• Des millions d'arnaques au SMS piègent les usagers

    Des millions d'arnaques au SMS piègent les usagers

     

    Par Cécilia Gabizon Mis à jour <time class="updated" datetime="31-12-2011T14:29:00+02:00;">le 31/12/2011 à 14:29</time> | publié <time datetime="30-12-2011T20:07:00+02:00;" pubdate="">le 30/12/2011 à 20:07</time>

     

    Les opérateurs téléphoniques ont mis en place un service pour dénoncer et poursuivre les éditeurs «indélicats» qui envoie des SMS racolleurs.
    Les opérateurs téléphoniques ont mis en place un service pour dénoncer et poursuivre les éditeurs «indélicats» qui envoie des SMS racolleurs. Crédits photo : ETIENNE LAURENT/AFP

    En cette période de fêtes, les messages attractifs ou intrigants qui invitent à composer des numéros surtaxés se multiplient.

    QUI n'a jamais reçu un de ces SMS alléchants, qui nous désigne comme l'heureux gagnant d'un chèque, l'élu d'un tirage spécial, le destinataire d'un cadeau?… À condition de rappeler un numéro commençant par 0 899…? En période de fêtes, ces SMS pullulent. Et le nombre de victimes des numéros surtaxés bondit. En composant ce numéro spécial, certains naïfs héritent parfois d'un petit lot, mais à coup sûr d'une facture téléphonique alourdie. Les notes peuvent enfler de 100 euros, avec ces numéros gourmands où l'on perd de longues minutes à «presser 1, presser 2, presser #, presser 1 de nouveau…».

    On compte déjà près de 2,3 millions de plaintes auprès du 33.700 qui recense ces arnaques. Attention donc. «Ce qui est trop beau pour être vrai ne l'est pas», rappelle-t-on chez Orange. «Il faut du bon sens», insistent tous les opérateurs téléphoniques. Mais il n'est pas toujours simple de distinguer l'arnaque. La qualité des messages piratés, leur vraisemblance font que 1 % à 5 % des millions de destinataires tombent dans le piège. D'autant que les spammeurs usent de ruses chaque jour nouvelles pour entraîner les naïfs vers leurs circuits surtaxés, reconnaît Dominique Martin, de la Fédération française des télécoms (FFT). Ce ne sont plus seulement les petits SMS qui suggèrent «tu me plais, j'ai besoin de te parler». Ni l'inquiétant «Suis à l'hôpital rappelle moi». Ou pire encore «Nous avons votre enfant». Mais des messages plus sophistiqués. «Vous avez reçu un MMS… Composer le 0 888 pour le récupérer». La plupart des gens, comme Jacqueline, 52 ans, pensent «juste l'ouvrir» en suivant le lien… sans comprendre qu'ils composent un numéro surtaxé. 2,99 euros l'appel en l'occurrence!

    Système de robot

    Dans certains cas, la simple réception est facturée. «J'ai un tout petit forfait, raconte Maurice. Et comme je suis retraité, j'ai pris le temps de regarder ma facture de près. J'avais chaque mois des communications en extra. Des numéros comme 03244...» Il appelle son opérateur, se plaint. Et se fait répondre qu'il s'agit de MMS. Qu'il doit renvoyer le mot «STOP» à l'expéditeur… Une technique énigmatique. Et parfois efficace. Car bien souvent, le client «a souscrit une sorte d'abonnement, sans même le savoir, en se rendant sur un site de météo, d'horoscope, de sonneries de mobile, et, alléché par une offre gratuite, a laissé son numéro, sans lire dans le détail que les prochains MMS seraient facturés 3 euros chaque semaine», explique-t-on à La Poste mobile ou encore chez Orange… Et c'est ainsi que le compteur démarre, le plus légalement du monde.

    En France contrairement aux États-Unis, le spam est interdit. Mais «les opérateurs téléphoniques qui vendent des lignes aux démarcheurs ne sont pas responsables du contenu des SMS», rappelle Dominique Martin. Certains messages commerciaux sont désirés par les clients. Pour autant, devant l'ampleur des arnaques, les opérateurs ont mis en place un service pour dénoncer et poursuivre les éditeurs dits «indélicats» qui envoient des SMS mensongers. La plupart des spammeurs utilisent «un système de robot, une “pondeuse” qui compose ensuite des numéros aléatoires et envoie le même message des milliers de fois», précise encoreDominique Martin. Lorsqu'un numéro louche est repéré, les opérateurs interviennent. Quelque 1500 lignes ont été coupées depuis 2008. Mais pour l'instant, aucune procédure judiciaire n'a abouti. Car ce sont bien souvent des éditeurs qui ont pignon sur rue et proposent des services désirés par les clients… qui émettent par vagues des millions de spams. La nuit du réveillon, plus d'un milliard de messages vont s'échanger. Pour bien commencer l'année, droit dans son forfait, prudence avec les vœux qui enchantent et les lendemains surtaxés.

    LIRE AUSSI:

    » La quantite d'informations numeriques explose.php


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :