• Fusillade au Parlement canadien : le tireur d'Ottawa était un loup solitaire

    <header>

    Fusillade au Parlement canadien : le tireur d'Ottawa était un loup solitaire

     
    <figure>
    <figcaption>© AFP | Le hall du Parlement d'Ottawa où le tireur s'est introduit le mercredi 22 octobre.</figcaption></figure>

    Vidéo par FRANCE 24

    Texte par FRANCE 24

    Dernière modification : 24/10/2014

    </header>

    Deux jours après la fusillade meurtrière au Parlement d'Ottawa, la police a révélé plusieurs éléments concernant le tireur, "qui nourrissait des croyances extrémistes". L'homme de 32 ans, qui a agi seul, espérait partir en Syrie.

    Le Canada est en émoi après la fusillade de mercredi 22 octobre au Parlement d’Ottawa et le décès d’un soldat devant le monument aux morts de la ville. L'auteur a été identifié : il s’agit de Michael Zehaf-Bibeau, un Canadien de 32 ans, sous surveillance des services de sécurité en raison de sa conversion à l'islam radical et de sa proximité avec les thèses du jihad. Il a été abattu par le chef de la sécurité du bâtiment.

    Selon les premiers éléments des enquêteurs, Michael Zehaf-Bibeau a agi sans complices. Âgé de 32 ans, il était connu des services de police "pour une histoire de possession de drogue en 2004, alors qu’il vivait à Montréal", rapporte Anne-Diandra Louarn, correspondante de France 24 au Canada.

    Michael Zehaf-Bibeau cherchait à se rendre en Syrie

    Considéré comme un "voyageur à risque", l’auteur de la fusillade s’était fait récemment confisquer son passeport par les autorités canadiennes. La police a révélé jeudi 23 octobre qu'il cherchait à obtenir un passeport afin de se rendre en Syrie. Arrivé dans la capitale fédérale canadienne le 2 octobre, Michael Zehaf-Bibeau, était "en ville pour régler une question de passeport, mais il espérait également partir pour la Syrie", a affirmé le commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Bob Paulson.

     

    LES PRÉCISIONS DE L'ENVOYÉ SPÉCIAL DE FRANCE 24 À OTTAWA
    <figure>
    </figure>

     

    Un visa pour la Libye, le pays d’origine de son père, lui avait en effet récemment été refusé. Son père, qui vit au Québec et travaille dans le secteur des affaires, se serait rendu dans son pays natal en 2011 afin de participer au soulèvement qui a abouti au renversement et à la mort de l’ancien dictateur libyen, Mouammar Kadhafi, selon les informations de l’envoyé spécial à Ottawa de France 24, Emmanuel Saint-Martin.

    C'était quelqu'un de désabusé "qui nourrissait des croyances extrémistes", a souligné Bob Paulson. Bien que sur le radar de la police, l’homme ne figurait pas sur la liste des 93 Canadiens "qui ont démontré l'intention de voyager à l'étranger" pour combattre aux côtés de groupes extrémistes, a-t-il ajouté.

    Un loup solitaire converti à l’islam radical

    L'auteur de la fusillade d'Ottawa se faisait de plus en plus appeler "Abdul" après sa conversion à l’islam. Selon les informations du journaliste de France 24, deux hypothèses se présentent : soit Michael Zehaf-Bibeau se serait converti récemment à la religion musulmane, soit il serait revenu vers cette religion après s'en être éloigné pendant quelque temps. Toujours est-il que le jeune homme adhérait à des thèses extrémistes. "Son comportement avait choqué certains aînés des mosquées dans lesquelles il se rendait, qui lui avait demandé de ne plus les fréquenter", précise Emmanuel Saint-Martin.

    Michael Zehaf-Bibeau avait été exclu d'une mosquée de la banlieue de Vancouver. Dans la métropole de l'ouest canadien, il s'était par ailleurs lié à Hasibullah Yusufzai, un Canadien accusé d'avoir rejoint la coalition de l’État islamique en Syrie, selon le "Globe and Mail".

    L’homme était par ailleurs en rupture avec sa famille. La mère de Michael Zehaf-Bibeau a indiqué que tous les ponts étaient rompus avec son fils depuis cinq ans. "[Il] était perdu et ne rentrait pas dans le moule", a-t-elle regretté.

    C’est au moment de sa radicalisation que le jeune homme a tenté de se rendre en Libye. Face au refus des autorités de lui délivrer un visa, il se serait rapproché de thèses extrémistes depuis le territoire canadien. Les policiers ont précisé qu'il n'existait aucun lien entre ce "loup solitaire" et le jeune homme tué au Québec, le 20 octobre, après avoir fauché en voiture deux militaires, en blessant un mortellement.

    Première publication : 23/10/2014


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :