• Le Medef sort l'arme lourde pour sauver les retraites complémentaires

    Le Medef sort l'arme lourde pour sauver

    les retraites complémentaires

    <time datetime="2015-05-23T13:42:00" pubdate="pubdate">Aujourd'hui à 13h42</time>

     

    (Boursier.com) — Alors que 'L'Opinion' a dévoilé dès vendredi les propositions du Medef sur l'Agirc et l'Arrco en vue de la réunion des partenaires sociaux le 27 mai prochain, les commentaires musclés vont déjà bon train en coulisse en provenance des syndicats... Force est de constater que pour redresser les comptes des deux régimes de retraites complémentaires, le remède suggéré est... direct !

    Désindexation de 1,5 point

    Comme première mesure, le patronat propose une désindexation des pensions de retraite. Autrement dit, les pensions augmenteraient moins vite que l'inflation... Ceci ne constitue pas vraiment une nouveauté. L'idée a été évoquée lors des premières discussions et surtout elle est déjà appliquée. En 2013, une revalorisation inférieure de 1 point à l'inflation a été décidée aboutissant de fait à un gel des retraites complémentaires depuis 2 ans.

    Le Medef souhaite néanmoins placer le curseur un peu plus haut à l'avenir en proposant une sous-indexation à hauteur de 1,5 point, sans toutefois que les montants puissent baisser.

    Une décote pour les départs avant 67 ans

    La principale surprise vient surtout de la décote souhaitée en cas de départ avant 67 ans. Le Medef propose en effet d'appliquer un abattement sur les pensions : de 22% à 62 ans, de 17% à 63 ans, de 12 % à 64 ans, de 8% à 65 ans et de 4% à 66 ans. Là encore, l'idée était dans l'air. Mais il était difficile de savoir si cette décote serait définitive ou non. Or, le Medef veut bien une décote pérenne. Autrement dit, la décote calculée au moment du départ resterait valable pour toute la durée de la retraite. Les syndicats ne devraient pas manquer d'y voir un moyen de repousser de fait l'âge de départ.

    Seuls quelques cas exceptionnels (carrières longues, pénibilité...) bénéficieraient de décotes temporaires mais avec un barème assez sévère : 40% la première année, 30% la deuxième, 18% la troisième, 2% la quatrième et 1% la cinquième. Par ailleurs, la décote définitive ne s'appliquerait pas non plus aux ménages aux faibles revenus (exonérés de CSG).

    La fusion à terme..

    Autre piste de réforme, la réversion pourrait n'être accordée qu'à 60 ans (et non plus à 55 ans). En outre, son montant serait déterminé en fonction des années de mariage. Enfin, outre sa volonté de renchérir la valeur d'acquisition des points (via une hausse supérieure de 3,5 points à celle du salaire moyen), le Medef souhaite fusionner l'Agirc et l'Arrco en janvier 2019. Un moyen d'éviter une faillite de la caisse des cadres dont la situation est plus critique que celle de l'Arrco. Un projet contre lequel s'est déjà mobilisée la CFE-CGC...


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :