• Incendies de légumiers à Morlaix: Valls condamne et promet des poursuites

    Incendies de légumiers à Morlaix:

    Valls condamne et promet des poursuites

    4 20.09.2014 11:32   lien 
     

    Le centre des Impôts incendié le 20 septembre 2014 à Morlaix par des légumiers en colère

    Fred Tanneau - AFP

    Manuel Valls a condamné "énergiquement" samedi les "saccages et destructions par incendie" du Centre des impôts et de la Mutualité sociale agricole de Morlaix (Finistère), commis tard vendredi soir, lors d'une manifestation de producteurs de légumes bretons, en promettant des poursuites judiciaires.

    "Manuel Valls, Premier ministre, condamne énergiquement les saccages et destructions par incendie cette nuit à Morlaix de deux bâtiments affectés au service public, dont celui de la Mutualité sociale agricole, entièrement détruit alors qu'il n'avait que deux ans. Il est particulièrement choquant que les sapeurs-pompiers aient été empêchés d'accomplir leur mission. Des poursuites judiciaires seront engagées contre les auteurs de ces actes", écrit le Premier ministre dans un communiqué.

    Plus d'une centaine de légumiers en colère ont incendié les deux bâtiments vendredi soir pour protester contre les contraintes fiscales et administratives qui pèsent sur eux, occasionnant d'importants dégâts.

    "Alors que les pouvoirs publics ont déjà pris des mesures pour soutenir les filières agricoles, rien ne justifie le recours à des méthodes violentes, qui ne résolvent rien et qui pèsent en premier lieu sur les contribuables et les assurés sociaux", souligne Manuel Valls dans son communiqué.

    "Seule la poursuite du dialogue engagé par (le ministre de l'Agriculture) Stéphane Le Foll avec les responsables agricoles nationaux et locaux permettra de répondre aux difficultés que rencontrent les producteurs", ajoute encore le Premier ministre.

    De son côté, Stéphane Le Foll a également condamné "avec la plus grande fermeté les exactions" de Morlaix tout en appelant "l'ensemble des acteurs à l'apaisement et à la responsabilité pour rechercher les solutions de gestion de cette crise".

    "Depuis l’annonce par les autorités russes de l’embargo sur les produits agricoles et agroalimentaire européens, les pouvoirs publics n’ont cessé d’agir pour permettre la mise en place de mesure de soutien des marchés et ainsi en limiter les conséquences pour les producteurs. La crise du chou fleur et de l'artichaut est en grande partie liée à une surproduction liée aux conditions climatiques", souligne le ministre de l'Agriculture dans un communiqué.

    "Le dialogue avec la profession est permanent", assure-t-il. "Après avoir rencontré les représentants nationaux de la profession à plusieurs reprises pour discuter des mesures de soutien les plus adaptées, deux réunions sont prévues à (son) agenda la semaine prochaine", mercredi avec Jean-François Jacob, président de la SICA de Saint-Pol-de-Léon, et vendredi avec l’ensemble des représentants de la filière fruits et légumes.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :