• Creuse : les parents du bébé disparu principaux suspects

    Creuse : les parents du bébé disparu

    principaux suspects

    lien Des plongeurs de la gendarmerie cherchant le petit Loan, le 29 août 2014 à Chenerailles - Thierry Zoccolan/AFP


    Des plongeurs de la gendarmerie cherchant le petit Loan, le 29 août 2014 à Chenerailles

    - Thierry Zoccolan/AFP

     

    Les parents du petit Loan, qui affirmaient depuis trois jours que leur bébé avait été enlevé par un inconnu dans la Creuse, ont été placés en garde à vue samedi pour "enlèvement, séquestration et violences", a annoncé le procureur de la République, qui a qualifié de "très minces" les chances de retrouver l'enfant vivant.

    Le père et la mère, âgés respectivement de 31 ans et 24 ans, ont été placés en garde à vue à 15H15, a annoncé lors d'une conférence de presse à Guéret le Procureur de la République, Sébastien Farges, qui n'a pas souhaité dévoiler le lieu où ils étaient entendus.

    Pour justifier le placement en garde à vue du couple, le magistrat a évoqué "des incohérences et des invraisemblances dans le discours des deux parents, tant sur le plan matériel que sur le scénario", avec "une partie de leur propos qui semble scénarisée". Les parents affirmaient depuis le début de l'affaire que leur enfant, âgé de quatre mois, avait été enlevé sous leurs yeux à Chénérailles par un mystérieux ravisseur.

    "J'ai des raisons de penser que les parents ont participé aux faits", a poursuivi le magistrat, indiquant que le "bébé a pu subir des violences, sans savoir qui a pu les commettre". "Nous ne travaillons que sur des hypothèses : accident domestique, un tiers", a-t-il ajouté, sans plus détails.

    Le procureur s'est dit par ailleurs "pessimiste" sur le sort du bébé qui souffrait d'une malformation cardiaque et qui avait été opéré en juillet. "Les chances de retrouver ce soir ou dans les jours qui viennent un enfant vivant, et même tout simplement de retrouver l'enfant, sont très minces", a-t-il déclaré.

    Les parents avaient signalé à la gendarmerie, le 27 août au soir, la disparition de leur enfant, sur une aire de loisirs, à une dizaine de kilomètres de leur domicile, dans l'est du département. Aux enquêteurs, ils avaient déclaré que le bébé, qui se trouvait dans un couffin de type "cosy" déposé près de leur véhicule, avait été kidnappé par un inconnu alors qu'eux jouaient à la pétanque.

    - climat familial violent -

    "Le bébé peut être n'importe où dans le département", a estimé samedi le procureur. Il a indiqué que les gendarmes allaient désormais se concentrer "sur l'enquête pure" et "chercher quand le bébé a été vu vivant pour la dernière fois". Il a par ailleurs mentionné des recherches "de traces de caches ou d'enfouissement".

    Le magistrat a souligné que les parents, domiciliés depuis trois ans à Lavaveix-les-Mines, à 25 km au sud-est de Guéret, évoluaient dans un "climat familial de violence". Le père de famille a notamment été condamné en février par le tribunal de Guéret pour des faits de "violences", a-t-il indiqué, sans en préciser la nature. Des violences conjugales ont été mentionnées par plusieurs proches.

    Dès l'annonce de la disparition, un vaste dispositif de recherches avait été mis en place sur l'aire de loisirs et dans les environs. Plusieurs dizaines de gendarmes se sont relayés pendant trois jours pour ratisser la zone, se concentrant sur les espaces boisés et les étangs, sans résultat. Une équipe cynophile et un hélicoptère ont été également mobilisés.

    D'emblée, le parquet avait appelé à la prudence dans cette affaire, se refusant à qualifier les faits, enlèvement ou disparition. Aucun appel à témoin n'avait été lancé et le dispositif alerte-enlèvement n'avait pas été déclenché.

    Cette affaire n'est pas sans rappeler celle de la petite Fiona à Clermont-Ferrand.

    La mère de la fillette, âgée de cinq ans, avait alerté la police en mai 2013, déclarant que cette dernière avait disparu dans un parc, alors qu'elle-même s'était assoupie sur un banc.

    La France entière avait alors cru à un enlèvement mais quatre mois plus tard, la mère et son compagnon, tous deux cocaïnomanes, avaient avoué le décès de la fillette, qui aurait été battue. Le couple a dit l'avoir enterrée dans une forêt, mais le corps de la fillette est resté introuvable depuis malgré plusieurs épisodes de recherches.

     

    AFP

    Bébé disparu dans la Creuse: le grand-père ne croit pas au kidnapping
     

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :