• Jacqueline Amiel-Donat conseille à Jean-Paul Alduy de "se taire"

    Affaire de la chaussette : Jacqueline Amiel-Donat conseille à Jean-Paul Alduy de "se taire"

    L'INDEPENDANT
    23/12/2011, 13 h 43 | Mis à jour le 23/12/2011, 13 h 52
    JAD : "Cette fraude massive a bien eu lieu et elle ne s'évanouit pas d'un coup de baguette magique".
    JAD : "Cette fraude massive a bien eu lieu et elle ne s'évanouit pas d'un coup de baguette magique". (L'INDEPENDANT - THIERRY GRILLET)

    Suite au jugement du tribunal correctionnel de Perpignan rendu mercredi dans l'affaire de fraude présumée lors des élections municipales de 2008 à Perpignan, condamnant Georges Garcia à un an de prison avec sursis, 3 000 euros d'amende et 3 ans de privation de droits civiques et relaxant Marie-Madeleine Tjoyas, les réactions continuent du côté des parties civiles.

    Jacqueline Amiel-Donat (candidate PS, tête de liste en 2008 de l'“Union avec la Gauche”), conseille à Jean-Paul Alduy de "se taire", pour elle c'est "le communiqué de trop !".

    "Jean-Paul Alduy n'a pas résisté au fait, encore une fois, de tromper son monde et de faire du triomphalisme. Son communiqué à la suite de la décision du tribunal dans ce qui reste "l'affaire de la chaussette", est à son image : donneur de leçons après avoir pris le soin de tout enfouir sous le tapis (...). Oser comparer les manifestations à la chaussette aux émeutes de 2005 !!! Alors qu'aucun incident, aucun affrontement (qu'il avait recherchés) n'ont eu lieu et que c'est au nom de la démocratie bafouée que les Perpignanais se sont spontanément réunis dans le calme pour réclamer une démission qu'il a finalement donnée un an et demi après..."

    "Oser se prétendre victime alors que son propre avocat a plaidé la relaxe des inculpés : drôle de victime qui assure la défense de ceux dont il se prétend victime et auxquels il demande réparation ? Oser prétendre aujourd'hui qu'il n'y a pas eu fraude, alors que le seul juge compétent en matière électorale, le Conseil d'Etat, a conclu à une fraude massive."

    "Qu'il se taise sur cette triste affaire "

    "Alors voilà, selon le tribunal de Perpignan, cette fraude massive ne serait pas imputable à Georges Garcia, ni à Marie-Madeleine Tjoyas - c'est ce qu'il faut tirer comme conséquence de ce jugement. Mais pour autant, cette fraude massive a bien eu lieu et elle ne s'évanouit pas d'un coup de baguette magique, pas plus que les fausses signatures des électeurs absents et n'ayant pas donné de procuration mais pour lesquels "on" a voté..."

    "Alors un conseil à Jean-Paul Alduy : qu'il se taise sur cette triste affaire en continuant comme à son habitude, de faire ses petites affaires politiciennes en catimini".

    "Une page se tourne" pour les Verts

    Pour Jean Codognès de Europe Ecologie Les Verts : "Une page se tourne".

    "Europe Ecologie Les Verts accueille avec satisfaction ce jugement. Georges Garcia, à l'époque désigné par Jean-Paul Alduy comme président du bureau de vote, est aujourd'hui condamné et déchu de ses droits civiques. Désormais, une page se tourne."

    "Perpignan doit en finir avec l'indignité en mettant un terme à des pratiques clientélistes qui découragent les citoyens et affaiblissent la démocratie. Aux côtés d'Eva Joly, nous convions les Perpignanais à choisir le chemin de la République des biens communs, des élus exemplaires et des citoyens respectés".


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :