• Jérôme Cahuzac soupçonné d'avoir aussi caché de l'argent sur des comptes de sa mère

    Jérôme Cahuzac soupçonné d'avoir aussi caché

    de l'argent sur des comptes de sa mère

    <figure class="fig-photo"> Jérôme Cahuzac, en juillet 2013 <figcaption class="fig-media-legende" itemprop="description">

     

    </figcaption> </figure>

    Le parquet national financier estime qu'entre 2003 et 2010, quelque 210.000 euros ont été encaissés sur des comptes de la mère de Jérôme Cahuzac, à l'insu de celle-ci et à l'insu de l'administration fiscale.

     

    Poursuivi pour un compte caché en Suisse puis à Singapour, l'ancien ministre français du Budget Jérôme Cahuzac aurait-il tenté de dissimulé des revenus au fisc en les versant sur des comptes bancaires de sa mère? Une source proche du dossier indique ce lundi que le parquet national financier a demandé en décembre dans ses réquisitions que Jérôme Cahuzac et son ex-épouse Patricia soient aussi jugés pour ces faits, qualifiés de «blanchiment de fraude fiscale».

    Tracfin, la cellule antiblanchiment de Bercy, a en effet découvert que des comptes de la mère de l'ancien ministre avaient enregistré de nombreux chèques de particuliers entre 2003 et 2010, l'année où le député PS était devenu président de la commission des Finances à l'Assemblée. Ces fonds pourraient être liés au cabinet d'implants capillaires du couple Cahuzac, et des vacances et séjours dans des hôtels étaient payés par ces comptes. Au total, entre 2003 et 2010 quelque 210.000 euros venant de patients auraient ainsi été encaissés sur des comptes de la mère. Cette dernière assure ignorer ces mouvements, selon la source proche du dossier. L'ancien ministre, lui, n'a pas contesté les faits. Son ex-épouse Patricia a expliqué que cela tenait à la répartition des revenus du cabinet médical, parlant de «gestion familiale». Elle a reconnu que ces comptes avaient servi à financer des vacances familiales. Contacté par l'AFP, l'un des avocats de Jérôme Cahuzac, Me Jean Veil, n'a pas fait de commentaire.

    La menace d'un procès se rapproche pour l'ex-ministre

    Jérôme Cahuzac avait reconnu début avril 2013 devant les juges d'instruction avoir ouvert un compte en Suisse chez UBS en 1992, via une de ses connaissances, l'avocat proche de l'extrême droite Philippe Peninque. Le compte avait été abondé par ses revenus de chirurgien mais aussi en 1993 par deux virements du laboratoire Pfizer, pour un travail de consultant. En 2009, l'argent, passé d'UBS à la banque Reyl, avait été transféré à Singapour sur un compte au nom d'une société panaméenne, puis sur un compte d'une société enregistrée aux Seychelles. Lorsque le scandale a éclaté, Jérôme Cahuzac a rapatrié les fonds, soit environ 600.000 euros.

    Quant à Patricia Cahuzac, elle a reconnu fin 2013 l'ouverture d'un compte avec son mari sur l'île de Man en 1997, puis d'autres en Suisse, à l'insu de Jérôme Cahuzac. L'argent, plus de deux millions d'euros, avait servi à des placements immobiliers. Jérôme Cahuzac a affirmé qu'il ne s'était pas occupé du compte sur l'île de Man, mais son ex-épouse a assuré qu'il en avait eu connaissance. Les deux, confrontés durant l'instruction,ont maintenu leurs positions.

    Ce scandale, le premier de la présidence de François Hollande, qui avait promis une république «exemplaire», a mis un terme à la carrière politique de l'ancien ministre du Budget. Après les réquisitions du parquet financier, il appartient aux juges d'instruction de renvoyer ou non l'affaire en procès. S'ils suivaient le parquet, Jérôme et Patricia Cahuzac seraient accompagnés en correctionnelle par l'établissement financier genevois Reyl et Cie, son patron François Reyl, et un avocat suisse soupçonné d'avoir joué un rôle dans l'ouverture du compte à Singapour.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :