• Djihadistes présumés de l'Haÿ-les-Roses: les six prévenus condamnés

    JUSTICE Ils avaient projeté de permettre à certains de leurs membres de rejoindre des groupes djihadistes au Mali...

    Djihadistes présumés de l'Haÿ-les-Roses:

    les six prévenus condamnés

    lien

    <figure class="oembed oembed-photo" data-src-format="photo" role="group">

    Vue du tribunal correctionnel de Paris prise le 23 février 2005

    <figcaption>Vue du tribunal correctionnel de Paris prise le 23 février 2005 - Joel Saget AFP</figcaption> </figure>

    20 Minutes avec AFP

    Six jeunes hommes qui avaient formé un groupe à L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), jugés pour avoir projeté de permettre à certains de leurs membres de rejoindre des groupes djihadistes au Mali, ont été condamnés vendredi soir à des peines allant jusqu'à neuf ans de prison. Les condamnations, prononcées par le tribunal correctionnel de Paris, sont légèrement inférieures aux réquisitions du parquet.

    Les prévenus faisaient tous partie d'un groupe de «six amis qui partagent les mêmes idées islamistes radicales», rassemblés autour d'un règlement, pour que ses membres fassent la «hijra», un terme arabe qualifiant l'émigration vers une terre ou règne la charia. Un «projet de djihad qui ne dit pas son nom», pour la représentante du parquet.

    Prêcheur, il représenterait un «danger» en détention

    Le chef de ce groupe, Sofiyan Ifren, 29 ans, a été condamné à cinq ans de prison, dont deux avec sursis et mise à l'épreuve. Le tribunal n'ayant pas décerné de mandat de dépôt à son encontre, le prévenu, qui a fait un an de détention provisoire est reparti libre, la partie ferme de sa peine étant aménageable. «C'est une chance qu'on vous donne, on espère ne pas se tromper», lui a lancé le président Denis Couhé.

    Prêcheur, Ifren, «se tient à carreau» depuis sa libération, et il représenterait un «danger» en détention, selon Me Marie-Pompéi Cullin. Loin d'une démarche «violente et secrète qui serait le terreau du terrorisme», le groupe a fait preuve, en signant ce règlement, «d'une transparence désarmante», a-t-elle plaidé.

    La peine la plus lourde, neuf ans de prison, a été prononcée contre un jeune homme de 25 ans, qui a fait deux voyages de «repérage» en janvier et mars 2012. Il est sans doute mort avec des djihadistes en mars 2013 lors d'une attaque contre l'aéroport de Tombouctou au Mali, mais son décès n'a pour l'heure pu être confirmé de manière certaine.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :