe. Le contrôle a eu lieu "sur le territoire suisse, au-dessus de Bienne", précise même un porte-parole du ministère, Peter Minder.

    C'était un contrôle normal des forces aériennes suisses. [...] On a fait un contact visuel avec le pilote, on a noté l'immatriculation. Tout était en ordre. C'était une procédure standard, une vérification", explique-t-il à l'AFP.

    # Paris fulmine, Moscou s'excuse

    La fin de l'imbroglio diplomatique ? Pas vraiment. Dans la soirée, Paris adresse une réprimande à Moscou dans un communiqué commun des ministères des Affaires étrangères et de la Défense :

    Nous déplorons que l'ambassadeur de France à Moscou ait été convoqué toutes affaires cessantes. Les mises au point nécessaires sont effectuées auprès des autorités russes."

    Finalement, c'est la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui met fin aux bisbilles franco-russes. Elle indique que Moscou a présenté ses excuses par voie diplomatique à Paris et demandé en retour des explications aux Suisses.

    G.S.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :