• Le congé parental bientôt raccourci

    pour les femmes ?

    <time datetime="2014-09-27T10:37:54Z" itemprop="datePublished">Publié à 10h37, le 27 septembre 2014</time><time datetime="2014-09-27T17:49:24Z" itemprop="dateModified">, Modifié à 17h49, le 27 septembre 2014</time>

    <figure>
    Le congé parental bientôt raccourci pour les femmes ?
    <figcaption>Marisol Touraine, la ministre de la Santé © Max PPP</figcaption></figure>
    <figure>europe 1<figcaption>

    Par Barthélémy Gaillard avec AFP

    </figcaption></figure>

    OBJECTIF RATE - Le déficit de la Sécu ne repassera pas sous les 10 milliards. En revanche, le congé parental devrait être réduit pour les femmes.

    La barre des 10 milliards se dérobe. C'est un exercice difficile qui les attend. Lundi, la ministre de la Santé Marisol Touraine et du Budget Christian Eckert présenteront ensemble le budget de la Sécurité sociale pour 2015. IIs se présenteront après que la commission des comptes de la Sécurité sociale a dévoilé le bilan 2014. Et celui-ci, sauf surprise, devrait être décevant. En effet, l'objectif annoncé était de ramener le "trou de la Sécu" sous la barre des 10 milliards d'euros en 2014, avec en ligne de mire un rétablissement des comptes à l'équilibre pour 2017. Mais la faible inflation actuelle a réduit les recettes et limité certains efforts d'économies.

    >> LIRE AUSSI - La faible inflation, frein à la rigueur

    Le retour à l'équilibre vraisemblablement repoussé. "On va donc réviser les objectifs de réduction de déficit à la baisse (...) Mais il sera plutôt stabilisé", indique une source proche du dossier."Le retour à l'équilibre, initialement fixé à 2017, à l'évidence sera retardé d'un ou deux ans", selon cette source. Dans le plan de 50 milliards d'économies du gouvernement d'ici à 2017, 21 concernent la sécurité sociale. Cela doit reposer d'abord sur une maîtrise des dépenses d'assurance maladie, à hauteur de 10 milliards. Mais la ministre de la Santé Marisol Touraine a bataillé avec Bercy pour que les économies ne reposent pas uniquement sur la santé. Et elle devrait avoir gain de cause puisque l'objectif des dépenses d'assurance maladie devrait augmenter de 2.1% en 2015, pour se calquer sur le vieillissement de la population.

    >> LIRE AUSSI - Comment économiser 21 milliards d'euros ?

    Réduction de la prime à la naissance et des séjours en maternité raccourcis. Outre les économies sur la santé, la branche famille de la Sécurité sociale devrait être mise à contribution. Dans le viseur dès 2015 certaines prestations familiales: la réduction de la prime à la naissance à partir du deuxième enfant et un durcissement du congé parental, pourtant tout fraîchement réformé, ont été évoqués Le gouvernement devrai tproposer lundi de réduire de moitié la durée maximale du congé parental pour les femmes, dans le but de favoriser l'égalité dans ce domaine, écrit samedi le journal le Parisien. Au lieu de trois ans actuellement, la période pendantlaquelle une mère peut percevoir une allocation, allant jusqu'à 530 euros mensuels, serait abaissée à 18 mois au profit des pères, écrit le journal..A titre exceptionnel, le gouvernement devrait à nouveau proposer de geler les prestations familiales pour un montant de 360 millions d'euros en 2015.


    votre commentaire
  •                                                                                                             lien 


    votre commentaire
  • Ménie Grégoire, la voix des femmes des années 70, s'est tue

    <header id="header_article">

    <time datetime="2014-08-16T11:59:44+02:00" itemprop="datePublished" pubdate="pubdate">Publié le 16/08/2014 à 11:59</time>, <time datetime="2014-08-16T15:09:03+02:00" itemprop="dateModified">Mis à jour le 16/08/2014 à 15:09</time>

    </header>

    lien Portrait de l'écrivain et animatrice radio Ménie Grégoire, réalisé à Chanceau-Près-Loches - Alain Jocard - AFP/Archives

    <figure id="container_photo" itemprop="primaryImageOfPage" itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject">
    <figcaption>
    Portrait de l'écrivain et animatrice radio Ménie Grégoire, réalisé à Chanceau-Près-Loches Alain Jocard  /  AFP/Archives
    </figcaption></figure>

    Ménie Grégoire, grande voix de RTL qui a recueilli et libéré durant 15 ans la parole des femmes sur leur vie de mère, d'épouse et d'amante, osant parler de sexualité sur les ondes des années 60 et 70, est décédée dans la nuit de vendredi à samedi à 95 ans.

    Allô Ménie, son émission, "était un véritable phénomène de société", a souligné sur RTL un autre animateur de la station, André Torrent, qui a débuté avec l'animatrice. "Toute la France avait envie d'appeler Ménie Grégoire au moindre problème".

    Elle est morte au lendemain de son 95ème anniversaire à Tours. Elle "passait l'été dans une maison de famille en Touraine et avait été transférée il y a quelques jours dans une maison de retraite médicalisée où elle est décédée dans la nuit", a annoncé à l'AFP une de ses trois filles, Nathalie Dubeyne.

    De 1967 à 1981, tous les après-midi durant une demi-heure, accompagnée d'un médecin, elle a écouté, aidé à parler et conseillé des auditeurs, et principalement des femmes, sur leurs problèmes de couple, la contraception et, plus globalement, la sexualité, un sujet encore largement tabou.

    "A l'époque où je faisais mon émission, l'homme était souvent un peu... une brute, et la femme, pas du tout informée", racontera-t-elle plus tard. "On rendait brusquement la parole sérieuse en parlant du sexe, alors que jusque-là, de mon temps, c'était toujours pour plaisanter et avec des grossièretés", racontait cette femme d' allure chic et à la voix chaleureuse.

    De ces années de confessions, il reste également 100.000 lettres, à 90% émanant de femmes, qu'elle a léguées aux archives d'Indre-et-Loire : 66 mètres de linéaires et "un miroir" de "la génération des années 60-70 avant que la France bascule dans une autre période", selon l'historien, Marc de Ferrière, qui veut y consacrer une thèse.

     

    - Émancipatrice -

    Violence conjugale, enfants adultérins, alcoolisme, avortement, frigidité... "On m'a tout dit. Tout est là", se félicitait Ménie Grégoire il y a encore quelques années sur RTL.

    Ménie Grégoire "a fait plus que marquer l'histoire de la radio, elle marqué l'histoire de la société (...) C'est quelqu'un qui a ouvert un espace d'expression à un moment où la société n'était pas nécessairement prête à l'avoir", résume Marc de Ferrière, enseignant de l'Université de Tours qui l'a rencontrée plusieurs fois.

    "L'écouter parler de ça, c'était formidable, car elle avait gardé sa tête jusqu'au bout et parlait avec beaucoup d'émotion des témoignages qu'elle avait reçus des femmes à l'époque".

    Marie Grégoire, née Laurentin, née le 15 août 1919 à Cholet (Maine-et-Loire) était issue d'une famille bourgeoise, avec un père architecte et une mère au foyer.

    Diplômée d'études supérieures de lettres et de l'Institut d'Art et d'archéologie de Paris, elle s'était d'abord lancée dans le journalisme en travaillant pour diverses revues d'art, puis a collaboré au Monde, à la revue Esprit, à plusieurs titres de la presse catholique et au magazine Elle.

    Quand Jean Farran, directeur de RTL la recrute comme animatrice, Ménie Grégoire vient de publier "Le Métier de la femme" (1964), un ouvrage militant pour l'égalité dans le couple et la contraception, mais a également suivi une psychanalyse durant 10 ans.

    Émancipatrice, certains lui reprocheront néanmoins longtemps son émission en public en mars 1971, salle Pleyel, sur le thème "l'homosexualité, ce douloureux problème", en présence d'un psychanalyste et d'un prêtre qui conclura par un "l'Eglise a toujours eu pitié des homosexuels" qui provoqua un véritable tollé dans l'assistance.

    Après l'arrêt de son émission, Ménie Grégoire fut éditorialiste du mensuel Marie-Claire, à RTL (1980-86) et France-Soir (1986-99), animatrice sur FR3 (1984) et collaboratrice à Radio Bleue.

    Elle s'était également engagée pour le "droit de mourir dans la dignité".

     


    votre commentaire
  • Irak : selon l'ONU, les djihadistes ordonnent des mutilations génitales sur les femmes

    Le Monde.fr avec AFP et Reuters | <time datetime="2014-07-24T15:25:24+02:00" itemprop="datePublished">24.07.2014 à 15h25</time> • Mis à jour le <time datetime="2014-07-24T17:36:12+02:00" itemprop="dateModified">24.07.2014 à 17h36</time>

     
    <figure>La responsable de l'ONU a indiqué par ailleurs qu'il ne restait plus « qu'une vingtaine de familles chrétiennes à Mossoul », soutenues par des ONG telles que Caritas.</figure>

    Le numéro deux de l'ONU en Irak, Jacqueline Badcock, a affirmé, jeudi 24 juillet, que les djihadistes de l'Etat islamique (EI, anciennement Etat islamique en Irak et au Levant) avaient ordonné que les femmes âgées de 11 à 46 ans de la région de Mossoul, dans le nord de l'Irak, subissent des mutilations génitales. L'Etat islamique a lancé une offensive sur l'Irak en juin pour y proclamer un califat, et contrôle la région depuis le mois dernier.

    Selon la radio publique américaine NPR, un porte-parole de l'EI à Mossoul, joint par téléphone, a démenti cette affirmation. Les mutilations génitales ne sont pas fréquentes en Irak, et ne concernent que « quelques régions isolées », a précisé Mme Badcock depuis l'Irak, lors d'une vidéoconférence organisée à Genève.

     

    UN says learned that ISIS issued FGM decree this morning. residents say not true. spokesman in also denies it.

    4:00 PM - 24 Juil 2014

    « C'est une fatwa de l'EI, nous venons d'en être informés », disait-elle, sans citerla source par laquelle l'ONU avait été informée de l'existence de cet édit. Un document présenté comme une fatwa de l'EI imposant un tel ordre, et probablement faux, circule actuellement sur les réseaux sociaux, comme quantité de rumeurs diffusées par les opposants de l'EI. Mme Badcock a cité des chiffres émanant du Fonds des Nations unies pour la population, selon lesquelles « 4 millions de filles et de femmes pourraient être affectées ».

     

    • Qui sont les djihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant ?

      Les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant se sont emparés, dans le nord du pays, de la deuxième ville d'Irak, Mossoul, de sa province, Ninive, et de secteurs dans deux provinces proches, Kirkouk et Salaheddine, majoritairement sunnites. Mercredi ils ont pris Tikrit, à 160 km au nord de Bagdad, et avançaient vers la capitale. Qui sont-ils ? Qu'est-ce qui les distingue d'autres mouvances djihadistes comme Al-Qaida ? Quel est leur objectif dans cette conquête irakienne ? Réponse avec Christophe Ayad, chef du service international du Monde.

      0:0

    Lire aussi : Le « Djihadistan », nouvel Etat islamiste au Proche-Orient

    PLUS QU'UNE VINGTAINE DE FAMILLES CHRÉTIENNES À MOSSOUL

    La responsable de l'ONU a indiqué par ailleurs qu'il ne restait plus « qu'une vingtaine de familles chrétiennes à Mossoul », soutenues par des ONG telles que Caritas. Certaines de ces familles se sont converties à l'islam, les autres ont préféré payer l'amende imposée par l'EI, a-t-elle indiqué.

    Voir notre reportage (édition abonnés) : Les chrétiens de Mossoul racontent leur expulsion, froide et implacable


    votre commentaire
  • <section id="content-list-top">

    Cannes 2014 : les excuses de Leila Hatami

    après sa bise à Gilles Jacob

    avec AFP
    le 23 mai 2014 à 22h30 , mis à jour le 23 mai 2014 à 22h45.
    TEMPS DE LECTURE
    3min
    <section id="articleFigure166889">
    </section>
    <section id="player-social-bar171916">

    Partager l'article     lien 

     
     
    </section> </section><section id="content-list-right">

    NEWS CINÉ-SÉRIES

    L'actrice iranienne, membre du jury, s'est dit vendredi "vraiment désolée d'avoir heurté la sensibilité de certains et pour cet incident" dans une lettre envoyée à l'Organisation du cinéma iranien.

     

     

    Une bise amicale sur les marches entre Gilles Jacob et une des membres du jury. L'image avait fait scandale en Iran. Leila Hatami s'est excusée, vendredi, pour ce geste qualifié d'"inapproprié" par les autorités de son pays. Dans une lettre envoyée à l'Organisation du cinéma iranien, l'actrice iranienne s'est dit "vraiment désolée d'avoir heurté la sensibilité de certains et pour cet incident".

    Elle affirme "toujours essayer de respecter les règlements". Mais Gilles Jacob "a oublié ces règlements, ce qui arrive avec l'âge, et ma tentative (...) de lui serrer la main a échoué", a-t-elle dit, selon l'agence Irna. Le président duFestival de Cannes, 83 ans, avait dédouané l'actrice en assurant qu'il lui avait fait la bise, selon lui "une coutume habituelle en Occident" lors de l'ouverture de la 67e édition. Selon elle, cette lettre est une explication à "ceux qui ne peuvent pas comprendre la situation" dans laquelle elle se trouvait ce soir-là.

    Des étudiantes ont porté plainte contre elle

    Selon la loi islamique, en vigueur dans le pays depuis la révolution de 1979, une femme ne peut pas avoir de contact physique avec un homme étranger à sa famille. Selon le site du guide suprême iranien (www.leader.ir), l'ayatollah Ali Khamenei, il est cependant permis à un musulman de serrer la main d'un non-musulman, en portant des gants et sans opérer de pression lors de la poignée de main. 

     

    Des étudiantes iraniennes avait annoncé mercredi avoir porté plainte contre l'actrice, selon le site d'informations Tasnimnews. Les étudiantes affirmaient que son geste volontaire était un péché et qu'il heurtait le sentiment religieux, réclamant qu'elle soit condamnée à recevoir des coups de fouet et à une peine de prison. Née à Téhéran dans une famille de cinéastes, Leila Hatami a accédé à la notoriété mondiale avec le film Une séparation d'Asghar Farhadi, récompensé par un Ours d'or au Festival de Berlin 2011 et un Oscar du meilleur film étranger l'année suivante
    .

    </section>

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique