• Hamid Karzaï demande une aide internationale jusqu'en 2024

    Hamid Karzaï demande une aide internationale jusqu'en 2024

    LEMONDE.FR avec Reuters | 04.12.11 | 15h08   •  Mis à jour le 04.12.11 | 19h42

    Le président de l'Afghanistan, Hamid Karzaï, à New Dehli le 5 octobre 2011.

    Le président de l'Afghanistan, Hamid Karzaï, à New Dehli le 5 octobre 2011.AP/Gurinder Osan

    Le président afghan Hamid Karzaï a estimé, dimanche 4 novembre, que son pays aurait besoin d'une aide financière et militaire internationale pendant dix ans après le départ des forces étrangères prévu fin 2014.

    "L'Afghanistan aura certainement besoin d'une aide pendant encore dix ans, jusqu'à environ 2024 (...) Il faudra former nos soldats, équiper l'armée et la police et mettre en place des institutions stables", a-t-il dit dans une interview à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, à la veille de l'ouverture à Bonn, en Allemagne, d'une conférence internationale sur l'avenir de son pays.

    "Si nous perdons ce combat, nous risquons de revenir à la situation qui prévalait avant le 11 septembre 2001", date des attentats d'Al-Qaida aux Etats-Unis qui devaient conduire à l'intervention internationale contre le régime des talibans à Kaboul.

    La conférence de Bonn sera dominée par trois sujets principaux : la sécurité, la réconciliation nationale et l'aide internationale à l'Afghanistan, a précisé le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle. Selon une étude de la Banque mondiale publiée le mois dernier, les autorités afghanes auront besoin chaque année d'une aide internationale d'environ sept milliards de dollars après le départ des troupes étrangères.

    LE PAKISTAN CRITIQUÉ

    Le Pakistan, qui joue un rôle essentiel dans la région, a annoncé qu'il boycotterait cette réunion pour protester contre la "bavure" des forces occidentales qui a coûté la vie à 24 de ses soldats le 26 novembre.

    Dans son interview, Hamid Karzaï se montre critique envers l'attitude des autorités d'Islamabad. "Jusqu'ici, celles-ci ont refusé de nous aider dans les pourparlers de réconciliation avec la direction des talibans", a-t-il déploré.

    Dimanche, le président américainBarack Obama a appelé le président pakistanais Asif Ali Zardari pour lui assurer que l'attaque de l'Otan n'avait pas été "délibérée", a rapporté la Maison Blanche. Il a présenté ses condoléances pour ces "pertes tragiques" à son homologue pakistanais et lui a rappelé "l'engagement fort et total des Etats-Unis dans l'enquête" sur cette bavure de l'Otan qui a plongé les deux pays dans une grave crise diplomatique.

    Cette bavure a réduit à néant les efforts déployés par Washington pour dissiper les tensions qui ont suivi la mort d'Oussama Ben Laden, tué le 2 mai par les forces spéciales américaines au cours d'une opération des commandos américains menée à l'insu d'Islamabad.

    Guerre en Afghanistan

    Les faits Un 76e soldat français tué en Afghanistan


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :