• Gironde : deux femmes armées d'une kalachnikov factice sèment l'émoi à Andernos-les-Bains

    <time datetime="2015-12-07T19:15:29+01:00" itemprop="datePublished">07 Déc. 2015, 19h15</time> | MAJ : <time datetime="2015-12-07T19:14:30+01:00" itemprop="dateModified">07 Déc. 2015, 19h14   lien </time>
     
    <figure> ILLUSTRATION. Deux jeunes femmes de 21 et 24 ans, armées d'une kalachnikov AK47 factice, ont semé l'émoi lundi, et mobilisé durant quatre heures un important dispositif de sécurité, à Andernos-les-Bains, une petite station balnéaire du Bassin d'Arcachon (Gironde). <figcaption class="articleChapeau ">ILLUSTRATION. Deux jeunes femmes de 21 et 24 ans, armées d'une kalachnikov AK47 factice, ont semé l'émoi lundi, et mobilisé durant quatre heures un important dispositif de sécurité, à Andernos-les-Bains, une petite station balnéaire du Bassin d'Arcachon (Gironde).
    LP/Mehdi Pfeiffer</figcaption> </figure>

    Moins de quatre semaines après les attentats de Paris, deux jeunes femmes se promenaient tranquillement, masquées et avec des AK 47 ! Armes qui se sont révélées factices, mais qui ont suffi à semer l'émoi lundi, et mobilisé durant quatre heures un important dispositif de sécurité, à Andernos-les-Bains, une petite station balnéaire du Bassin d'Arcachon (Gironde).

     



    Peu avant 12h30, la gendarmerie d'Andernos a été alertée par le directeur du Lycée Nord Bassin de la présence de deux jeunes femmes, armées d'un fusil d'assaut à billes de type kalachnikov, aux abords de l' établissement, a confié un responsable de la gendarmerie, confirmant une information du journal Sud Ouest.

    Les deux jeunes femmes, âgées de 21 et 24 ans «dont l'une est domiciliée à Andernos et originaire de la région», auraient voulu faire un canular pour s'amuser... Elles ont abordé des jeunes à la sortie du lycée pour leur demander une cigarette sans même chercher à dissimuler le fusil à billes que l'une d'elle portait, selon ce gendarme. Perturbés, les lycéens ont donné l'alerte qui a aussitôt déclenché le déploiement d'un important dispositif de sécurité et mobilisé «plusieurs dizaines de gendarmes et un hélicoptère», qui ont quadrillé durant quatre heures la zone pour retrouver les deux jeunes femmes.

    Les chefs de tous les établissements scolaires de la ville ont de leur côté «restreint les sorties» de leurs écoles, collèges, et lycées, a-t-on précisé de même source. Les deux jeunes femmes ont finalement été localisées et interpellées au domicile de l'une d'elles, quatre heures plus tard vers 16h30. Elles étaient encore entendues à la gendarmerie en début de soirée.

    L'enquête ne fait que commencer, mais «il semble a priori s'agir d'un acte d'inconscience» de la part des deux mises en cause. Elles voulaient a priori simplement faire peur aux lycéens pour rompre l'ennui !


    votre commentaire
  •  

    <nav class="breadcrumb list-view mbm normal" itemscope="" itemtype="http://data-vocabulary.org/BreadcrumbList"> Actualité Société </nav> <header>

    Toulon : un douanier tué et deux blessés

    Lors d'une intervention lundi matin dans un quartier de Toulon, un douanier a été abattu par un homme de 33 ans portant un gilet pare-balles.

    Publié le <time datetime="2015-11-23T13:03" itemprop="datePublished">23/11/2015 à 13:03</time> - Modifié le <time datetime="2015-11-23T14:05" itemprop="dateModified">23/11/2015 à 14:05</time> | Le Point.fr   lien
    <figure class="man full-width-img" itemprop="image" itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject">
    Un douanier a été tué à Toulon. Image d'illustration.
    <figcaption class="art-caption" itemprop="description">

    Un douanier a été tué à Toulon. Image d'illustration. © AFP/ JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

    </figcaption></figure></header>

    L'intervention a mal tourné. Alors que les douaniers menaient une action dans le quartier de Saint-Jean-du-Var à Toulon (Var), un homme a ouvert le feu, avant d'être interpellé. Un douanier a été tué, un autre a été blessé par les tirs et transporté en urgence à l'hôpital à l'arrivée des secours, a ajouté le procureur. Un policier a également été blessé par balle, plus légèrement, au bras, lors de l'interpellation.

