• Equipe de France : Karim Benzema vers la sortie

    Equipe de France : Karim Benzema vers la sortie

    Le Monde.fr | <time datetime="2015-12-10T11:32:46+01:00" itemprop="datePublished">10.12.2015 à 11h32</time> • Mis à jour le <time datetime="2015-12-10T14:25:04+01:00" itemprop="dateModified">10.12.2015 à 14h25</time> | Par

    Karim Benzema.

    « On aurait préféré se passer de cette affaire. Mais cela n’a pas de conséquence. Il n’y a aucun souci », assurait au Monde le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, quand on l’interrogeait sur la mise en examen de Karim Benzema, le 5 novembre, pour « complicité de tentative de chantage » dans la désormais célèbre affaire de la « sextape » dont son partenaire chez les Bleus, Mathieu Valbuena, est la victime.

    Le patron de la FFF a pourtant convoqué une conférence de presse jeudi 10 décembre à 16 heures au siège de la Fédération, sis boulevard de Grenelle, à Paris, pour annoncer, selon nos informations, la mise à l’écart de Karim Benzema.

    Qu’est-ce qui a fait changer d’avis Noël Le Graët, qui prenait encore la défense de son attaquant – « On a quelqu’un qui est quand même présumé innocent, je n’aime pas la justice médiatique […]. La vraie question est de savoir si Benzema est l’avant-centre type de l’équipe de France. On reviendra vite au sport » – le mardi 10 novembre ?
    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/football/article/2015/12/10/equipe-de-france-benzema-vers-la-sortie_4828890_1616938.html#iZifoGVUH53EE2QU.99

    Lire nos informations : Chantage à la « sextape » : ce que Karim Benzema a dit à la justice

    Pression politique et médiatique

    Le lendemain, L’Equipe, dans la foulée d’Europe 1, publiait la retranscription d’écoutes téléphoniques très embarrassantes pour le numéro 10 des Bleus entre Karim Benzema et son ami Karim Zenati, également mis en examen dans l’affaire. Mais c’est surtout l’entretien accordé au Monde par Mathieu Valbuena qui semble avoir conduit Noël Le Graët à infléchir sa position. Dans l’interview publiée le vendredi 27 novembre, le milieu de l’équipe de France et de l’Olympique lyonnais expliquait comment son partenaire l’avait « incité » indirectement à payer les maîtres-chanteurs. Quelques heures plus tard, la Fédération décidait de se porter partie civile dans l’affaire.

    Depuis, la pression politique et médiatique s’est accentuée sur les épaules du patron du foot français. « Un sportif, ça vaut pour Karim Benzema, ça vaut pour d’autres, doit être exemplaire. Et s’il n’est pas exemplaire, il n’a pas sa place dans l’équipe de France », lâche le premier ministre, Manuel Valls, le 1er décembre, sur les ondes d’Europe 1. Plusieurs sondages suggèrent que les Français sont majoritairement contre un retour de l’attaquant du Real Madrid sous le maillot bleu.

    Benzema a beau prendre la parole le 3 décembre sur TF1, la chaîne partenaire des Bleus, pour expliquer qu’il n’est « pas coupable » et qu’il souhaite « retourner en équipe de France pour gagner cet Euro » avec Mathieu Valbuena, il reste isolé. Même le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, dont Benzema se prévalait du soutien, se rangera derrière le président de la FFF. Seul Zinedine Zidane, aujourd’hui entraîneur de l’équipe réserve du Real Madrid, a manifesté publiquement son soutien à l’attaquant qui « peut apporter beaucoup de choses à l’équipe de France ». Le meilleur buteur en activité des Bleus (27) évolue à son meilleur niveau avec le Real. Il a encore inscrit un triplé face à Malmö en Ligue des champions mardi 8 décembre.

    Sauf que le patron de la Fédération devrait davantage s’appuyer sur la « charte éthique du football » que sur les statistiques du principal atout offensif des Bleus pour motiver sa décision de le suspendre. Très attaché à l’image des Bleus et obsédé par les sponsors, Noël Le Graët n’avait pas hésité à suspendre Antoine Griezman près de quatorze mois, en novembre 2012, pour avoir fait le mur avec les Espoirs. Surtout, la procédure judiciaire interdit à Karim Benzema d’entrer en contact avec Mathieu Valbuena et pourrait polluer l’image des Bleus jusqu’à l’Euro 2016, dont le coup d’envoi sera donné au Stade de France le 10 juin 2016.

    L’annonce attendue de Noël Le Graët lui permet en tout cas de se débarrasser – provisoirement – d’un boulet, deux jours avant le tirage de l’Euro 2016, prévu en grande pompe au Palais des congrès à Paris, samedi soir.

    Lire aussi : Mathieu Valbuena : « Même à mon pire ennemi, je ne ferais pas ça… »


     

    lien


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :