Le parquet national financier a ouvert ce lundi une enquête pour blanchiment de fraude fiscale sur des soupçons de compte bancaire caché à l’étranger qui pourrait appartenir à Jean-Marie Le Pen, ce qu’il nie, a appris l’AFP ce mardi de source judiciaire.

Fin avril, Mediapart avait révélé l’existence d’un signalement de la cellule de renseignements financiers Tracfin évoquant un trust géré à Genève, dont l’ayant droit serait l’assistant personnel de Jean-Marie Le Pen, et qui comprendrait un compte abondé à hauteur de 2,2 millions d’euros, dont 1,7 sous forme de lingots et de pièces d’or. Contacté mardi par l’AFP, Jean-Marie Le Pen a nié toute implication dans un trust à l’étranger.