    L'agresseur, qui possédait un gilet pare-balles, aurait ouvert le feu avec une arme de type M-16, le fusil d'assaut de l'armée américaine, retrouvée sur les lieux, a précisé le procureur de Toulon, Xavier Tarabeux. À ce stade, « aucun élément recueilli » par les enquêteurs ne permet de relier ces faits à un éventuel acte terroriste, a-t-il souligné. Le tireur, âgé de 33 ans et connu de la justice pour des affaires d'usage de drogue et d'outrage à des policiers, a été placé en garde à vue, a précisé le procureur. Les tirs ont eu lieu en bas de l'immeuble de l'agresseur, qui était surveillé par les douaniers, a relaté Xavier Tarabeux.

    « Le président de la République tient à faire part de sa profonde émotion et de son soutien aux forces de l'ordre qui s'engagent chaque jour pour protéger les Français », indique l'Élysée dans un communiqué.


    votre commentaire
  • <section class="bloc-rub en-images"><article class="medium-art mod-media mod-diapo with-share"><figure><figcaption>

     

    </figcaption></figure></article></section><article>

    #FaitsDivers

    Un détenu musulman radicalisé s’est évadé

    de la centrale de Clairvaux

    <time datetime="2015-11-18T13:46:50+0100">Publié le 18/11/15 à 13:46   lien </time>

    <figure><figcaption>(AFP PHOTO / FRANCOIS NASCIMBENI)</figcaption></figure>

     

    Un détenu musulman radicalisé de la maison centrale de Clairvaux dans l’Aube s'est évadé il y a trois semaines après une permission de sortie, a-t-on appris ce mercredi.

    "Eric Youssef n'est pas revenu de permission. Il s'était radicalisé à l'islam", assure une source proche du dossier, confirmant une information du quotidien "L'Est Eclair".

    Selon une autre source proche du dossier, le détenu, qui avait été condamné en 2006 à vingt ans de réclusion pour le meurtre d'un commerçant à Versailles en 2004, s'est évadé "il y a environ trois semaines à l'occasion d'une permission de sortie".

    "Il s'était converti à l'islam et c'était un détenu assez vindicatif", a indiqué Frédéric Stoll, syndicat de FO-pénitentiaire, qui s'est dit "étonné" d'une permission pour un tel détenu.

    Contacté par l'AFP, la Direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) dont dépend la prison de Clairvaux n'était pas en mesure de confirmer ou d'infirmer l'information.

    (Avec AFP)

    </article>

    votre commentaire
  • <header>

    Californie. Cinq étudiants poignardés sur un campus, le suspect tué

    • <figure class="img-caption"> Une vue du campus de Merced <figcaption> Une vue du campus de Merced | Photo CC BY-SA 3.0 Wikimedia Commons / Qymekkam</figcaption> </figure>
    <aside class="toolbar rs_skip">

     

    </aside> </header>

    L'Université de Californie a annoncé mercredi en début de soirée que cinq de ses étudiants avaient été poignardés sur le campus de Merced par un suspect qui a été abattu.

     

    L'Université de Californie a annoncé sur Twitter que cinq étudiants du campus de Merced avaient été attaqués au couteau par un suspect, qui a été abattu.

    Deux des cinq blessés ont été héliportés, les trois autres sont soignés sur place. Tous étaient conscients, a précisé l'université sur Twitter.

    Le campus est fermé, et tous les cours annulés.

    Abattu par la police

    Les agents ont tiré sur le suspect qui est mort par la suite de ses blessures, selon la police de l'université, citée par l'établissement sur son site.

    Il s'agirait d'un étudiant d'une vingtaine d'années, selon le quotidien local The Sacramento.


    votre commentaire
  • <article class="article-box top-line " data-url="/planete/2015/10/30/roumanie-25-morts-suite-a-un-incendie-dans-une-discotheque-a-bucarest_1410253" itemscope="" itemtype="http://schema.org/NewsArticle">
    <header class="article-header">

    Incendie en Roumanie: le chef de l’Etat pointe

    un non-respect de la règlementation

    Par AFP <time datetime="2015-10-30T23:57:17" itemprop="datePublished"> 30 octobre 2015 à 23:57 </time> (mis à jour le <time datetime="2015-10-31T13:28:39" itemprop="dateModified"> 31 octobre 2015 à 13:28 </time>) lien
     
    Une victime de l'incendie est transportée aux urgences à Bucarest le 31 octobre 2015
    </header>
    <figure class="article-image article-header-image" itemprop="image" itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject"> </figure>
    </article>

    <figure class="article-image article-header-image" itemprop="image" itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject"> <figcaption class="read-left-padding caption" itemprop="description"> Une victime de l'incendie est transportée aux urgences à Bucarest le 31 octobre 2015 Photo ANDREEA TANASE. AFP

    </figcaption> </figure>

    Le président roumain Klaus Iohannis a mis en cause samedi le non-respect de la règlementation après le terrible incendie survenu la veille dans une discothèque de Bucarest qui a fait 27 morts, la plupart des jeunes.

    «Je suis triste, bouleversé mais aussi révolté qu’une tragédie d’une telle ampleur ait pu se produire au milieu de Bucarest», a déclaré le chef de l’Etat, affirmant que les autorités avaient «déjà des indices montrant que la réglementation légale n’a pas été respectée».

    Et après s’être rendu sur les lieux de l’ accident , il a jugé «inimaginable qu’il y ait pu y avoir autant de gens réunis pour un concert dans un tel espace et qu’une tragédie ait pu se produire dans un temps aussi court parce que des normes simples (de sécurité) ont été ignorées».

    Le gouvernement a annoncé «un deuil national de trois jours » après ce drame , le plus grave du genre dans la capitale roumaine.

    Des étrangers figurent parmi les victimes, selon le Premier ministre social- démocrate Victor Ponta qui a dit sa « solidarité envers les citoyens étrangers qui ont été blessés ou ont péri», sans donner plus de précisions à l’issue d’une réunion du gouvernement.

    Aucun décès étranger n’a été signalé de sources médicales , lesquelles font état d’une Italienne , deux Espagnols et un Allemand blessés.

    Plusieurs centaines de jeunes - entre 200 et 400, selon différents témoins - s’étaient donné rendez-vous dans la boîte de nuit «Colectiv» pour un concert du groupe de hard rock roumain «Goodbye to Gravity», qui faisait la promotion de son nouvel album à la veille d’Halloween.

    Une explosion s’est produite pendant un show pyrotechnique, ont indiqué des témoins cités par les médias locaux.

    Un pilier et une partie du plafond se sont enflammés, et le feu s’est propagé rapidement via les matériaux d’ isolation acoustique . Une épaisse fumée s’est alors dégagée dans la discothèque, semant la panique dans la foule.

    De nombreux blessés souffrent de blessures aux jambes, après avoir été piétinés dans une bousculade, et d’intoxication, et pour les plus grièvement touchés de brûlures sévères, selon les autorités sanitaires.

    Le bassiste et le chanteur du groupe seraient également grièvement blessés, selon la chaîne de télévision locale Antena 3.

    Le parquet général de Bucarest est chargé de déterminer les causes de l’accident. «J’espère que les autorités mèneront leur enquête avec rapidité et fermeté», a déclaré M. Iohannis.

     

    - 'Chaos total' -

    «Les gens s’évanouissaient, ils s’évanouissaient à cause de la fumée. C’était un chaos total, les gens se piétinaient», a déclaré Victor Ionescu, à Antena 3.

    Selon un autre témoin Alin Panduru, le feu s’est propagé «en l’espace de 30 secondes».

    «Les gens n’ont pas pu sortir de la discothèque car il n’y avait qu’une seule sortie ouverte et que la bousculade s’est formée immédiatement», a-t-il raconté au site d’ information Hotnews.

    Selon plusieurs médias, l’autre porte de sortie était fermée au moment du drame.

    Vingt -sept personnes , la plupart des jeunes, sont décédées, 26 sur place et une à l’hôpital , a précisé le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Raed Arafat.

    Dix-sept d’entre elles n’ ont pas été encore identifiées, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse samedi à l’issue d’une réunion du comité national pour les situations d’ urgence.

    La plupart des victimes n’avaient pas de documents d’identité sur elles, ce qui a compliqué leur identification.

    146 personnes ont été hospitalisées, a-t-il ajouté, dont cinq restaient encore à identifier . Au total, près de 200 personnes ont été blessées, a-t-il estimé.

    Selon une source médicale, 10 personnes se trouvent dans un état critique. «Le pronostic vital est très sombre», a déclaré un représentant de l’hôpital Arsi de Bucarest lors d’un point presse.

    Le ministère de l’Intérieur a mis à la disposition des familles plusieurs numéros de téléphone pour qu’elles puissent s’informer sur leurs proches.

    Répondant à des appels sur Facebook et du ministre de la Santé Nicolae Banicioiu, des centaines de Bucarestois se sont mobilisés pour donner leur sang.

    Très tôt samedi, de longues files d’ attente s’étaient formées devant plusieurs hôpitaux et centres de transfusion de la capitale.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique