• « De plus en plus de dossiers de harcèlement moral dans l’enseignement »

    Trois QUESTIONS à. « De plus en plus de dossiers de harcèlement moral dans l’enseignement »

     

    Publié le 23/11/2011 à 06:00


    M e Lalliard  Photo Philippe Juste

    M e Lalliard Photo Philippe Just

    M e Frédéric Lalliard, avocat au Barreau de Lyon

     

    Êtes-vous souvent sollicité pour des dossiers de harcèlement moral ?

    Oui, et on commence à être sollicité par des enseignants. Jusque-là on en avait assez peu. C’était tabou il y a quelques années dans la fonction publique. Il y en a de plus en plus, et il y en aura de plus en plus. Je le constate à notre cabinet où on voit des fonctionnaires, des enseignants qui viennent pour des problèmes de harcèlement moral. Ils viennent nous voir en général quand ils ont tiré toutes les sonnettes, académie, rectorat ou proviseur.

    Ils viennent vous voir pour engager une procédure ?

    C’est l’ultime étape pour eux. Mais c’est difficile devant la justice, au civil ou au pénal d’ailleurs. On se heurte au problème des preuves. Il y a parfois des attestations, mais c’est assez rare. Ce que nous font remonter les enseignants, ce sont des remarques, des attitudes de mépris de la part d’un supérieur ou autre. Mais il faut que ça se répète dans la durée. Il faut que ce soit une mise en cause permanente, au-delà du simple geste ponctuel.

    Qui harcèle qui ?

    Ça peut être le harcèlement d’un proviseur, ou de parents d’élève qui s’en prennent à l’enseignant. Ça peut être le fait d’élèves. J’ai par exemple en ce moment un cas précis d’une enseignante qui est en arrêt maladie, en situation psychologique très difficile. Elle lie sa dépression grave à un élève difficile à gérer, en rupture. Elle a complètement perdu pied face à cette situation.

    Quelques mots sur l’Autonome de solidarité ?

    L’Autonome de solidarité est un organisme auquel adhérent 90 % des enseignants du 1 er et 2 e degré. L’association est là pour venir en aide aux enseignants en cas de problèmes. Elle donne des conseils juridiques, tente des médiations le cas échéant et va en justice si besoin est.

    Conférence-débat gratuite aujourd’hui à 13 h 30 au CDDP 9, allée Michel-Ange en présence de M e Lalliard

    Propos recueillis par Alain Colombet

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :