• Gel des retraites : la gauche exige des aménagements

    Gel des retraites : la gauche

    exige des aménagements

    Par Vincent Collen | 17/04 | 18:09 | mis à jour à 18:18        lien 
     

    Le gel des retraites et des prestations sociales passe très mal dans la majorité. Les députés demandent au gouvernement d’épargner les ménages modestes.

    Le gel des retraites, des aides au logement et des prestations familiales jusqu’en octobre 2015, annoncé par Manuel Valls mercredi, a fait l’effet d’une bombe parmi les élus socialistes. - Shutterstock

    Le gel des retraites, des aides au logement et des prestations familiales jusqu’en octobre 2015, annoncé par Manuel Valls mercredi, a fait l’effet d’une bombe parmi les élus socialistes. - Shutterstock

    L’une des mesures-phares du plan d’économies de 50 milliards d’euros va faire l’objet de débats houleux entre le gouvernement et la majorité. Le gel des retraites, des aides au logement et des prestations familiales jusqu’en octobre 2015 , annoncé par Manuel Valls mercredi, a fait l’effet d’une bombe parmi les élus socialistes.Certains députés PS demandent au Premier ministre de revoir entièrement sa copie . Mais ce n’est pas tout. Sans remettre en question l’objectif général, plusieurs députés PS influents prennent déjà la parole pour réclamer des aménagements.

    A commencer par Valérie Rabault, fraîchement élue rapporteure du Budget à l’Assemblée. La députée de Tarn-et-Garonne sera en première ligne face à l’exécutif lors de l’examen des textes qui concrétiseront ce coup de rabot. « Nous allons voir comment nous pouvons avancer pour préserver les plus petites retraites », dit-elle. Gérard Bapt, rapporteur pour le budget de la Sécurité sociale, est sur la même ligne. « Cette mesure de gel est choquante. Je proposerai que les ménages en soient exonérés lorsque leurs revenus sont inférieurs à un certain seuil », annonce le député de Toulouse. Et le porte-parole des députés PS, Thierry Mandon, enfonce le clou : « Sans remettre en cause l’objectif de 50 milliards, nous ferons des propositions précises d’aménagements pour les prestations sociales, ainsi que pour les économies demandées à l’Etat et aux collectivités. »

    Impossibilité technique

    Seulement voilà, l’exécutif, lui, n’est pas du tout prêt à lâcher du lest. C’est en tout cas la ligne officielle aujourd’hui. « On pourra débattre de telle ou telle mesure, mais on ne pourra pas remettre en question le gel des prestations », tranche un conseiller gouvernemental. Epargner les petites retraites ? « Ce n’est de toute façon pas possible techniquement, répond l’exécutif. On ne connaît pas le niveau global des pensions, il y a la retraite de base mais aussi la part complémentaire, certains retraités touchent des pensions de plusieurs régimes. »

    Le même débat avait animé le Palais-Bourbon à l’automne dernier, lors de l’examen dela réforme des retraites . Les députés s’étaient déjà opposés au décalage de six mois de la revalorisation des retraites. La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, leur avait opposé une fin de non-recevoir, arguant de cet obstacle technique. « Aucune expertise sérieuse n’a démontré que c’était impossible », critique Gérard Bapt. Le gouvernement sera d’autant plus gêné par ce débat que l’ensemble des syndicats réclament eux aussi des aménagements. Il faudra « essayer d’infléchir » les mesures pour que le « gel des prestations ne touche pas les plus modestes, les classes moyennes basses », a demandé Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, ce jeudi sur France Info.

    L’issue du bras de fer sera connue en juin

    <btn_impr style="color: rgb(59, 58, 58); font-family: Arial, Verdana, sans-serif; font-size: 14px; background-color: rgb(255, 255, 255);"></btn_impr><btn_impr style="color: rgb(59, 58, 58); font-family: Arial, Verdana, sans-serif; font-size: 14px; background-color: rgb(255, 255, 255);"></btn_impr>

    « Il y aura un dialogue avec la majorité, tempère Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement. Mais les parlementaires doivent comprendre qu’on ne peut pas faire un plan d’économies sans demander des efforts. » L’issue de ce bras de fer sera connue en juin, quand le Parlement votera une loi de financement de la Sécurité sociale rectificative. C’est ce texte qui doit décaler d’un an la revalorisation des pensions des retraités, du 1er octobre 2014 au 1er octobre 2015. Le gel des aides au logement et des prestations familiales devrait, lui, être voté à l’automne dans les lois de financement pour l’an prochain.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :