• Si vous avez des difficultés à visualiser cette lettre d'information, cliquez ici

    Découvrez la nouvelle newsletter "Voyage" des rédactions du Monde.fr et d'Ulysse.
    Pour vous désinscrire, cliquez ici.
    Le Monde Voyage
    Avec LeMonde.fr et Ulysse vendredi 4 novembre 2011
    Un dresseur d'aigles kazakh de Mongolie.

    Mongolie >

    Les fils de l'aigle des steppes mongoles (1/4)

      Aigle royal de Mongolie

    Mongolie >

    Les fils de l'aigle des steppes mongoles (2/4)

         
    Les Kazakhs de Mongolie et leurs aigles royaux.

    Mongolie >

    Les fils de l'aigle des steppes mongoles (3/4)

      Hommes de la minorité kazakhe de Mongolie.

    Mongolie >

    Les fils de l'aigle des steppes mongoles (4/4)

     
    Cliquez ici !
    Cliquez ici !

    La vidéo de la semaine

    Chandernagor, ancienne colonie française. portfolio Le triangle d'or des anciennes colonies du Bengale

     

    Voyage Dernière minute

    avec
    Hôtels dernière minute
    Londres   à partir de 40€
    Venise   à partir de 37€
    France   à partir de 32€ 66€
    Séjour vacances
    Maroc   à partir de 343€
      8j/7n   demi-pension
    Thailande   à partir de 1199€
      8j/7n   petit-déjeuner
    Escapades citadines
    Istanbul   à partir de 428€
      8j/7n
    Barcelone   à partir de 172€
      3j/2n

    votre commentaire
  • Sète  :   Brassens : l’erreur de cimetière

    Midilibre.fr
    29/10/2011, 07 h 37 | Mis à jour le 29/10/2011, 17 h 38

    Rien n’y fait. Depuis 20 ans, une pancarte est accrochée à l’entrée du célèbre Cimetière Marin indiquant que Brassens est enterré au Py, anciennement appelé le “cimetière des pauvres”. Et pourtant, ils sont encore des centaines à chercher le poète allongé face à la mer.

    Mais où l’auteur de la célèbre Supplique pour être enterré sur la plage de Sète souhaitait-il au juste reposer ? « La concession au Py est à son nom. Il l’avait achetée en 1975 mais je pense qu’il s’en fichait un peu de savoir où il allait être enterré », s’avance Régine Monpays, directrice de l'Espace Brassens.  

    Lors de la rencontre mythique entre Brassens, Ferré et Brel à Paris en 1969, Georges avait d’ailleurs confirmé cette idée en répondant à Léo : « Je te signale que je m’en fous d’être enterré sur la plage de Sète ! Ça m’est complètement égal...J’ai fait ça pour m’amuser, quoi. Pour aller au bain de mer (rires). » Selon Régine Monpays, Brassens avait plus tard lancé à ses amis : « Tu me vois sur la plage de Sète ? J’aurais l’air d’un con ! »

    S’il trouvait son inspiration dans le thème de la mort, si elle le taraudait, elle ne lui faisait pas peur pour autant : « Il adorait d’ailleurs aller aux enterrements !, rappelle la directrice de l’Espace. Pour l’anecdote, il s’était rendu aux obsèques du chanteur René-Louis Lafforgue, décédé d’un accident de voiture en 1967 à Albi. Sur la route , à une bifurcation, Brassens avait suivi le faux corbillard et s’était retrouvé à l’enterrement d’un autre ! ». 


    votre commentaire
  • Les Chinois s'arrachent la bio de Jobs

    AFP Mis à jour <time class="updated" datetime="25-10-2011T10:33:00+02:00;">le 25/10/2011 à 10:33 | publié <time datetime="25-10-2011T10:23:00+02:00;" pubdate="">le 25/10/2011 à 10:23 </time> Réagir </time>

    La biographie du cofondateur d'Apple Steve Jobs   s'est arrachée en Chine dès sa mise en vente cette semaine, certaines librairies étant même en rupture de stock quelques heures après son lancement, a indiqué mardi l'éditeur de la version chinoise.  

    Le livre sobrement intitulé "Steve Jobs" a été mis en vente lundi dans une vingtaine de ville de Chine, au même moment qu'aux États-Unis et deux semaines et demie seulement après le décès de Jobs.

    "Il s'est extrêmement bien vendu. Nous avons écoulé le livre dans 30 librairies situées dans 21 villes et la plupart ont été en rupture de stock hier" (lundi), a déclaré à l'AFP Kong Yan, directeur du marketing de CITIC Press.

    Une très populaire marque à la pomme

    La marque Apple est extrêmement populaire en Chine où la mise sur le marché de tout nouveau produit du groupe américain entraîne la formation de files d'attente impressionnantes.

    Dans la plus grande librairie de Shanghai (est), des acheteurs ont patienté plusieurs heures pour acheter leur exemplaire à 68 yuans (7,8 euros) et les 1.000 copies en vente à l'ouverture avaient été écoulées dès midi, a rapporté le China Daily. Les librairies des mégapoles telles que Pékin et Canton (sud) ont aussi fait état d'un vif succès.

    LIRE AUSSI:
    » Biographie de Steve Jobs : 10 anecdotes et révélations


    votre commentaire
  • "Guignols", le coup de vieux

    Le Monde TéléVisions | LE MONDE TELEVISION | 24.10.11 | 15h53   •  Mis à jour le 24.10.11 | 16h49

     

    La marionnette du président Sarkozy, par les Guignols.

    La marionnette du président Sarkozy, par les Guignols.D.R.

    Putain, vingt-trois ans ! Arrivés à l’antenne (sous le titre "Les Arènes de l’info") le 29 août 1988, quatre mois après la réélection de François Mitterrand, "Les Guignols" s’apprêtent à couvrir leur quatrième campagne présidentielle. Ceux qui accéderont au droit de vote en 2012 sont nés après que la parodie de journal télévisé animée par "PPD" a reçu ses deux premiers 7 d’or.

    Autant dire que l’affaire est techniquement rodée. De la réunion matinale des auteurs jusqu’au direct du soir, le rituel n’a pas varié. Habilleuses, costumières et accessoiristes s’affairent dans le bâtiment qui est réservé aux "Guignols", à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), où s’entassent quelque 350 marionnettes. En fin d’après-midi, marionnettistes et imitateurs enchaînent les répétitions à quelques centaines de mètres de là, au Studio104 de la Plaine Saint-Denis, sous la baguette d’Yves Le Rolland, producteur et grand ordonnateur de l’émission depuis 1995. Au rayon imitateurs, si Nicolas Canteloup (désormais sur TF1 à 20h35) a été discrètement remplacé depuis la rentrée, Yves Lecoq reste fidèle au poste – essentiel, puisqu’il assure en moyenne près de 70% des voix – qu’il occupe depuis l’origine. Bref, tout le monde est là. Y compris les téléspectateurs, que "Les Guignols" ont retrouvés en nombre (plus de 2 millions en moyenne, selon Canal+) depuis que leur diffusion a été avancée à 19h50, face à la pub qui précède la grand-messe des (vrais) JT.

     

    La sextape des Guignols avec DSK en couverture.

    La sextape des Guignols avec DSK en couverture.Studio Canal

    Seul manque l’écho que suscitait jadis la même émission: le "Mangez des pommes !" de Jacques Chirac victorieux du "couille molle" (Edouard Balladur), la "boîte à coucou" de Johnny, les "tout à fait Thierry" et autres "Jean-Pierre Papin P.A.P. 1" avaient fait les beaux jours des cours de récréation comme des salles de rédaction. Autant de gimmicks qui datent, faute d’avoir été renouvelés. Le dernier DVD de l’année écoulée, La Sextape des Guignols (DSK en peignoir léopard, cigare à la main, sur la jaquette) fait parfois sourire, plus rarement rire.

    Ceux qui travaillent quotidiennement sur l’émission le savent et en conviennent volontiers : "On n’est plus à la mode", concède Yves Le Rolland. Tout aussi sincères, les auteurs, Lionel Dutemple et Julien Hervé, arrivés en 1999, et Philippe Mechelen, qui les a rejoints en 2009, font le même constat.

    Les explications avancées sont multiples. Primo, le trio d’auteurs de "l’âge d’or" du début des années 1990 (Bruno Gaccio, Benoît Delépine et Jean-François Halin) est a posteriori jugé "brillantissime". "Des orfèvres", estime Julien Hervé. Secundo, le contexte – médiatique et politique – est radicalement différent. Quand l’offre de programmes s’est multipliée, l’esprit "Guignols" – l’art de la dérision et de l’autodérision emblématique de la chaîne cryptée – s’est largement diffusé hors des frontières de Canal+. "Les Guignols ont ouvert une brèche. Tout le monde s’y est engouffré", souligne Lionel Dutemple. "On évite de regarder ou d’écouter les autres. Sinon ça pourrit la tête", ajoute Julien Hervé. "Il est plus difficile d’exister aujourd’hui alors que tout s’est 'guignolisé'", note un de leurs prédécesseurs, Alexandre Charlot.

     

    Bernadette Chirac et son célèbre sac à main.

    Bernadette Chirac et son célèbre sac à main.Canal+

    La matière a également changé en vingt ans : "Au début, les hommes politiques étaient des espèces d’icônes qu’on voyait peu. Désormais, ils gavent le public d’images", souligne Yves Le Rolland. "On ne rit que de ce qui résiste. Or, le politique ne résiste plus beaucoup", analyse Olivier Mongin, directeur de la revue Esprit et auteur, en 2006, du livre De quoi rions-nous ? La Société et ses comiques, (Plon). Pour lui, "Les Guignols" s’apparenteraient aujourd’hui à "une espèce de Musée Grévin".

    La hantise des "Guignols" est de se "bébête-showiser", à l’instar de l’émission de TF1 qu’ils avaient ringardisée peu après leur création. Ils n’en sont pas là. De nouveaux programmes, comme "Le petit journal", de Yann Barthès, ou, depuis la rentrée, la très vive série "Bref", également diffusée dans "Le grand journal" de Canal+, ont menacé de les démoder. Jamais de les détrôner. Quand souffle l’air du temps, les marionnettes d’Alain Duverne plient, mais ne rompent pas. Le latex a la peau dure.

    Jean-Baptiste de Montvalon


    votre commentaire
  • L'avocat de Banon lui conseille d'abandonner la bataille judiciaire

    Publié le 16-10-11 à 16:38    Modifié à 16:56     par Sarah Diffalah  

    "Très sincèrement, je lui indique que si elle a les moyens là de trouver de quoi se reconstruire, qu'elle y réfléchisse" a déclaré Me Koubbi.

    Tristane Banon lsur le plateau Grand Journal sur Canal+ lundi 19 septembre (AFP)
    Tristane Banon lsur le plateau Grand Journal sur Canal+ lundi 19 septembre (AFP)

    Me David Koubbi, l'avocat de Tristane Banon, a déclaré dimanche 16 octobre sur M6 qu'il conseillait à sa cliente de ne pas engager une nouvelle procédure contre Dominique Strauss-Kahn après le classement sans suite jeudi de sa plainte pour tentative de viol.

    A Marc-Olivier Fogiel lui demandant s'il conseillait à Tristane Banon d'arrêter de poursuivre DSK en justice, Me Koubbi a répondu: "Ca revient à dire ça". L'avocat avait déclaré jeudi que la romancière allait "dans les jours qui arrivent" déposer une plainte avec constitution de partie civile contre DSK, ce qui entraînerait la désignation d'un juge d'instruction et relancerait l'affaire.

    S'il s'excusait...

    En classant sans suite la plainte pour tentative de viol déposée en juillet par la romancière, le parquet avait toutefois considéré que DSK avait reconnu avoir tenté de l'embrasser, ce qui pouvait "être qualifiable d'agression sexuelle", un délit prescrit, selon une source judiciaire.

    "Très sincèrement, je lui indique que si elle a les moyens là de trouver de quoi se reconstruire, qu'elle y réfléchisse", a déclaré Me Koubbi sur M6.

    Interrogé plus tôt sur le fait que Tristane Banon pouvait encore se constituer partie civile, Me Koubbi avait répondu qu'"à l'instant où je vous parle, ce n'est pas l'instruction que j'ai reçue", précisant cependant "être en train d'y travailler".

    "On ne va pas quitter le ring si DSK s'y trouve encore. S'il s'excusait, je pense qu'elle verrait les choses différemment", a encore dit Me Koubbi en parlant de sa cliente.

    Le Nouvel Observateur - AFP


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique