• "Être de gauche, c'est recréer les conditions pour investir, produire et innover"

    "Être de gauche, c'est recréer les conditions pour investir, produire et innover" (Emmanuel Macron)

    <figure data-exclu="" data-surtitre="Politique">

    POLITIQUE"Être de gauche, pour moi, c'est en effet être efficace, recréer les conditions pour investir, produire et innover", a déclaré Emmanuel Macron dans une interview de Ouest-France parue mardi 2 septembre.

    <figcaption>"Être de gauche, pour moi, c'est en effet être efficace, recréer les conditions pour investir, produire et innover", a déclaré Emmanuel Macron dans une interview de Ouest-France parue mardi 2 septembre. (Crédits : Reuters)</figcaption></figure><section>

    latribune.fr  |  <time datetime="2014-09-02CEST09:53:00+0200" itemprop="datePublished">02/09/2014, 9:53 </time> -  lien

     Le nouveau ministre de l'Économie attend des entreprises qu'elles montrent leur engagement, à l'instar du gouvernement, a-t-il déclaré dans une interview à Ouest France.

    </section><section>

     

    </section><section itemprop="articleBody"><aside>
     
    </aside>

    "Il n'est pas interdit d'être de gauche et de bon sens : si on ne produit pas, ma grand-mère m'a toujours dit qu'on n'avait pas grand-chose à distribuer".

    Emmanuel Macron a ainsi donné sa vision de la gauche dans une interview au quotidien régional Ouest-france, parue mardi 2 septembre. Et le nouveau ministre de l'Économie de renchérir:

    "Être de gauche, pour moi, c'est en effet être efficace, recréer les conditions pour investir, produire et innover [...], être juste pour que les efforts comme les gains soient équitablement répartis. Être de gauche, c'est être responsable, ce n'est pas prendre une posture, c'est essayer de faire bouger les choses [...] être davantage du côté du risque que de la rente.[...] J'ai 36 ans. J'ai des convictions et je suis aujourd'hui en responsabilité, mais je ne me vois pas comme un homme politique. Je ne sais pas ce que je ferai demain. Ce que je sais simplement, c'est que ma génération aura à rendre des comptes longtemps."

    "La Scop illustre très bien l'idée que je me fais de l'entreprise"

    Ce mardi 2 septembre, Emmanuel Macron effectue son premier déplacement depuis sa nomination, afin de visiter une des plus importantes Scop de France. Il a  fait part de sa vision de l'entreprise et de son rôle dans cette interview:

    "Le gouvernement a montré son engagement à travers le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), le pacte de responsabilité et de solidarité. J'attends qu'il en soit de même pour les entreprises.L'entreprise est le cœur de notre économie, c'est elle qui emploie, exporte, innove. Et la Scop illustre très bien l'idée que je me fais de l'entreprise : une collectivité humaine qui est aussi la propriété de ceux qui la font"

    "La compétitivité ne se réduit pas aux charges et aux impôts"

    Dans cet entretien, Emmanuel Macron répond aux flots de critiques contre le CICE, en entendant se montrer vigilant:

    "Il y a une polémique sur les dividendes suite au CICE. Je m'impliquerai personnellement pour que les entreprises clarifient ce point."

    Avant de préciser sa conception de la compétitivité:

    "Sur le plan de la fiscalité, les choses ont beaucoup changé en faveur des entreprises. Mais la compétitivité ne se réduit pas aux charges et aux impôts [...] La compétitivité, c'est l'organisation de l'entreprise, son financement, la montée en gamme et en qualité, la meilleure adaptation du droit du travail, l'investissement productif".

    </section>

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :