• La journée compliquée de Manuel Valls à l'université d'été du PS

    La journée compliquée de Manuel Valls à

    l'université d'été du PS

    • HOME LE SCAN POLITIQUE LE SCAN
    •  
      • Par Marc de Boni
      • Mis à jour <time data-ago="il y a 2 heures" data-original="le 30/08/2014 à 21:27" datetime="2014-08-30T21:27:05+02:00" itemprop="dateModified">le 30/08/2014 à 21:27</time>
      •  
      • Publié <time data-ago="il y a 3 heures" data-original=" le 30/08/2014 à 20:29" datetime="2014-08-30T20:29:31+02:00" itemprop="datePublished">le 30/08/2014 à 20:29</time>
    <figure>À son arrivée en gare, Manuel Valls a été accueilli par les cris de colère des nombreux manifestants de gauche.<figcaption itemprop="description">

     

    </figcaption></figure>

     - LE SCAN POLITIQUE - Entre la sortie de Martine Aubry sur l'encadrement des loyers, les critiques à l'université d'été et la visite de Taubira aux frondeurs, le premier ministre a passé un samedi difficile.

     

    Même le soleil de La Rochelle est parti quand il est arrivé. Cette journée s'annonçait difficile pour le premier ministre, et elle le fut au-delà de toute attente. On savait que la réunion des frondeurs promettait d'être chaude. Elle est devenue explosive avec la visite que leur a rendu Christiane Taubira. Une semaine après le remaniement qui a vu le départ d'Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti pour leur soutien trop appuyé à ces mêmes frondeurs, il a dû jouer les pompiers. «Il est normal que les socialistes se retrouvent à l'université d'été et c'est normal quand on est ministre de se faire applaudir par des militants socialistes. C'est très bien que ça se passe comme ça. La cohérence gouvernementale n'est pas mise à mal», a estimé Manuel Valls.

    Un peu plus tard, une nouvelle bombe arrive, de Lille cette fois. Martine Aubry vient de publier un communiqué pour réclamer l'application de l'encadrement des loyers à Lille, alors que le premier ministre a annoncé la veille la suspension de cette mesure de la loi Duflot. Les quelques écologistes présents se déchaînent: «Je suis très en colère» dira plus tard Emmanuelle Cosse.

    Une arrivée sous les huées

    L'entrée en gare de Manuel Valls n'a pas été de tout repos, elle non plus. Les secrétaires d' État et les quelques élus locaux venus l'attendre ont été éclipsés par les cris de colère des nombreux manifestants de gauche rassemblés autour de la gare. Ensuite, c'est sous des cris de «Valls démission» que le chef du gouvernement a dû rejoindre son hôtel. Et pas de repos pour le premier ministre: une assemblée de militants de la CGT, de la LDH et du Front de gauche en furie se sont chargés de troubler encore sa courte pause par leurs cris.

    Comme si cela ne suffisait pas, la dernière assemblée plénière de la journée, sur le thème du «rassemblement à gauche», a tout simplement tourné au règlement de compte. Jean-Luc Laurent, représentant du MRC de Chevènement, a commencé par critiquer les orientations économiques. Jean-Michel Baylet a ensuite mis en garde le PS qui pourrait «se retrouver tout seul». Enfin, très en forme, le communiste Pierre Laurent s'est fait chaudement applaudir par un parterre de militants socialistes en critiquant le chef du gouvernement. Le patron du PCF a notamment fustigé un premier ministre qui «rend les armes» face à «la finance et les promoteurs immobiliers».

    Manuel Valls sait que la journée de dimanche ne sera pas non plus de tout repos. Il doit prononcer un discours de clôture devant un parterre de militants survoltés par une université d'été placée sous le signe de la défiance. Mais le premier ministre ne craint pas l'adversité et son entourage promet qu'il tiendra bon: «Les évènements de cette semaine ont interrogé notre capacité à gouverner, donc il faut tenir, tenir le cap. Les français ont besoin d'une autorité» Pour dimanche, ses proches dévoilent un peu ses ambitions: «demain ce sera un moment de clarification, il va insister sur la notion de rassemblement».


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :