• Immigration : nouveau naufrage en cours en Méditerranée

    <header id="titre_article">

    Immigration : nouveau naufrage en cours en Méditerranée

    <time datetime="2015-04-20T13:26:59+02:00">Le 20/04 à 13:26, mis à jour à 14:27  lien </time>
     
    L’Europe a promis de réfléchir à de nouvelles mesures pour empêcher les morts de migrants en
    Méditerranée. (Photo du 3/03/2015) - AFP
    </header><section class="left" id="gauche_article">
    • <figure itemid="/medias/2015/04/20/1112907_immigration-nouveau-naufrage-en-cours-en-mediterranee-web-tete-02119076120_660x352p.jpg" itemprop="associatedMedia" itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject"><figcaption itemprop="description"></figcaption></figure>
       

    +VIDEOS Après le naufrage dramatique de ce week-end, un bateau transportant 300 migrants est en train de couler.

    Les drames se succèdent en Méditerranée. Après le naufrage survenu dans la nuit de samedi à dimanche dans les eaux libyennes, qui a fait des centaines de disparus, un autre bateau transportant plus de 300 migrants est en train de sombrer en Méditerranée, a annoncé lundi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). « L’OIM à Rome vient de recevoir un appel demandant de l’aide d’un bateau dans les eaux internationales; il y a trois bateaux. La personne qui a appelé dit qu’il y a plus de 300 personnes sur son bateau et qu’il est en train de couler », a indiqué aux médias l’organisation internationale, basée à Genève.

    L'OIM a indiqué qu'il y avait trois bateaux de migrants côte à côte en Méditerranée, mais ajouté ne pas savoir exactement dans quelles eaux ils se trouvent. L'organisation a contacté les gardes-côtes. Mais selon l'OIM, les gardes-côtes « n'ont pas les moyens de les secourir maintenant » car ils manquent de ressources en raison du naufrage du chalutier survenu dans la nuit de samedi et dimanche au large de la Libye. D'après l'OIM, « les garde-côtes vont probablement essayer de rediriger des navires commerciaux » vers le lieu où le bateau est en train de couler. Une opération difficile car selon l'OIM certains navires commerciaux « ne veulent pas collaborer ».

    Un voilier échoué au large de Rhodes

    Par ailleurs, un voilier transportant plusieurs dizaines de migrants s’est échoué lundi au large de l’île grecque de Rhodes, ont annoncé les garde-côtes qui font état d’un premier bilan de trois morts. Plus de 90 occupants ont été secourus, dont 30 ont dû être hospitalisés. Le voilier en bois à bord duquel ils avaient embarqué est totalement détruit, précise la garde-côte grecque. Sur les images diffusées par des chaînes de télévision grecques, on voit des naufragés s’agripper à des radeaux de fortune ou des planches de bois. « La Méditerranée est devenue le tombeau aquatique de milliers d’âmes qui essayaient de fuir les flammes de la guerre », a déclaré le porte-parole du gouvernement grec, Gabriel Sakellaridis.


     

    L’Europe sommée de réagir

    Lundi, l’Union européenne a promis de réfléchir à de nouvelles mesures pour empêcher les morts de migrants en Méditerranée. Lors de leur réunion hebdomadaire à Luxembourg, les ministres européens des Affaires étrangères ont évoqué plusieurs pistes, du renforcement des missions de sauvetage à la lutte contre les réseaux de passeurs.

    « Ce qui est en jeu, c’est la réputation de l’Union européenne », a déclaré la Haute Représentante de l’UE pour la politique extérieure et de sécurité commune, l’Italienne Federica Mogherini, dont le pays est concerné en premier lieu par cette crise humanitaire. « Nous ne pouvons pas avoir une réponse italienne à une urgence européenne », a souligné la porte-parole de la diplomatie de l’UE lors de la réunion hebdomadaire des ministres européens des Affaires étrangères à Luxembourg.

    Les chefs de la diplomatie ont observé une minute de silence à l’ouverture de leur réunion et devaient être rejoints par leurs collègues de l’Intérieur.

    La tenue d’un sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE dès cette semaine est à l’étude, a indiqué Federica Mogherini. La chef de la diplomatie européenne a plaidé pour « bâtir un sens commun de responsabilité » face à cette crise, alors que les pays du nord de l’Europe ont jusqu’ici largement laissé la charge des opérations de sauvetage aux pays du Sud.

    Au pied du mur

    En 2014, environ 3.500 migrants ont perdu la vie en tentant de traverser la Méditerranée en quête d’un avenir meilleur. L’UE rechigne à financer les opérations de secours de peur que cela n’encourage les traversées vers l’Europe mais l’émotion suscitée par le naufrage survenu dans la nuit de samedi à dimanche la met au pied du mur. « Il est clair pour tout le monde au sein du gouvernement allemand qu’il faut faire quelque chose pour empêcher de nouveaux accidents », a déclaré à Berlin Steffen Seibert, le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel. « Nous devons maintenant nous mettre d’accord très vite sur les mesures appropriées. »

    En novembre dernier, les Vingt-Huit ont lancé l’opération de surveillance maritime Triton, sous la responsabilité de l’agence de contrôle des frontières Frontex, pour remplacer la mission de sauvetage Mare Nostrum, plus ambitieuse et plus coûteuse, que l’Italie seule avait mise en place un an plus tôt. Triton, dont le budget mensuel est de 2,9 millions d’euros, trois fois moins que Mare Nostrum, a démarré avec sept navires, deux avions et un hélicoptère.

    « Fosse commune »

    « Les politiques mises en oeuvre par l’Union européenne sont en train de faire de la mer Méditerranée une fosse commune », a estimé dans un communiqué le président de Médecins sans Frontières en Italie, Loris De Filippi. Dans un entretien au Parisien, le fondateur de MSF et ancien ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner accuse lui l’UE de « non-assistance à personne en danger ».

    Représentant la France à Luxembourg en l’absence de Laurent Fabius, le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Harlem Désir a préconisé un renforcement des moyens affectés à l’opération Triton et l’élargissement de ses objectifs.

     

    Le secrétaire britannique au Foreign Office, Philip Hammond, a estimé que toute solution à la crise devait inclure un volet visant les réseaux de passeurs. L’Autriche a proposé l’ouverture de camps de demandeurs d’asile en Afrique du Nord, supervisés par les Nations unies et l’Italie a souhaité que l’Egypte et la Tunisie participent aux opérations de sauvetage.

    </section>
     

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :