• La lettre S

    lien

     

    Un parfum de jaSmin, embaumant l’air ambiant

    Qui réveille leS SenS tout en douceur, lentement,

    On  s’étire, comblé, lourd d’étreintes lascives et de déchainements.

    On joue la Séduction, on eSSaie mille farandoles, exaltéeS par la faim

    De caScades en caScades, on goûte au fruit Suave, qui taquine l’airain

    Rappelant les SenteurS de cette fleur  fragile, cueillie, lentement,  à la main.

    L’attirance eSt faite de complicité, EnlacéS danS le lit comme dans la Vie

    IvreS de SenSationS, Repus de mille fruitS, le corpS à l’abandon

    Nous cherchonS le repoS, pour mieux nous retrouver, enfin uniS

    Pour une longue nuit,  dont les mille SaveurS, laiSSeront à JamaiS le  goût de la paSSion…

    Marialis


    9 commentaires
  • LA LETTRE  S

     

    Ssssssssssssssssssssss

     

    Sifflement du Serpent

    Sulfureux Satan tentateur

    Sournoisement diSSimulé danS le jardin d’Eden

    MaiS auSSi châtiment Suprême

    Auto-infligé à Cléopâtre elle-même.

     

    PuiS viSqueux, Sinueux, Sirupeux et Sordide

    Il S’inSinue danS le Secret deS vieS

    Epie par le trou des SerrureS

    SuSurre la calomnie, Suppute la turpitude

    S’eSSaie à l’inSulte pour la baSSeSSe Sublimer.

     

    Sombre, SiniStre, Schizophrène, Satyre

    Sadique et Sanglant, Spectre terrifiant

    Il reSSort deS abîmeS et revient deS enferS

    Savourant la Saleté, Se nourriSSant d’immondiceS

    Il Se repait enfin deS reSteS d’un monde en décompoSition.

     

    Par bienSéance enfin et pour S’acheter une conduite

    Il Se fait Sinécure, SieSte et SalamalecS

    SoumiSSion, obSéquioSité, Servilité

    Et par touS moyenS et SubterfugeS

    Tente de Se refaire une virginité

     

    MaiS non, chez lui décidément

    SurpaSSant touS leS autreS SentimentS

    Le côté obScur toujourS triomphe

    Et ne lui laiSSe comme échappatoire

    De Se faire Suppositoire

    Charles


    7 commentaires
  •  

     

    La lettre R

    La Rime est capRicieuse et souvent Redondante,

    ToujouRs insidieuse, Roulant, donnant le Rythme,

    Elle couRt, se déRobe, s’échappe énervante….

    Finit par ReveniR, libéRant notre plume qui se grime,

    Passant du RiRe éclatant, au désespoiR grinçant.

    Elle Reprend sa couRse folle et subtile elle fRôle l’abîme

     Mutine, elle soigne son RetouR et Revient lentement…

    Commence une danse , une Rumba cambRée, que tous les coRps animent,

    Qui joue avec nos neRfs, Monnayant un tempo toujouRs RécuRant,

    Et une plume légèRe, cRéant bien malgré elle une dentelle fine,

    Qui finit paR  RimeR et créeR la magie qui  fait que sa lecture alléchante,

    Se paRtage avec vous, tout en se PréseRvant , paRfois coquine

    Elle ondule de veRs en veRs,  cherchant son ReFrain , le peaufinant.

    CheRche mille pRétextes  pouR nous empoRteR sur un air entRainant,

    Vers des mondes Radieux où l’on oublie letemps…. CaRpe Diem !


    8 commentaires
  • La lettre R

    Le Retour de Jean…

    Il avance heuReux et pouRtant détruit à l’intérieuR : La joie de retrouveR les paysages et les visages familieRs n’arrivent pas à effaceR le camp, ces 6 ans passés là-bas… La souilluRe, les humiliations, la peuR, la peRte des copains et la désespéRance : son quotidien pendant 6 ans…

    Le NeubrandenbuRg, pRès de la calotte polaiRe : « aRbeit macht fRei »

    SuRvivRe coûte que coûte, Rendre cette folie cohéRente par la Répétition des gestes quotidiens ; puis RecheRcheR la nouRRiture, les combines, les échanges qui amélioRent l’ordinaire… Le tRavail obligatoiRe dans les feRmes alentour : des bêtes de somme qui remplacent les maRis paRtis sur le front russe… Puis tout va tellement vite, tout bascule pour les Nazis : nous voilà libéRés, livRés à nous-mêmes, eRRants  sur les Routes : il ne faut pas  flancheR, à tout pRix avanceR ! CeRtains jours avec les divisions SS de Wallonie en déRoute qui nous nouRRissent, nous « habillent » et en s’échappant dès que possible… et enfin la Belgique, le tRain pour le Retour… RejoindRe la Croix Rouge et oRganiseR le RetouR !

    Mais je tRansporte avec moi tous mes fantômes, tout ce vécu : il m’isole des miens, seuls compRennent les copains de galèRes…

    Je Retrouve les miens avec bonheuR, tout en Regrettant la mort de mon pèRe que je n’ai pas Revu…

    Ils sont tous là, mais je suis seul….Il faudra des jouRs et des jouRs avant que je Reprenne le goût de vivRe et du tRavail : Mimi ,ma compagne est désespéRée…  Et puis un jouR le déclic, la vie RepRend son couRs : je m’occupe à nouveau du bétail et des pRopRiétés….

    Je ne souhaite pas ce paRcouRs aux générations futuRes : qu’elles oublient la haine et constRuisent un autRe monde….

      


    votre commentaire
  • La lettre Q

    lien

    Elle fait partie du Quotidien, tant elle se dissimule,

    Dans les jolis Quadrilles d’antan, toujours vive, en Quadrature

    Exigeante et Qualifiante, elle déteste que l’on recule.

    Elle disparait parfois dans des Quasars minuscules, nés d’une rupture

    Compte en Quantas, puis en Quantum fière de sa majuscule.

    Tissée parfois à la Quenouille, destinée au Queue -de- pie d’un funambule

    Ou d’un  Quidam obséquieux jouant dans un  Quintette d’envergure…

    Cherchant Querelle parfois, Quémandant notre attention sans préambule,

    Elle se veut Qualifiante et Qualitative, tenant son rang , toujours si pure

    Elle vient chercher sa quote-part, tout en évitant le crépuscule,

    Elle est toujours dans la lumière, Quintessence, poussière de Quasars

    Elle vogue dans l’univers en toute Quiétude, laissant aux humains  le hasard

    Le désordre des sens d’un Quarteron de fêtards, qui n’ont qu’une idée en tête :

    « Explorer dans tous les sens la lettre Q »…


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique