• François Ier, un pape humble d'origine modeste

    François Ier, un pape humble d'origine modeste

    <time datetime="2013-03-13T21:28:05+01:00" itemprop="datePublished">13 mars 2013 à 21:28     </time>lien

    Jorge Mario Bergoglio en 2005.

    Jorge Mario Bergoglio en 2005. (Photo Enrique Marcarian. Reuters)

    portrait Le nouveau pape est considéré comme modéré, vivant simplement et refusant les privilèges.

    L’Argentin Jorge Bergoglio, 76 ans, qui a été élu mercredi à la surprise générale pape en remplacement de Benoît XVI, est un Jésuite austère, considéré comme modéré et de tendance réformiste. Selon les indiscrétions qui ont filtré sur le dernier conclave de 2005, c’était alors le dernier cardinal en lice face à Benoît XVI.

    Son élection au Saint-Siège est une première pour l’Eglise catholique, qui n’a jamais été dirigée par un représentant de la Compagnie de Jésus. Archevêque de Buenos Aires et primat d’Argentine, cet homme timide et à la parole rare bénéficie d’un grand prestige parmi ses ouailles qui apprécient sa totale disponibilité et son mode de vie dénué de toute ostentation. En 2010, il s’est opposé avec vigueur à la loi légalisant le mariage homosexuel en Argentine, pays où l’avortement est interdit. Il s’est aussi élevé contre le droit octroyé aux transsexuels de changer de sexe à l’état civil. En septembre 2012, il a critiqué les prêtres refusant de baptiser les enfants nés hors mariage, les qualifiant d'«hypocrites».

    Né le 17 décembre 1936 à Buenos Aires, le nouveau pape a vu le jour dans une famille modeste. Fils d’un employé des chemins de fer d’origine italienne, il va à l’école publique. Il achève ses études avec un diplôme de technicien en chimie. A 22 ans, il intègre la Compagnie de Jésus, où il y étudie les humanités et obtient une licence de philosophie. Après un détour par l’enseignement privé, il suit des études de théologie. Il est ordonné prêtre le 13 décembre 1969. Moins de quatre ans plus tard, à tout juste 36 ans, il est élu provincial (responsable national) des Jésuites argentins. Il assumera cette responsabilité pendant six ans.

    Pendant la dictature militaire en Argentine (1976-1983), Jorge Bergoglio se bat pour conserver l’unité d’un mouvement jésuite taraudé par la théologie de la libération, avec un mot d’ordre: maintenir la non-politisation de la Compagnie de Jésus. Le futur cardinal se rend ensuite à Fribourg, en Allemagne, où il obtient son doctorat. A son retour, il reprend l’activité pastorale comme simple curé de province dans la ville de Cordoba, à 700 km au nord de Buenos Aires. Le 20 mai 1992, Jean-Paul II le nomme évêque de Auca et évêque auxiliaire de Buenos Aires. Il grimpe alors les échelons de la hiérarchie catholique de la capitale, et revêt finalement la pourpre cardinalice le 21 février 2001.

    En dépit de cette carrière météorique, l’homme est resté «très humble» et «garde un profil bas», selon le père Marco. Il se lève à 04h30 du matin et termine sa journée à 21h00. Il n’a pas de voiture, se déplace en transports en commun et a renoncé à occuper la somptueuse résidence des archevêques de Buenos Aires. On le dit très attentif aux besoins de ses collaborateurs, qui peuvent le joindre à tout moment sur une ligne téléphonique directe. Il n’accorde pas d’interviews, tout en étant lui-même un lecteur assidu de la presse. On sait toutefois le prélat grand lecteur de José Luis Borgès et de Dostoïevski, amateur d’opéra et fanatique du club de football de Buenos Aires San Lorenzo, fondé par un prêtre.

    Mgr Bergoglio a vu sa réputation grandement accrue parmi ses pairs pour son travail comme rédacteur adjoint du rapport final du synode d’octobre 2001 : le rapporteur principal, l’archevêque de New York Edward Egan, n’a pu mener à bien sa mission du fait des attentats du 11 septembre et c’est au cardinal argentin qu’il est revenu de mener l’essentiel des travaux. Au Saint-Siège, il était avant son élection membre de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements.

    Le nouveau pape aime le . Sur son compte Twitter, le club argentin de San Lorenzo a publié la carte de supporteur de Jorge Mario Bergoglio.

    San Lorenzo @SanLorenzo

    Es un orgullo para la Institución saber que el primer Papa sudamericano es Socio de . Mirá: pic.twitter.com/8TA4TogUqp


  • Commentaires

    1
    Heidi
    Jeudi 14 Mars 2013 à 06:02
    J'ai vu hier son apparition, un pape sympathique, simple, attachant, il fallait un tel homme pour redorer le blason de l'église qui est dans la tourmente, mais le mal est fait, pour moi, j'ai perdu la foi en chemin, ce pape donne une meilleure image, mais le fond reste le même, je ne vais pas tomber dans le panneau. J'apprécie ce qu'il est, mais pas ce qu'il va représenter, il a du pain sur la planche, j'aimerai pas être à sa place, belle journée Marialis et prends bien soin de toi, la neige tombe à nouveau, ça devient long:( Doux bisous♥
    2
    marialis2.2 Profil de marialis2.2
    Jeudi 14 Mars 2013 à 12:40
    C'est une nouvelle image de l’Église : un jésuite (culture et humilité), ce n'est pas un homme de "pouvoir", il est attaché la charité, au partage, au dépouillement...Il va changer l'image de l’Église, c'est sûr! Maintenant c'est un dogmatique qui est contre le mariage homosexuel par exemple...Tout un chemin à faire pour entrer dans notre siècle...Mais c'est un homme qui a côtoyer la pauvreté, la violence, les barons de la drogue et qui a pris position, tout comme il a condamné fermement la pédophilie en tant que cardinal : une nouvelle route, un nouvel espoir.... La Foi est à l'intérieur de nous, pas entre les mains d'un pape!
    3
    marialis2.2 Profil de marialis2.2
    Jeudi 14 Mars 2013 à 12:41
    Ici le temps est encore morose mais le vent a faibli et le soleil est timide, reste le froid : on ne va pas se plaindre! Passe une bonne journée, Gros bisous!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :