• Défense : après les attentats, Hollande allège les coupes prévues

    <header id="titre_article">

    Défense : après les attentats, Hollande allège

    les coupes prévues

    Les Echos | <time datetime="2015-01-21T14:32:33+01:00">Le 21/01 à 14:32, mis à jour à 15:47  lien </time>
    Francois Hollande salue des officiers de police lors d'une cérémonie à la Préfecture de Paris le 8 janvier 2015. - AFP PHOTO/POOL/ Remy de la Mauviniere
    </header> <section class="left" id="gauche_article">
    • <figure itemid="/medias/2015/01/21/1085419_defense-apres-les-attentats-hollande-allege-les-coupes-prevues-web-tete-0204097314006_660x352p.jpg" itemprop="associatedMedia" itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject">

      i

       <figcaption itemprop="description">

       

      1 / 1
      </figcaption> </figure>

    La Défense supprimera 7.500 postes de moins que prévu sur la période 2015-2019, dont 1.500 dès 2015, a annoncé mercredi le président de la République.

    <aside class="articles-associes">
     
    Article(s) associé(s)
    </aside>

    Plus question, après les attentats terroristes des 7, 8 et 9 janvier, de continuer à passer le rabot sur les effectifs de la Défense. Surtout après que les équipes du Raid, du GIGN, du GIPN, tout comme les militaires appelés en renfort dans le cadre du Plan Vigipirate relevé au niveau "alerte attentat", ont retrouvé la faveur, voire la ferveur, des Français.

    Lors d'un conseil de défense à l'Elysée, le président de la République, François Hollande "a décidé de réduire de 7.500 les déflations d'effectifs prévues pour le ministère de la Défense sur la période de 2015 à 2019 par la loi de programmation militaire, dont 1.500 dès l'année 2015", a indiqué l'Elysée dans un communiqué publié mercredi. A cette fin, la loi de programmation militaire sera actualisée "d'ici à cet été" à la demande du président.

     

    Les effectifs maintenus "permettront de renforcer la protection intérieure et de contribuer au renforcement du renseignement et de la cybersécurité", a précisé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale.

    Rythme revu et adapté

    Cette annonce confirme un engagement pris dès le 14 janvier. Venu présenter ses voeux aux forces armées sur le porte-avions « Charles-de-Gaulle » en partance pour le Golfe, François Hollande avait annoncé qu'il comptait mettre un frein à la restructuration en cours au sein des armées « La situation exceptionnelle que nous connaissons doit nous conduire à revenir sur le rythme des réductions d'effectifs qui avait été programmé dans la loi de programmation militaire sur les trois prochaines années. Ce rythme doit être revu et adapté », avait-t-il déclaré devant plusieurs centaines de marins.

     

    Il était temps de conforter la Grande Muette, ébranlée par des restructurations à répétition. Nicolas Sarkozy avait en effet décidé de supprimer 54.000 postes, François Hollande a alourdi la facture de 25.800. Cette année, 7.500 postes devaient être supprimés, puis 7.500 en 2016, 7.300 en 2017 et 3.500 en 2018.

    A la fin de 2013, l'armée française comptait 278.000 personnels civils et militaires. Dans un entretien aux "Echos", le président du Nouveau centre, Hervé Morin, a appelé ce matin à renforcer ses effectifs .

    </section>

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :