• Grèce: Varoufakis confiant sur un accord dans les deux prochains jours

    Grèce: Varoufakis confiant sur

    un accord dans les deux prochains jours

    Publié le 16-02-2015 à 21h32Mis à jour à 23h25 lien

     

    Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion de l'Eurogroup à Bruxelles, le 16 février 2015
 (c) Afp

    Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis lors d'une conférence de presse

    à l'issue de la réunion de l'Eurogroup à Bruxelles, le 16 février 2015 (c) Afp

     

    Bruxelles (AFP) - Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, s'est dit confiant lundi soir sur la possibilité de trouver un accord "dans les 48 heures" avec la zone euro, après une réunion qui a tourné court, la Grèce ayant rejeté les exigences de ses partenaires.

    "Je n'ai aucun doute que dans les prochaines 48 heures, l'Europe va réussir à nous soumettre (un document) afin que nous commencions le vrai travail et mettions sur pied un nouveau contrat" pour la Grèce, a affirmé M. Varoufakis lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

    Les ministres des Finances de l'ensemble de l'Union européenne se retrouvent mardi à Bruxelles, pour une réunion prévue de longue date, où la Grèce risque une nouvelle fois d'être au centre des discussions.

    "C'est le prochain rendez-vous", a confirmé une source européenne.

    M. Varoufakis a expliqué lundi soir qu'il avait été tout près de signer un accord préparé par la Commission européenne reconnaissant la gravité de "la crise humanitaire" en Grèce et proposant "une extension de quatre mois de l'accord de prêt" avec ses créanciers.

    Cet accord, dont la Grèce aurait accepté qu'il soit assorti de "conditionnalités" aurait permis de signer "un nouveau contrat" pour Athènes et la zone euro, a souligné le ministre.

    En échange, le gouvernement de gauche radicale était prêt à "se retenir d'appliquer pendant six mois son propre programme", à la seule condition "de ne pas se voir imposer de mesures créant de la récession", a indiqué M. Varoufakis.

    Parmi elles, une hausse de la TVA ou une baisse des retraites les plus maigres.

    "Malheureusement, ce document a été remplacé" avant la réunion de l'Eurogroupe, a-t-il affirmé, ce qui a provoqué la fin de non-recevoir d'Athènes.

    "Malgré toute notre bonne volonté, ils nous était impossible de signer ce document", proposant, lui, une extension du "programme en cours" prescrit à la Grèce, a poursuivi le ministre. Ce projet de texte prévoyait certes une "certaine flexibilité" mais, selon le ministre, il s'agissait d'une promesse trop "nébuleuse".


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :