• François Hollande ne changera "ni de ligne ni de Premier ministre" après les départementales

    François Hollande ne changera "ni de ligne ni de Premier ministre" après les départementales

    Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le <time datetime="2015-03-11 15:46:29" itemprop="datePublished" pubdate="">11/03/2015 à  15:46   lien </time><time datetime="" itemprop="dateModified"></time>

     

    François Hollande annonce, dans un entretien à Challenges, qu'il n'y aura "pas de changement, ni de ligne ni de Premier ministre" en cas de défaite du PS aux départementales. Mais il semble prêt à remanier, et à "élargir sa majorité".  

    <aside class="toolbar"></aside>

     

    <header class="article_header"><figure class="ouverture">

     

    François Hollande ne changera "ni de ligne ni de Premier ministre" après les départementales<figcaption>

    Discours de François Hollande à l'occasion du 5e anniversaire du service civique, le 9 mars 2015.

    afp.com/Alain Jocard

    </figcaption></figure> </header>

    François Hollande se prépare à une fin de quinquennat délicate. Dans un entretien à paraître demain jeudi dans l'hebomadaire Challenges il se présente comme un président combatif, mais anticipant déjà de fortes turbulences dans sa majorité après les élections départementales du 22 mars prochain

    "Pas de changement de Premier ministre"

    Le président de la République s'attend à des élections départementales "difficiles, plus difficiles encore si l'on ne livre pas bataille". Un euphémisme, puisque les derniers sondages donnent 20% pour le PS, loin derrière le FN et l'UMP. Ce mercredi, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a déploré un "suicide politique en direct" de la gauche, alors que celle-ci, unie, "serait devant le Front National". 

    Mais "il n'y aura pas de changement, ni de ligne ni de Premier ministre", déclare à Challenges le chef de l'État, qui entend tenir "jusqu'à la victoire" au terme de son mandat en 2017. "Pourquoi changerais-je de ligne politique, alors qu'elle est claire, qu'elle commence à porter ses fruits? Les Français ne le comprendraient pas", déclare François Hollande. 

    Mais une majorité "élargie" contre le FN

    Par contre, il prévoit déjà un élargissement de la majorité après les élections. "Il faut bien en effet pour partir au combat avoir une majorité élargie plutôt que rétrécie." Cet élargissement "ne devra se faire que sur cette exigence impérieuse du combat contre le Front National". En effet, il partage l'analyse de son Premier ministre: "Le FN est en situation d'accéder au pouvoir." 

    Pour renforcer sa majorité, François Hollande semble compter sur un retour à la raison des alliés écologistes. Cécile Duflot (EELV), qui a refusé d'intégrer le gouvernement de Manuel Valls en 2014, "est intelligente, elle comprendra", même si elle "fait certes une fixation sur Valls". 

    Le langage de Valls en question

    Manuel Valls, justement. Le chef de l'État assure travailler "en confiance" avec son Premier ministre. "Je ne doute pas de sa loyauté". Le fait qu'il soit plus populaire que lui? "Sa popularité me protège et me protégera", assure-t-il, en fin tacticien. Mais il se démarque tout de même de lui sur un point: "l'apartheid de certains quartiers", "l'islamo-fascisme...", expressions polémiques utilisées récemment par le Premier ministre, ne sont pas des termes dans lesquels il se reconnaît. Il les lui passe pourtant, puisque elles sont caractériques de son "l'énergie". 

    Manuel Valls, un Premier ministre "fort", est entouré de trop de ministres "faibles", qui ne sont pas nommés. Ceux-là peuvent se faire du souci pour leur portefeuille. 

    Avec

     

    <aside class="toolbar social_toolbar"> </aside>

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :