• Le discours de Vaclav Havel aux dissidents chinois

    Le discours de Vaclav Havel aux dissidents chinois

    Traduction par , publié le 18/12/2011 à 15:38, mis à jour à 16:03

    Le discours de Vaclav Havel aux dissidents chinois

    L'ancien président tchèque Vaclav Havel, symbole de la résistance à l'oppression communiste devenu homme clef de la révolution de Velours en 1989, est décédé ce dimanche à l'âge de 75 ans.

    REUTERS

    L'ex-président tchèque, mort ce dimanche, donnait ses conseils aux dissidents de Chine lors d'un discours en 2009 pour Liu Xiaobo. Ce dernier, primé Nobel de la paix l'année d'après, prenait pour modèle Vaclav Havel. 

    Vaclav Havel, l'ex-président tchèque décédé ce dimanche, était de la trempe des géants - Nelson Mandela, Desmond Tutu, le Dalai lama, Alexandre Soljenitsyne ou encore Andreï Sakharov. Un immense Européen, dont le combat a pavé la route vers la liberté du continent tout entier. Ces dernières années, malgré la maladie, il consacrait de plus en plus de temps à la Chine et à ceux qui luttent, sur place, pour la défense de leurs droits: l'avenir intéressait plus que jamais l'homme d'action qu'il avait été... 

    Le 11 mars 2009, à Prague, Havel a rendu hommage et prodigué quelques conseils aux dissidents chinois, dont beaucoup voient en lui un modèle. L'Express publie ci-dessous une traduction inédite de ce discours émouvant. 

    Ce jour-là, Liu Xiaobo est récompensé à Prague par le prix Homo Homini, attribué chaque année à un combattant des droits de l'Homme par People In Need, une ONG tchèque. Ecrivain et dissident, comme Havel, Liu est l'un des principaux initiateurs de la Charte 08, publiée le 10 décembre 2008 et signée par 303 intellectuels chinois et activistes des droits de l'Homme. Ce texte, qui appelle aux réformes politiques et à l'ouverture démocratique de la Chine, est directement inspiré de la Charte 77 des dissidents tchèques, lancée en 1977 par Havel. 

    Incarcéré, Liu n'a pas pu assister en personne à la cérémonie. Toujours emprisonné à ce jour, il a reçu le prix Nobel de la paix 2010. Voici le discours que Vaclav Havel avait tenu: 

    Je tiens à féliciter les lauréats du Prix Homo Homini [...] Permettez-moi de faire quelques remarques...  

    Vaclav Havel

     L'ancien président tchèque, symbole de la résistance à l'oppression communiste devenu homme clef de la révolution de Velours en 1989, est décédé à l'âge de 75 ans. (REUTERS/David W Cerny) 

    L'ancien président tchèque, symbole de la résistance à l'oppression communiste devenu homme clef de la révolution de Velours en 1989, est décédé à l'âge de 75 ans. (REUTERS/David W Cerny)

    "D'abord, je pense que je m'exprime au nom de la plupart des signataires de la Charte 77 en disant que nous sommes à la fois heureux et honorés d'avoir inspiré la Charte Chinoise 08.  

    Ensuite, j'aimerais rappeler ce qu'a été notre expérience - nos amis chinois vont sans doute la vivre à leur tour, d'une manière ou d'une autre. Notre expérience, donc, a été de ne jamais penser que la victoire était certaine. Nous ne sommes jamais partis du principe que la situation s'améliorerait demain, après-demain ou dix ans plus tard. Après tout, peut-être que ce ne sera pas le cas.  

    Pourtant, dans notre cas, le fait de ne pas anticiper notre réussite a fini par être payant. Nous avons découvert qu'il était possible de changer la situation. Nous étions tournés en dérision et comparés à Don Quichotte. Nos efforts n'aboutiraient à rien, disait-on. A la surprise générale, pourtant, nous avons pu obtenir ce que nous voulions.  

    Nous avons découvert qu'il était possible de changer la situation 

    Je crois que cette idée est importante. Curieusement, elle est à la fois source de découragement et d'espoir. D'une part, on ne sait jamais comment les choses se termineront; d'autre part, on sait que l'on peut réussir.  

    Troisièmement, dans notre expérience, la solidarité internationale est un facteur très important et précieux. Ces messages aident et encouragent (les dissidents), même s'ils ne sont guère entendus par le pouvoir en place. Ayant eu, nous aussi, l'expérience directe d'un système totalitaire et d'une dictature, notre devoir est de venir en aide aujourd'hui à ceux qui ne vivent pas encore dans la liberté. 

    Ma dernière remarque est tout à fait personnelle. Je suis profondément ému que les lauréats de ce prix aient traduit mes textes et qu'ils les aient fait circuler sous le manteau, en usant de tous les moyens à leur disposition. Merci."


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :