• L'austérité, un "nouveau colonialisme" pour le pape François

    L'austérité, un "nouveau colonialisme"

    pour le pape François

    <section class="signature"> Par latribune.fr  |  <time datetime="2015-07-10CEST10:43:00+0200" itemprop="datePublished"> 10/07/2015, 10:43 </time>  |  318  mots </section>

    <aside class="sharelinks" data-href="http://www.latribune.fr/economie/international/l-austerite-un-nouveau-colonialisme-pour-le-pape-francois-491257.html" data-lang="fr" data-lead="Lors d'un discours tenu en Bolivie, le pape François a dénoncé le pouvoir des institutions à l'origine des programmes d'austérité comme "un nouveau colonialisme", et appelé à "un changement structurel" de l'économie mondiale." data-nomsource="La Tribune" data-title="L'austérité, un "nouveau colonialisme"pour le pape François" data-twittervia="latribune">

    </aside> <figure class="article-picture thumbnail ta-c bg-light-grey" data-exclu="" data-surtitre=""> Lors d'un discours à Santa Cruz, en Bolivie, le pape a demandé à ce que les pauvres aient accès au "droit sacré" d'avoir du travail, un logement et une propriété. <figcaption class="legend ta-l"> Lors d'un discours à Santa Cruz, en Bolivie, le pape a demandé à ce que les pauvres aient accès au "droit sacré" d'avoir du travail, un logement et une propriété. (Crédits : DAVID MERCADO) </figcaption> </figure> <section class="chapo"> Lors d'un discours tenu en Bolivie, le pape François a dénoncé le pouvoir des institutions à l'origine des programmes d'austérité comme "un nouveau colonialisme", et appelé à "un changement structurel" de l'économie mondiale. </section>

    "Un nouveau colonialisme": voilà les mots utilisés par le pape François, jeudi 9 juillet, à l'occasion de son voyage à Santa Cruz en Bolivie, pour dénoncer les institutions qui imposent des programmes d'austérité aux pays en difficulté.

    " Aucun pouvoir établi n'a le droit de priver les populations du plein exercice de leur souveraineté. A chaque fois qu'ils le font, nous voyons la montée d'une nouvelle forme de capitalisme qui porte un sérieux préjudice à la paix et à la justice", a déclaré le pape.

    "Le nouveau colonialisme a plusieurs visages", s'est-il inquiété: "Parfois, il a l'influence anonyme des veaux d'or que sont les entreprises, les organismes de crédit, certains traités de libre échange et l'imposition de mesures d'austérité qui obligent toujours les travailleurs et les pauvres à se serrer la ceinture."- crise

    Ces propos font suite à un appel du pontificat qui a demandé  la semaine dernière aux autorités européennes de rester dignes et humaines dans le débat pour résoudre la crise grecque.

    Une mentalité du profit au mépris de l'exclusion sociale

    La poursuite sans fin du profit est "le fumier du diable", a ajouté le Pape lors de son discours devant  le deuxième rassemblement international des mouvements populaires, qui réunissait les organisations représentant les pauvres, les chômeurs et les paysans sans terre. Les pays pauvres ne devraient pas être réduits à des fournisseurs de matière brute et de main d'oeuvre pour les pays développés, a-t-il renchéri, en appelant finalement les opprimés à changer l'ordre économique mondial.

    "N'ayons pas peur de l'affirmer: nous voulons du changement, un véritable changement, un changement structurel", a-t-il martelé, décrivant un système qui " a imposé la mentalité du profit à n'importe quel prix, sans se préoccuper de l'exclusion social ou de la destruction de la nature que cela entraîne".

    (Avec Reuters)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :