• Hausse «plausible» du prix du gaz de plus de 4%

    Hausse «plausible» du prix du gaz de plus de 4%

    34 commentaires

    Créé le 11/12/2011 à 15h30 -- Mis à jour le 11/12/2011 à 15h55
    Des brûleurs d'une cuisinière à gaz
    <aside>

    Des brûleurs d'une cuisinière à gaz Johanna Leguerre AFP/Archives

    </aside>

    ENERGIE - C'est ce qu'a affirmé le ministre de l'Industrie et de l'Energie, Eric Besson, lors d'une interview à la radio...

    Une hausse du tarif du gaz de l'ordre de 4,3% en France au 1er janvier 2012 est "plausible", a déclaré dimanche le ministre de l'Industrie et de l'Energie Eric Besson. Le chiffre a été avancé vendredi par Le Figaro, après que le Premier ministre François Fillon eut évoqué mardi sur France 2 une hausse inférieure à 5%. 

    "Une hausse comprise entre 4% et 4,5% me paraît vraisemblable", a dit Eric Besson
    dans le cadre du Forum de Radio J diffusé dimanche. "Vraisemblable, ça veut dire que ce n'est pas certain. C'est soumis à l'arbitrage du Premier ministre et il doit arbitrer d'une façon imminente". Prié de dire si le chiffre du Figaro se situait dans la fourchette envisagée, il a répondu : "C'est plausible".

    Gel des tarifs de gaz pour les particuliers

    Le Conseil d'Etat a suspendu en novembre l'application du gel des tarifs du gaz de GDF Suez pour les particuliers. Le gouvernement avait confirmé en septembre le gel des tarifs du gaz pour les particuliers, décidé au printemps pour un an, face au mécontentement provoqué par l'augmentation de 5% des prix le 1er avril. 

    Le Conseil d'Etat avait été saisi par des concurrents de GDF Suez, comme Poweo, Direct Energie ou Altergaz , qui contestaient cette mesure. GDF Suez a également déposé un recours au Conseil d'Etat contre ce gel des tarifs, en faisant valoir qu'il n'était pas conforme aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur.

    Ne pas plomber la facture énergétique des Français

    "Nous avons une règle juridique qui aurait conduit à augmenter les prix du gaz entre 8 et 10%. Le gouvernement ne veut pas de cette hausse, il veut modérer la facture énergétique des Français", a expliqué la ministre du Budget, Valérie Pécresse, au "Grand Rendez-vous" Europe 1-Le Parisien-i-télé. 

    "Il va trouver les moyens juridiques de faire une augmentation au moins moitié moindre", a-t-elle assuré, ajoutant que cette règle serait changée "pour l'avenir". "Nous sommes en train de mener une concertation large et approfondie", a précisé la ministre sans plus de détail sur la hausse envisagée.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :