<figure>

  •  
<figcaption> © FRANCOIS GUILLOT / AFP </figcaption></figure>

L'ESSENTIEL - L'UMP-UDI obtient 29,2% des suffrages, selon une première estimation Ifop pour Europe 1. Le Front national suit avec 26,3% des voix, le Parti socialiste est à 21,4%.

Ils étaient au coude à coude dans les sondages. C'est finalement l'alliance UMP-UDI qui devance le Front national au premier tour des élections départementales, selon les premières estimations de l'Ifop, partenaire d'Europe 1. Les candidats UMP et UDI rassemblent 29,2% des suffrages au niveau national, contre 26,3% pour le FN. Quant au Parti socialiste, sa défaite était annoncée : il obtient 21,4% des suffrages, d'après ces premières données.

Le pari semble donc gagné pour Nicolas Sarkozy, qui a repris les commandes de l'UMP depuis novembre. Même si l'essai reste à transformer au second tour : on saura alors combien de départements l'UMP et l'UDI parviennent à faire tomber dans leur escarcelle. D'autant que le Front national peut encore espérer la conquête d'un département dimanche prochain, tandis que la gauche tentera le tout pour le tout pour sauver les meubles.

• La participation estimée à un peu plus de 50%

A 17 heures, 42,98% des électeurs inscrits étaient allés voter, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. C'est plus que lors des cantonales de 2011 à la même heure (36,38%), mais seuls la moitié des départements étaient alors appelés aux urnes. Ce niveau de fréquentation des bureaux de vote, légèrement supérieur à celui des européennes de mai 2014 à la même heure (35,07%), est cependant inférieur à celui enregistré aux municipales en mars 2014 (54,72%). L'abstention au premier tour de ce scrutin devrait s'élever sur l'ensemble de la journée à 48,5% selon CSA et l'Ifop et à 49,5% selon Ipsos et Harris Interactive.

• Un scrutin local, mais des enjeux nationaux

Ce sont 2.054 élections qui se déroulent simultanément dimanche, une dans chaque canton. Un scrutin local, mais qui sera évidemment scruté à la loupe par l'exécutif et les états-majors partisans. A chacun ses doutes et ses inquiétudes. De quelle ampleur sera la défaite pour une gauche piégée par ses divisions ? Le Front national, donné vainqueur par plusieurs sondages, parviendra-t-il à conquérir un département ? Le retour de Nicolas Sarkozy aura-t-il un effet sur une UMP devancée par le FN aux européennes de 2014 ?

• Un second tour dimanche prochain

Dans chacun des 2.054 cantons, les électeurs doivent voter pour un binôme de candidats composé obligatoirement d'un homme et d'une femme. Les noms des futurs conseillers départementaux seront connus dimanche 29 mars, à l'issue du second tour. Pour se qualifier, un binôme doit passer le seuil des 12,5% des électeurs inscrits. Il est possible d'être élu dès le premier tour, à condition d'obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages égal à au moins 25% des électeurs inscrits. Compliqué, dans un contexte de faible participation.

Elections : les départements qui peuvent basculer

© AFP

>> LIRE AUSSI - Départementales : le point sur la participation

>> LIRE AUSSI - Départementales : les enjeux, parti par parti

>> VIDÉO - C’est quoi le quotidien d’un conseiller départemental ?