• L?infidèle version corrigée

     

     L’infidèle version corrigée

    lien

     

    A cet instant précis, la joie qui illumine ton visage,

    Me transperce le cœur, fait couler mon maquillage.

    Je le savais pourtant, dans tes gestes journaliers,

    Tes infinis sourires comblés et tes mots si distraits :

    Tout me laissait penser, qu’une autre t’enlevait.

    Et voilà le moment venu, il faut se séparer,

    Tous ces jours, toutes ces nuits ne me sont plus comptées

    L’autre a tissé sa toile et tu es englué.

    Rien ne sert de se battre, l’oiseau est libéré,

    Et moi je reste seule avec tous mes regrets.

    Une scène, des cris m’auraient moins humiliée,

    Ce silence poli, tes mots de pitié, et le bruit la porte refermée…

    Tu t’en vas, tu cours vers des matins qui chantent et moi je reste là,

    Détruite, crucifiée, gardant pourtant tête haute et chapeau bien bas

    Me disant qu’un jour , peut-être,  bientôt, mon tour reviendra.

    Le matin sera tiède, à nouveau plein de milles senteurs

    Et mon cœur aimera, sans réserve et sans peur….


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :