• La ministre japonaise de l'économie démissionne sur fond de scandale

    <article itemscope="" itemtype="http://schema.org/NewsArticle">

    La ministre japonaise de l'économie démissionne

    sur fond de scandale

    Le Monde.fr avec AFP et AP | <time datetime="2014-10-20T02:11:10+02:00" itemprop="datePublished">20.10.2014 à 02h11</time> • Mis à jour le <time datetime="2014-10-20T06:57:24+02:00" itemprop="dateModified">20.10.2014 à 06h57</time>lien 

     
     
    <figure>Yuko Obuchi, le 20 octobre. </figure>

    Yuko Obuchi, ministre japonaise de l'économie, du commerce et de l'industrie, a présenté lundi 20 octobre sa démission après avoir été accusée d'utiliser à des fins personnelles des fonds réservés à ses activités politiques. Lors d'une conférence de presse, elle a estimé que les investigations en cours ne lui permettaient pas d'assurer sa fonction.

    Cette démission est un coup dur pour le premier ministre Shinzo Abe au moment où celui-ci doit prendre des décisions politiquement difficiles, dont une éventuelle hausse à 10 % de la déjà très impopulaire TVA. Depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, il avait réussi à ne perdre aucun membre de son équipe.

    Yuko Obuchi, membre du parti libéral-démocrate et fille d'un ancien chef du gouvernement, est l'une des cinq femmes qui avaient été nommées ministre lors d'un remaniement, le 3 septembre. Elle est la première à avoir obtenu le portefeuille de l'économie au Japon.

    Lire aussi (édition abonnés) : Shinzo Abe nomme une femme à la tête du METI, le ministère de l’économie

    D'après des informations de presse, la députée aurait dépensé de 2007 à 2012 plus de 10 millions de yens (près de 74 000 euros) sans aucun rapport avec ses activités politiques, notamment pour acheter des produits de beauté dans des grands magasins. L'organisme chargé de lever des fonds pour elle a par ailleurs déboursé 3,62 millions de yens dans une boutique appartenant au mari de sa sœur. Enfin, plusieurs de ses partisans se sont vu offrir des places de théâtre sur de l'argent collecté pour un coût total de 26 millions de yens.

    La ministre japonaise de la justice Midori Matsushima, a elle aussi démissionné, quelques heures après sa collègue.

     
    </article><aside>Fenetre 1

     

    La ministre de la justice Midori Matsushima, a elle aussi démissionné, lundi.

    </aside>

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :