• Gignac Magaly : "Ce qui nous arrive est incroyable..."

    Gignac Magaly : "Ce qui nous arrive est incroyable..."

    CHRISTIAN VALOIS
    18/12/2011, 06 h 00
    Hier, Magaly Coustenoble et Jean-Pierre Foulquier sur le marché de Gignac.
    Hier, Magaly Coustenoble et Jean-Pierre Foulquier sur le marché de Gignac. (Photo C. FORTIN)

    "On va se remettre à croire au Père Noël. Vous vous rendez compte, depuis que vous avez relayé notre opération parrainage (Midi Libre du 27 novembre), nous croulons sous les encouragements... et sous les chèques."

    Début novembre, à Gignac, lors des terribles inondations qui ont frappé l’ouest montpelliérain, Magaly Coustenoble et Jean-Pierre Foulquier ont vu 47 de leurs 60 ruches emportées par l’Hérault en crue. Six années de travail à l’eau ! Des pertes chiffrées à plus de 8 000 € et un profond désespoir. Jusqu’à l’idée avancée par Terre Vivante, un organisme accompagnant les projets agricoles : proposer le parrainage du futur rucher.

    Ainsi, à partir d’un montant de 10 euros envoyé par un parrain, celui-ci sera remboursé en pots de miel. Magaly et Jean-Pierre ont foncé, avec dans leurs rêves les plus fous, l’espoir de récupérer 9 000 € pour acheter cinquante ruches bio à un agriculteur de Cavaillon qui arrête son activité.

     "Même si les comptes ne sont pas tout à fait arrêtés, nous avons récolté beaucoup plus que prévu. Au point qu’à présent nous refusons des parrains, sauf s’ils insistent vraiment, certains faisant du parrainage un cadeau de Noël. Tout cela est inespéré, lâche Magaly. J’ai dû parfois couper le téléphone pour pouvoir m’occuper des enfants. Mais j’ai répondu, par mail ou par lettre à tous les parrains."

    Aujourd’hui, ces parrains sont 250 ! Et l’apicultrice d’Aniane a retrouvé le sourire... et des projets : "D’abord, que les gens sachent qu’un compte réservé à cet argent a été ouvert le 13 décembre. On ne veut pas le mélanger à nos ressources personnelles. Ensuite, au lieu de cinquante ruches, on va en acquérir cent, ce qui, dans notre projet initial, n’était pas programmé pour tout de suite. Nous allons également probablement acheter des essaims à un apiculteur d’Argelliers. Il nous faut aussi du matériel de miellerie pour faire face à ce développement inattendu. En tout cas, tout sera investi", affirme Magaly Coustenoble. Et quasiment vérifiable puisque d’ici fin décembre, un site internet permettra de suivre les projets de l’Ours Gourmand.

    Mais l’aventure ne s’arrête pas là. Magaly et Jean-Pierre souhaitent profiter de l’occasion pour organiser, dès l’an prochain, des “Journées parrainage” avec visites de la miellerie et du rucher et animations pédagogiques avicoles.

    "Nos parrains, on veut les connaître et les rencontrer. Ils ont transformé un désastre en un vrai conte de Noël, changé notre vie. On leur doit tellement..."


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :