• Hausse du chômage : 28400 demandeurs d'emploi supplémentaires en octobre

    Hausse du chômage : 28400 demandeurs d'emploi supplémentaires en octobre

    T.d.L | Publié le 27.11.2014, 17h04 | Mise à jour : 18h19 lien

    Illustration. En octobre, 28400 nouveaux demandeurs d'emploi (catégorie A) ont été recensés, une hausse de 0,8 % par rapport au mois de septembre.

    Illustration. En octobre, 28400 nouveaux demandeurs d'emploi (catégorie A) ont été recensés, une hausse de 0,8 % par rapport au mois de septembre. | AFP/Philippe Huguen

    Zoom
     
    L'envolée du se poursuit en France. En octobre, 28400 nouveaux demandeurs d' (catégorie A) ont été recensés, une hausse de 0,8 % par rapport au mois de septembre. Le nombre de ces chômeurs sans aucune activité s'établit à 3 460 900 selon les chiffres donnés mardi par le ministère du Travail et de l'Emploi.   Soit 5,5% de hausse sur un an.

    Outremer compris, 3,72 millions de chômeurs de catégorie A (sans aucune activité) étaient sur les listes de l'opérateur, également un record. En incluant ceux ayant exercé une petite activité, la hausse est moindre (+0,5%), pour un total de 5,15 millions en métropole et de 5,46 millions avec l'Outremer.
     
     


    Mauvais chiffres pour les jeunes et les séniors

    Aucune classe d'âge n'est épargnée: +0,6% chez les jeunes, +0,8% chez les seniors. Sur un an, l'explosion se poursuit chez les 50 ans et plus (+11,4%) tandis que la situation passe dans le rouge chez les moins de 25 ans (+1,3%) après une embellie entamée au printemps 2013. Pourtant, dans un communiqué, François Rebsamen note une hausse«plus limitée pour les plus jeunes et les plus âgés» que les 25-49 ans (+0,9%), qui montre selon lui «l'impact positif des politiques de l'emploi», notamment «les 150.000 emplois d'avenir» et «les mesures en faveur des seniors».

    En outre, le chômage de longue durée continue de faire tâche d'huile: petite activité incluse, 2,2 millions de demandeurs d'emploi sont inscrits depuis plus d'un an (+0,9% sur un mois, +9,4% sur un an).En moyenne, un demandeur d'emploi reste inscrit 286 jours à Pôle emploi. Chez les seniors, la moyenne s'envole à 511 jours.



    Les indicateurs en berne

    Ce nouveau record est tout sauf une surprise. Le recul de l'emploi intérimaire, considéré comme un indicateur précurseur des tendances sur le marché de l'emploi, a en effet été confirmé mercredi par le baromètre Prism'emploi avec une baisse de 2,9% en octobre 2014 par rapport à la même période l'an dernier. L'intérim a été affecté par la chute des effectifs dans le BTP (-20,6%), un secteur lourdement touché par la crise.

    L'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a de son côté confirmé mardi la déconvenue de l'exécutif, prévoyant une hausse du chômage jusqu'à la fin de l'année 2015, pour atteindre 10,1% des actifs en métropole, avant de se replier légèrement à 10,0% courant 2016. L'activité économique «devrait rester molle aux prochains trimestres», a estimé l'OCDE, expliquant qu'une «faible croissance de la demande entraînait une faiblesse de l'emploi avec un chômage élevé et du sous-emploi».

    L'OCDE a encore révisé à la baisse sa dernière prévision de croissance 2015, à 0,8% contre 0,9% début novembre. De son côté, le gouvernement français compte sur 1% de croissance l'an prochain. L'économie française devrait ensuite croître de 1,5% en 2016 (contre 1,7% selon le gouvernement), prévoit l'OCDE.

    Le temps presse

    Malgré tout, François Rebsamen espère «un retournement mi-2015» sur le front du chômage. Pour y parvenir, le gouvernement mise en premier lieu sur le pacte de responsabilité, plan économique phare du président François Hollande.

    Mais le manque d'empressement du patronat dans la mise en oeuvre du Pacte a conduit le Premier ministre Manuel Valls à hausser le ton lui demandant de «s'engager». Dans l'immédiat, l'exécutif pare au plus pressé avec les contrats aidés. Le projet de budget pour 2015 prévoit d'en financer 445.000, essentiellement dans le secteur marchand, après 430.000 en 2014. Ces emplois subventionnés se sont avérés insuffisants, à ce jour, pour enrayer la hausse du chômage. Depuis l'élection de François Hollande en 2012, plus d'un demi-million de chômeurs supplémentaires ont poussé la porte de Pôle emploi.

    LeParisien.fr


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :