• Dette : la Grèce retarde ses remboursements au FMI

    Dette : la Grèce retarde ses remboursements au FMI

    04 Juin 2015, 19h42 | MAJ : 04 Juin 2015, 22h59
     

    <figure> ILLUSTRATION. Athènes a décidé jeudi de repousser à fin juin le règlement de quatre échéances de prêts dues au Fonds monétaire international. <figcaption class="articleChapeau ">ILLUSTRATION. Athènes a décidé jeudi de repousser à fin juin le règlement de quatre échéances de prêts dues au Fonds monétaire international.
    (AFP/Louisa Gouliamaki)</figcaption> </figure>

    La Grèce ne sera pas en retard de paiement de paiement vendredi. Athènes a, in extremis, décidé de repousser à fin juin le règlement de quatre échéances de prêts dues au Fonds monétaire international, dont la première devait être versée vendredi. Le règlement du FMI permet cette temporisation.

     
    <aside class="bloc m10t" id="complements">

    Sur le même sujet

    <article class="article_list article76x45 img16-9">
    <figure> Remboursement de sa dette : Athènes donne des gages de bonne volonté </figure>
    </article> <article class="article_list article76x45 img16-9">
    <figure> ABONNES. La Grèce résiste à la carte bleue </figure>
    </article> <article class="article_list article76x45 img16-9">
    <figure> Dette grecque : Tsipras rencontre Juncker pour trouver un accord </figure>
    </article>
    </aside>

    «Cette possibilité nous laissera plus de temps pour la négociation», a justifié une source gouvernementale grecque. La somme de 1,6 milliard d'euros, est désormais due au 30 juin.

    Athènes est en  négociations avec ses créanciers, l'Union européenne et FMI, sur un accord qui permettrait de débloquer la dernière tranche des prêts internationaux au pays, soit 7,2 milliards d'euros, qui lui permettraient de honorer ses dettes.  Les pourparlers avec les créanciers sont entrés dans un nouveau cycle de discussions au plus haut niveau mercredi et devraient se poursuivre les prochains jours, a assuré Alexis Tsipras mercredi à Bruxelles à l'issue d'un dîner de travail décrit comme «long et sportif » par  le président de la Commision européen Jean-Claude Juncker et jugé «très bon» par le patron de la zone euro, Jeroen Dijsselbloem, qui s'est également joint à cette rencontre.

    Alexis Tsipras avait alors laissé entendre que le paiement de vendredi serait honoré. La directrice générale du FMI, Christine Lagarde s’était d’ailleurs déclarée « confiante » jeudi, quelques heures avant la demande grecque de report.

    La chancelière allemande Angela Merkel a affirmé à la chaîne de télévision française France 2 jeudi soir qu'il fallait «des efforts notables de la part d'Athènes», soulignant que l'objectif des négociations est que la Grèce «reste» dans la zone euro. «Maintenant, c'est à la partie grecque de dire ce sur quoi elle souhaite éventuellement bouger», lui a fait écho le ministre français des Finances, Michel Sapin.

    Les divergences portent notamment sur une réforme radicale des retraites souhaitée par FMI et un système de TVA à deux taux. Vendredi, il informera le Parlement grec de l'avancée des négociations. Les parlementaires devront donner leur aval si un accord  est trouvé entre Athènes et ses créanciers.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :